Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 20 janvier 2012

Turquie/Europe : fiction, anticipation ?...

        Nos lecteurs  - du moins les plus anciens - y sont habitués, depuis assez longtemps, maintenant. Lorsque le regretté François-Georges Dreyfus nous a demandé si nous accepterions de l'aider à diffuser La Dizaine de Magistro, nous avons immédiatmernt accepté, et nous la répercutons, depuis, ... tous les dix jours, comme son nom l'indique !

        Nous voyons là un service rendu à la réflexion et à la pensée, mais aussi une manière de remercier François-Georges Dreyfus de  son apport aux idées qui sont les nôtres. Maurras ne disait-il pas "Le meilleur d'entre nous subsiste lorsque le matériel disparaît tout entier..." ?

tancrede josseran.jpg          Chaque "Dizaine" nous apporte donc son lot d'articles toujours intéressants, souvent de haut niveau, et nourrissant toujours la réflexion.

        Cette semaine, la "Dizaine" nous a fait découvrir un "nouveau" : T. Josseran, professeur d'Histoire, part d'un livre écrit en Turquie, par un Turc : fiction ? anticipation ? Cela permet en tout cas de dire ou de redire certaines choses qu'il serait bon d'appprendre, si on les ignore, ou de se remémorer, si l'on a tendance à les oublier.....

* Tancrède JOSSERAN est Attaché de Recherche à l'Institut de Stratégie et des Conflits (ISC). 


 Guerre contre l'Europe

         Alors que les négociations avec l’Union européenne sont entrées dans une phase de doute, un puissant courant euro-sceptique est en train d’émerger en Turquie. L’un des succès de librairie les plus significatifs de ces derniers mois : "La troisième guerre mondiale" (1), décrit dans un futur proche l'invasion de l’Europe par l’armée turque.
        Avec la "Troisième guerre mondiale", (Üçüncü dünya Savasi), Burak Turna renouvelle le succès de son précédent roman de politique fiction : "Tempête de métal" (500 000 exemplaires vendus). Il ne s’agit plus cette fois pour l’auteur d’imaginer l’attaque de la Turquie par les États-Unis, mais de mettre en scène une vaste confrontation à l’échelle planétaire entre l’Orient et l’Occident.
        Dans le climat d’incertitude et de méfiance qui prévaut aujourd’hui dans les relations entre la Turquie et l’Union Européenne et, plus globalement, de l’Occident avec le monde musulman, le livre de Burak Turna apparaît comme un véritable miroir de l’image que les Turcs se font et de l'Europe, et d'eux-mêmes.
        C’est cette vision tendue, pleine de contradictions, oscillant entre désir et rejet, que cette œuvre de fiction, bien que confuse et manichéenne, permet d’appréhender.

 

TURQUIE Burak-Turna.jpg


L’Orient contre l’Occident

        En 2010, une crise économique d’ampleur mondiale provoque l'effondrement des principales places financières de la planète, les unes après les autres. Profitant du chaos ainsi généré, une société secrète, "la fraternité des chevaliers de la mort" alliée au Vatican, déclenche une guerre à l’échelle planétaire. Le but final de la mystérieuse confrérie étant l’instauration d’ "un Etat mondial" (2) blanc et chrétien. Pour ce faire, cette société encourage la dialectique du choc des civilisations à travers le monde, en manipulant les mouvements identitaires et populistes en Europe, ainsi que des sectes comme la Falong en Chine. L’Allemagne, l’Autriche, la Hollande, la France sont en proie à une vague de pogroms contre les musulmans, et plus particulièrement contre les Turcs. Ce déchaînement de violence, touche aussi les ressortissants russes des pays baltes, ce qui force Moscou à intervenir. De même, la tension entre la Chine et les États-Unis pour le contrôle du Pacifique, débouche sur une opération aéronavale à Taiwan. L’Inde, alliée à la Chine, profite de la confusion générale pour anéantir la flotte américaine dans sa base de Diego Garcia et s’emparer des possessions françaises dans l’Océan Indien.
        Décidés à mettre fin aux exactions contre leurs ressortissants, Ankara et Moscou alliées au tandem Pékin-New-Dehli unissent leurs efforts militaires. Une spectaculaire opération aéroportée est menée contre l'Allemagne. Les parachutistes turcs, largués par des Antonovs, hissent l’étendard écarlate frappé du croissant sur le Reichstag. Les Américains, trop occupés à faire face aux Chinois dans le Pacifique, abandonnent leurs alliés européens. Un nouvel ordre continental émerge des décombres de l’ancienne Europe dont la capitale est transférée à Istanbul.
        Tout au long du récit l’auteur prend bien soin de ne pas isoler l’Islam des autres civilisations non-occidentales. Aussi, l’axe islamo-orthodoxo-hindou-confucéen créé pour la circonstance, valide davantage la thèse du choc entre l'Orient et l'Occident, qu'entre ce dernier et l'Islam. Comme Samuel Huntington avant lui, Burak Turna fait de la Russie un corps étranger à l’Europe en la plaçant dans le camp de l’Orient. En dépit de cette volonté de faire passer au second plan le facteur religieux et les divergences propres à chacune des civilisations de "l’axe  oriental", l’auteur à quelque peine à expliquer la disparition des conflits entre musulmans et chrétiens dans le Caucase, l’apaisement subit des tensions dans le Cachemire et au Singkiang (Kirghizistan chinois). Finalement, le grand paradoxe de cet ouvrage réside dans cette volonté des Turcs à vouloir se faire accepter comme Européens en se comportant en conquérants, tout en rejetant l’identité occidentale.

