UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Réagir au processus de "dé-civilisation": à propos de l'affiche de Damien Saez...

            Réagit-on au mal par le mal, et avec ses mêmes armes ?

            Damien Saez vient de proposer, pour annoncer la sortie de son dernier album, une affiche qui vient d'être refusée par l’Autorité de Régularisation Professionnelle de la Publicité. La-dite affiche, annonçant les concerts du chanteur, représente une jeune femme nue dans un chariot de supermarché, et elle a été refusée dans les couloirs du métro parisien, ainsi que par plusieurs sociétés d'affichage dont Decaux et Clear Channel, a annoncé l'artiste, scandalisé.

            On ne parlera pas, ici, du chanteur en soi, ni de ses textes, ni de sa musique, car ce n'est pas de notre compétence et cela ne nous concerne pas. 

damien saez.jpg

            On se contentera de regretter que ce jeune chanteur semble, avec cette affiche (?), vouloir se ranger dans le camp de la vulgarité ambiante, adoptant -dans ce cas précis- une attitude et des réflexes somme toute assez comparables à ceux de cette intelligentsia auto proclamée, de cette caste squattant les médias au nom de ce qu'elle croit être sa supériorité, alors qu'elle n'est en fait que la représentante d'un état d'esprit bien souvent débile, tordu, corrompu....

            C'est bien connu, c'est par la tête que pourrit le poisson..... et, de ce point de vue là, Damien Saez semble vouloir se couler dans le moule de cette caste qui nous impose d'en haut -ou, plutôt, de ce qu'elle croît être en haut...- cette dé-civilisationdont parle avec justesse Finkielkraut. Et, là, cela nous concerne...

            Nous ne pouvons que prendre acte -mais en l'approuvant- du courrier de l’Autorité de Régularisation Professionnelle de la Publicité -rendu public par le chanteur, furieux- dans lequel l'Autorité justifie ainsi sa décision: (l'affiche en question) "présente un caractère dégradant pour l’image de la femme dans la mesure où elle apparaît nue, et qui plus est dans un chariot de supermarché, donc comme une marchandise... La publicité ne peut réduire la personne humaine, et en particulier la femme, à une fonction d’objet".

            Mauvais joueur, et ne digérant pas le légitime Pan sur le becque lui a valu sa grossière provocation, Damien Saez a entonné l'air connu de la vierge outragée, dénonçant pêle-mêle le retour de la censure, la remise en cause du droit d'informer (sic !) et déclarant même (sans crainte du ridicule qui, heureusement pour lui, ne tue plus):  "J’ai honte pour ces gens, honte pour mon pays, honte pour ce qu’il est devenu, honte pour cette auto-censure que la société s’inflige à chaque fois qu’elle ouvre sa bouche".

           Certes, on peut -comme l'a fait Patrice de Plunkett- poser le problème différement, au second degré pourrait-on presque dire:

            Une fatwa de pubards contre l.pdf

            Plunkett trouve l'image "drôle", et critique "la société de consommation" dans ses fondements mêmes, son "marketing de masse" et "son ressort central, l'érotomanie".Et là, bien évidemment, on ne peut que lui donner raison. Nous ne cessons de citer cette phrase de Boutang -que l'on pourrait tout aussi bien ressortir tous les jours, jusqu'à saturation complète des lecteurs...-: "de cette société qui n'a que des banques pour cathédrales il n'y a, à proprement parler, rien a conserver".

            Faut-il cependant rajouter de la vulgarité à la vulgarité ? Lutter contre le mal en se plaçant sur son propre terrain ? Si Damien Saez a la volonté expresse de lutter contre cette société pourrie, alors évidemment nous nous en réjouirons, nous serons preneurs, et nous verrons en lui un artiste qui réagit. Mais, pour l'instant, sa réaction nous semble ambigüe, et celle d'une personne qui en dit trop, ou pas assez. Car, si vraiment il a "... honte pour ces gens, honte pour mon pays, honte pour ce qu’il est devenu, honte pour cette auto-censure que la société s’inflige à chaque fois qu’elle ouvre sa bouche...", alors il a de nombreux moyens à sa disposition.

            Et fort différents de celui qui, s'il en reste là et s'il s'en tient à cela, s'apparente à une inféodation de fait au processus de dé-civilisation.....

Commentaires

  • Il se dit artiste cet enfoiré ??? mais de quel art se recommande t-il?? Je ne le connais pas et ne veux pas le connaitre qu'il aille chanter en Iran!!!!

Les commentaires sont fermés.