Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lu, vu, entendu : l'inconséquence de ceux qui veulent se "débaptiser"; et un nouveau "front", peut-être, avec "l'affaire des jours chômés".....

  Et encore, quand on dit "inconséquence", c'est parce qu'on est polis : on pourrait bien dire autre chose !

        C'est devenu la mode chez certains "mécanisés", comme dit Pierre Boutang : persuadés par les médias que l'Eglise catholique, décidémment, c'est horrible, ils ou elles veulent se débaptiser. Fort bien.

        L'un des derniers en date est René Lebouvier, septuagénaire et ancien président de la Fédération de la Libre pensée : il y tient mordicus, à "renier son baptême".

       Bon. Mais lui, vu son âge, n'est plus concerné : là où cela devient franchement rigolo, c'est quand on en voit des plus jeunes dire la même chose : ce qu'ils ne disent pas, c'est s'ils iront travailler le 25 décembre, le lundi de Pâques, le lundi de Pentecôte, le 15 août, le jeudi de l'Ascension, le jour de la Toussaint...

       On ne peut pas, en effet, avoir le beurre et l'argent du beurre....

       Il est vrai qu'on parle, en haut lieu de remplacer trois jours fériés "chrétiens" par trois jours pris au choix du salarié.

       Très différent, dans son fond, de l'attaque brutale et frontale du mercantilisme le plus pur contre "le dimanche" - afin de le "banaliser", et d'en faire un jour comme les autres, ce qu'il n'a jamais été chez nous, depuis deux mille ans... - cette agression détournée et sournoise contre un pan des racines chrétiennes de la France s'inscrit cependant dans une vison globale et stratégique : elle est l'une des expressions - ici et maintenant - de la poursuite sans relâche de l'entreprise de déchristianistaion voulue par la Révolution, et menée sans discontinuer depuis l'instauration de la IIIème République, à partir de 1875.

       C'est à ce titre qu'elle méritera elle aussi, si elle se confirme, de se heurter à une résistance forte, comparable à celle que sucite la défense du dimanche....

Commentaires

  • Avez vous remarqué qu'entre les dalles de béton repoussent toujours de petites plantes frêles;d'abord écrasées,elles trouvent
    la force de grandir,piétinées,sans eau,elles se redressent...
    "Sans Moi,vous ne pourrez rien faire."
    Adieu,les acquis sociaux,adieu l'europe sociale qui n'a jamais vu le jour.Bonjour les déboires,les mensonges fleurissent en tout et aux vues de tous."Ne crains pas,croie seulement".St Marc
    Confiance,paix,joie.

Les commentaires sont fermés.