Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 19 novembre 2012

Chronique de la France qui souffre : "Dégage !..." : le slogan popularisé par "la rue" de Tunis ou du Caire ferait bien, ici aussi...

... Ce qui donnerait, par exemple (liste non limitative, bien entendu...):  Ali (cogneur de prof), dégage ! Kamel (violeur en série), dégage ! Famille Merah, dégage !...

1. C'est dans La Provence du samedi 17 novembre 2012 : Ali "cogne" son prof parce que celui-ci aurait tenu des "propos anti-Islam; Ali dit qu'il va "faire une Shoah" ! : LA PROVENCE ALI COGNE SON PROF.JPG 

2. Lu - entre autres... - sur le site du Midi Libre : "Le Gardois (!!!) Kamel Bousselat sortait de prison suite a une condamnation en 2009 pour une série d’agressions sexuelles. Selon son avocat de l'époque, le trentenaire "était conscient de sa dangerosité". Kamel Bousselat, 32 ans, le ravisseur présumé de Chloé retrouvée vivante vendredi en..."

3. La famille Merah ? Drôle de famille !... :  la provence merah.JPG

Quand les Français en auront marre de tout "çà"; quand on aura changé et durci nos lois afin de déchoir d'une nationalité qu'ils ne méritent pas ces étrangers qu'on nous a imposés sans nous demander notre avis; et quand on les aura expulsés, eh bien, nous aurons encore des problèmes. Nous aurons encore des vols, des viols, des trafics en tous genre.

Mais moins. Beaucoup, beaucoup moins. Infiniment moins....  

immigration dehors.jpg 


 Déchoir/expulser, et donc remettre en cause la nature de l'Etat qui est le nôtre....

L'immigration est devenue un problème gravissime, voire de survie nationale, en raison de sa masse plus encore que de sa nature. Le slogan "déchoir/expulser" que nous employons régulièrement n'est crédible que si les contours d'une nouvelle politique d'immigration sont au moins esquissés. Sans cela, l'on ne voit pas comment de telles mesures seraient possibles et elles paraissent, alors, irréalistes, voire extrémistes, ce qui nuit à l'idée elle-même.
Or la mise en place de nouvelles règles d'immigration, et, même de naturalisation, est possible. Elles supposent, en effet, de définir, avec les pays à forte émigration, et, en tout premier lieu, avec l'Algérie, des accords bilatéraux en la matière. Il est assez sûr que ces pays ne s'y prêteraient pas facilement et que leur négociation serait âpre. Mais nous avons, sans-doute, un ensemble de moyens pour y parvenir.
En matière d'immigration, si grave que soit le problème, il faut, comme toujours "raison garder". La solution n'est pas dans l'anarchie d'une réaction populaire spontanée. Celle-ci peut y aider. Mais elle doit être, avant tout, une politique d'Etat, globale, volontaire et clairement affirmée.
Raison de plus pour remettre en cause la nature de l'Etat qui est le nôtre qui, d'ailleurs, n'en est pas un. Rappel : Boutang disait "le Semble-Etat"...

Écrire un commentaire