L’Europe une terre de conquête ?

        Ultime cap de l’Asie, point d’aboutissement des invasions, marche occidentale de l’Empire ottoman et extrémité nord-occidentale de l’avancée arabe, l’Europe demeure dans l’imaginaire turc un espace d’expansion. Dans une certaine mesure, le processus d’adhésion à l’UE est vécu comme une revanche sur l’Histoire, et la continuation des guerres ottomanes par d’autres moyens. Il est significatif qu’au lendemain de la validation de la candidature d’Ankara par le conseil des ministres des Vingt-Cinq, dans la capitale autrichienne, en décembre 2004, un grand quotidien turc ait titré "Vienne est tombée !". Au retour de son périple européen, Erdogan était accueilli triomphalement à Istanbul et surnommé : le "conquérant de l’Europe".
         Malgré son appartenance à un milieu  laïc et occidentalisé, Burak Turna reste lui-même marqué par cette rhétorique belliciste. Dans son livre, sa représentation de l’ennemi européen emprunte beaucoup au registre religieux. Les soldats européens y sont décrits comme un ramassis de soudards dépravés et criminels, à l’instar des "croisés avant eux" (3). Le Vatican incarne le danger spirituel qui guette la Turquie et le monde non-occidental. La conspiration qui en émane, a pour but "d’effacer les cultures traditionnelles partout dans le monde et de créer une société d’esclaves" (4) . Nous serons les "propriétaires de la planète" (5), fait s’exclamer Burak Turna  à un cardinal, porte-parole de Benoît XVI.
        Ici, la figure de l’ennemi alimente l’imaginaire du complot. L’idée que l’action du Vatican puisse faire peser une menace sur l’existence de la Turquie prend sa racine dans le projet du pape Clément VIII (1592-1605) de reconquérir Istanbul et de convertir l’Empire ottoman. Plus récemment, les propos de Jean-Paul II dans son message pascal de 1995, ont été relevés avec suspicion. Le saint Père appelait les organisations armées, et spécialement les Kurdes, à s’asseoir autour de la table de négociations. Le Vatican conviait aussi Ankara à s’associer à cette initiative. Peu après, une campagne de presse relayée par le Catholic World Report aux États-Unis, s’en prenait violemment à la Turquie en l’accusant de "génocide" à l’égard des populations Kurdes. En 1998, la nomination par Jean-Paul II de deux cardinaux, dont l’identité n’a pas été dévoilée, a suscité des interrogations dans les milieux nationalistes turcs (6).
        Si ces inquiétudes peuvent apparaître très exagérées, pour ne pas dire dénuées de fondement sérieux, elles n’en recoupent pas moins des "pensées réflexes" ancrées dans le psychisme turc.
        En-dehors de Burak Turna, ces théories conspirationnistes sont, ces derniers temps, largement reprises dans les médias. Le chroniqueur vedette de télévision, Eröl Mütercimler, s’est fait une spécialité de la dénonciation de ces forces occultes qui  dirigent  le monde. Pour Mütercimler, l’Europe ne voudra jamais de la Turquie car elle est intrinsèquement un club chrétien (hiristiyan kulübü).           Les "architectes du nouvel ordre mondial" auraient selon lui, abouti à une forme de syncrétisme entre leur déisme maçonnique et les valeurs chrétiennes des pères fondateurs de l’Europe. Cette synthèse humanitaro-chrétienne exclurait de fait la Turquie musulmane. Pour appuyer ses propos, Mütercimler prend l’exemple du drapeau européen dont les 12 étoiles sur fond bleu représenteraient la robe de la Sainte Vierge… (7)
        Ce regard turc sur l’Europe, si ambigu, si paradoxal, qu’offre le livre de Turna, est à l’image d’un pays prisonnier entre son enracinement oriental et sa marche vers l’Occident.
        Une Europe perçue à la fois comme une terre de conquête, comme un lieu d’affrontement, mais aussi comme la dispensatrice d’une manne précieuse, un club de riches, un Occident chrétien qui, même pour des musulmans, demeure un idéal de civilisation.
        
 

(1) Burak Turna, Üçüncü dünya savasi, Timas Édition, Istanbul, 2005
(2) Idem. p 271
(3) Idem. p 348
(4) Idem. p 130
(5) Idem. p 271
(6) Erol Mütercimler, Komplo teorileri, Alfa, Istanbul, 2006: “AB’hiristiyan kulübü’dür“ [L’Union Européenne est un club chrétien], p176-180
(7) Idem. “Vatikan’in gizli ilisskileri“ [Les relations secrètes du Vatican, p 293-300

Commentaires

Non, désolé, ce sont des fantasmes anachroniques, où presque rien ne tient debout.
Nous avons mieux et plus urgent à faire que de nous intéresser à ce Da Vinci Code turc. Ne nous faites pas perdre notre temps !

Écrit par : Anatole | vendredi, 20 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire