UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'entrevue de Saint Cloud, ou : comment tout aurait pu être différent.....

        Né à Bordeaux en 1974, Harold Cobert avait déjà consacré une thèse (Mirabeau, polygraphe : du pornographe à l'orateur politique) et un essai à Mirabeau. 

        Il propose maintenant, avec L'Entrevue de Saint Cloud, un roman sur la journée qui aurait pu changer le cours de l'Histoire....

Entrevue_de_Saint-Cloud__Harold_Cobert_m.jpg

  Editions Héloïse d’Ormesson, 144 pages,15 €

Le 3 juillet 1790, alors que la monarchie est en péril et l'avenir de la France incertain, Marie-Antoinette accorde à Mirabeau une audience secrète à Saint-Cloud. Ces quelques heures à la dérobée suffiront-elles au comte libertin pour renverser l'inexorable cours de l'Histoire ? Car, paradoxalement, une seule volonté anime l'orateur du peuple, élu du tiers état, celle de sauver le trône. Déployant toute son éloquence, le redoutable tribun saura-t-il rallier la reine â ses convictions ? Duel de deux mondes, roman en costumes, L'Entrevue de Saint-Cloud illustre d'une manière saisissante la fragilité des destinées collectives.

         Il ne s'agit bien sûr pas de sombrer dans l'uchronie, contre laquelle Jacques Bainville mettait en garde. Mais plutôt de bien saisir l'ampleur et la complexité du personnage, de son action et de ses projets. On se prend alors à rêver....

         I : de Chateaubriand :

         "Le fond des sentiments de Mirabeau était monarchique; il a prononcé ces belles paroles: "J'ai voulu guérir les Français de la superstition de la monarchie et y substituer son culte."

         Dans une lettre destinée à être mise sous les yeux de Louis XVI, il écrivait: "Je ne voudrais pas avoir travaillé seulement à une vaste destruction." C'est cependant ce qui lui est arrivé: le ciel, pour nous punir de nos talents mal employés, nous donne le repentir de nos succés."

mirabeau.JPG

           II : de Pierre Gaxotte, ces lignes remarquables dans un ouvrage qui ne l'est pas moins, La Révolution française :

           Mirabeau Gaxotte.pdf

           III : Extrait d'un article de Jacques de Saint Victor, sur Mirabeau, le démocrate Royaliste :

           "Jaurès ou Nietzsche ont parlé d'un rendez-vous manqué avec l'histoire. Mirabeau appartient aux rares très grands hommes politiques de notre panthéon national. Il a compris la France comme un Richelieu, un Bonaparte ou un de Gaulle. Mais les circonstances politiques et la santé lui manqueront pour éviter le terrible dérapage d'une révolution qu'il avait en partie voulue et dirigée. Mort trop tôt, en 1791, c'est en effet un « grand destin manqué » que celui de ce grand orateur oublié qui a tenté de nous prémunir à la fois contre nos passions hexagonales et contre une Europe des rois qui se montrait encore moins favorable à la France que celle de Bruxelles.
            Alors même que les révolutionnaires s'en prenaient avec aveuglement au pouvoir exécutif, Mirabeau leur demandait « si, parce que le feu peut brûler, nous devons nous priver de sa chaleur ». Tout Mirabeau est dans cette finesse de jugement qui le fera successivement passer de la critique des abus de l'Ancien Régime à la défense d'une monarchie nécessaire au maintien même de la cohésion publique. Au fond, Mirabeau est l'ennemi des radicaux.
mirabeau 1.jpg
Honoré-Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau
             Pour Mirabeau, la démocratie royale est l'inverse du projet républicain qui, selon lui, exposerait « l'État aux factions civiles ». Comme l'a fort bien vu Jean Jaurès, Mirabeau voudrait que le roi se mette au service de la révolution : c'est à « cette synthèse de la démocratie et de la royauté, à cette instauration d'une démocratie royale que Mirabeau …voua tout son labeur, qui était immense, et son génie ».
             Il est intéressant de s’arrêter sur son projet de 1790, tel qu'il figure dans ses fameuses Notes à la cour, visant à rétablir l'autorité royale. Le lion d'Aix y associe les esprits les plus profonds de la Constituante, quelques révolutionnaires, dont Barnave, mais aussi des députés de droite, comme Cazalès, car Mirabeau sait que, même dans le camp des adversaires de la révolution, il se trouve quelques amis de la liberté, blessés par les exactions commises depuis l'été 1789. Ce plan représente pour lui la « dernière planche de salut ». Il n'aura pas le temps de le réaliser. Emporté par sa vie d'excès et de labeur, il meurt en avril 1791, quelques mois avant l’évasion de Varennes. La révolution s'accélère.
            On sait que son corps sera alors placé au Panthéon puis retiré lorsqu'on découvrira dans l'armoire de fer sa correspondance secrète avec la cour. Pourtant, comme le dit Chateaubriand, même s'il a fini dans la fosse commune, à l'image de sa vie tourmentée, « il lui est resté l'odeur du Panthéon et non de l'égout ».

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL