UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bouteflika, Algérie: quand La Provence apporte de l'eau à notre moulin.....

             On dirait un fait exprès: le jour même ou nous publiions notre note sur Bouteflika (on vous la remet ici: Voilà que ça le reprend !.....pdf), un hasard heureux a voulu que La Provence consacre un assez long article à la situation économique de l'Algérie.

            Cela se trouve, donc, dans La Provence du jeudi 18 février, en page 26, et c'est signé par le correspondant du journal en Algérie, Hamid AIT OUALI, sous le titre: "Algérie: les mauvais chiffres du patriotisme économique"......

            Le correspondant de La Provence est-il un lecteur de lafautearousseau ? Malgré notre optimisme à tout crin, il ne faut quand même pas rêver... Pourtant, constatons que, sur le fond, Hamid AIT OUALI nous donne raison.....

            Avec son titre d'abord, que nous venons de voir: "Algérie: les mauvais chiffres du patriotisme économique"......; puis avec l'inter-titre "La vie est trop chère pour les Algériens qui gagnent en moyenne 140 euros par mois"; et la légende qui accompagne la photo du port: "En décrétant une sorte de quarantaine sur les ports algériens -ici le port autonome d'Alger- le gouvernement a fini par asphixier les entreprises, publiques comme privées".

             Puis avec l'article lui-même, véritable charge contre l'incurie et la gabegie (en encore plus clair: l'incompétence crasse...) d'un Système et de ses dirigeants, au premier rang dequels Bouteflika, évidemment...

             Lisons pêle-mêle: l'auteur prévient qu'il puise ses sources auprès de l'Office national des statistiques (ONS), et que c'est cet Office qui "décline un tableau de bord peu reluisant de l'économie algérienne":

             -"Les mesures protectionnistes prises par le gouvernement algérien dans le cadre de la loi de finances complémentaire 2009 et confirmées dans celle de 2010 pour alléger la facture des importations s'avèrent contre-productives...

             -"...l'institution du crédit documentaire (CREDOC), comme seul moyen de paiement des importations semble avoir créé plus de problèmes qu'elle n'en a résolu....

             -une enquête menée par l'ONS "et qui a concerné un échantillon de 740 entreprises -dont 340 publiques- a conclu à une décrue effarante de l'ordre de 21% de la production industrielle dans le public. Pour le privé, c'est carrément la "cata" puisque la performance a chuté de... 38% !....

             -et l'auteur souligne les "dommages collatéraux": "Une terrible pénurie de produits vitaux, notamment les médicaments, et une inflation incontrôlable des produits alimentaires....

              Alors, c'est la faute de la France, tout çà ? Est-il nécessaire d'ajouter le moindre commentaire ?.....

Les commentaires sont fermés.