Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les gestes solidaires médiatisés, même s’ils sont sincères, ne coûtent pas grand-chose. A vrai dire, Ils n’engagent à rien

        Que dire de ce qui vient de se passer à Toulouse qui ne soit déjà dit et redit par ailleurs de façon, pour une fois, mais pour une fois seulement, unanime ? L’indignation, la condamnation, la consternation, les gestes solidaires médiatisés, même s’ils sont sincères, ne coûtent pas grand-chose. A vrai dire, ils n’engagent à rien.

        Que dire, alors ? Peut-être ceci : 

toulouse,violence,juifs

      La violence, dans notre pays, est devenue chose courante, même si elle ne revêt pas toujours la forme extrême qu’elle vient de prendre à Toulouse. Nous dirons même qu’elle est devenue, peu à peu, intrinsèque à notre système politique et social.

       Elle couve, à la base même de l’édifice social, dans des familles de plus en plus fréquemment désunies ; elle oppose, parfois avec brutalité, les parents entre eux et les enfants à leurs parents ;  elle règne à l’école où insulter, frapper, menacer un professeur, souvent lui-même défaillant, racketter, martyriser un autre enfant, et, ce, de plus en plus jeune, est, aujourd’hui, une réalité, hélas, quotidienne ; elle marque de son empreinte détestable et quasi exclusive l’ensemble des rapports sociaux, les conflits dits de classe, ceux du travail, où tout est censé s’obtenir par la « lutte », au sens propre plus souvent qu’au sens figuré, sans que jamais, du bas jusqu’au plus haut de l’échelle, où l’on s’emploie à profiter du système de façon éhontée,  aucun souci de l’intérêt général, aucun sens d’un quelconque Bien Commun n’y mette une limite ; elle frappe les communes françaises, aujourd’hui divisées en « quartiers » opposés ; elle déstabilise profondément l’unité et le sentiment d’identité du peuple français, désormais ouvert aux quatre vents d’une immigration reçue, en France, dans des proportions d’une folle imprudence, d’ailleurs inédites dans notre histoire ; elle naît, aussi, de l’indignité de la classe politique et des médiocres – mais violentes -  oppositions qu’elle crée, d’ailleurs artificiellement, entre ses composantes, comme nous le constatons, en ce moment, tous les jours ! Voyez donc comment ces Messieurs se disputent le pouvoir sous nos yeux, comme des chiffonniers, en ce temps de campagne présidentielle ! A cette indignité s’ajoute la médiocrité où les grands médias s’emploient à maintenir la population française, et celle de nos pseudo élites, celles des puissants d’aujourd’hui ! Sans compter le silence et l’effacement de ce qu’on appelait, autrefois, les "autorités religieuses", nous voulons dire de celles qui devraient, de par notre Histoire, compter le plus, en France, les autorités religieuses chrétiennes, c'est-à-dire, essentiellement, catholiques, qui se contentent, le plus souvent, de relayer la pensée unique, le relativisme actuels…   

 

      Sombre tableau direz-vous ? Sans-doute. Mais il ne fait que rendre compte de la situation de notre pays, et, dans un moindre mesure, selon les Etats, des autres pays d’Europe.

 

      Ne nous trompons pas dans l’ordre des responsabilités : la violence est, en fait, au cœur de notre système politique et social. Elle n’est, pour l’instant, jugulée, que par l’efficacité de ce que – curieusement - on appelle, encore, « les forces de l’ordre ». Mais de quel ordre s’agit-il donc ? Il serait utile de se poser cette question avant les pleurs et les grincements de dents. Car il n’y a pas d’ordre qui tienne longtemps, dans de telles conditions.  

Commentaires

  • Je suis bien d'accord en ce qui concerne le lamentable drame de Toulouse.Les seuls à avoir été dignes en l'occurrence,parmi nos candidats à la présidence,sont Nicolas Sarkozy -parce que c'était dans son rôle de Président de se manifester publiquement-,et Marine Le Pen qui a eu bien raison de se désolidariser de tous les charognards de la démocratie,de la démagogie, même.
    Par contre,je ne suis pas en ligne avec le pessimisme déterminé manifesté par ailleurs.
    Quels que soient les effets nocifs de nos institutions républicaines sur les esprits,elles ne sont pas seules en cause.La permissivité due au matérialisme ambiant,le manque de morale et de discipline qui en découle finissent par effacer les différences fondamentales qui existent entre le bien et le mal.
    La France n'est malheureusement pas la seule à se trouver dans ce cas de décrépitude morale.Je songe à la Norvège,à la Russie,à l'Ukraine,à la Biélorussie,à l'Espagne,à l'Italie,aux USA (à ce soldat américain qui a supprimé 16 enfants afghans),à la Colombie,sans parler des pays encore communistes,de l'Afrique,et bien sûr des pays musulmans ou l'assassinat en masse est monnaie courante,le soi-disant "printemps "des journalistes occidentaux étant déjà un véritable "enfer"pour certains.
    A la vérité,je crois qu'il y a lieu de blâmer en premier ressort la malheureuse conjonction d'une démagogie galopante et de médias irresponsables;la diffusion de l'internet est naturellement sous le coup du blâme.
    La philosophie de Jean-Jacques est aussi bêtement responsable!
    Mais ce n'est sûrement pas,à mon avis,une raison suffisante pour diffuser notre désarroi devant cette décrépitude morale.Il faut réagir, et ne pas se contenter de se plaindre,ce qui est évidemment plus facile.

  • Saints et saintes de France et d'Europe, venez à notre secours. Pour la France, le système ripoublicain a atteint ses limites.

  • Tous les politiques pour des raisons personnelles mais plus sûrement électorales ont fait leur travail à droite comme à gauche et au centre et le gouvernement en rajoute dans l'exagération de la "protection de la population" pour se montrer ..c'est de bonne guerre mais ça coûte cher et c'est plutôt inutile pour un problème qui doit être pris dans le secret et en amont.

    Pour ce qui est de la violence tout le monde en fait un excellent constat, personne n'arrive à la juguler.
    Or c'est la même chose que pour le tueur, il faut prendre le problème à la base dès l'école par l'instruction et l'éducation,au lieu de fabriquer des incultes incapables de réfléchir et surtout de s'exprimer... Pas étonnant qu' ils cognent !
    A croire que les gouvernants peuvent ainsi mieux régner et surtout manipuler à moins qu'ils soient là pour "protéger" leur troupeau de moutons.

Les commentaires sont fermés.