Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rions un peu, d'eux : la grandiloquence révolutionnaire, mais aussi les décisions de Justice, revues et corrigées, à la sauce Besson !...

            Si l'on a bien compris l'inénarrable Eric Besson - et même s'il a essayé de se rattraper, mais tellement maladroitement qu'il n'a fait que s'enfoncer encore un peu plus.. .- "La France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage".

            Bon, mais voilà qui va donner un sacré travail aux historiens et aux lexicographes, sans oublier les magistrats: pensez, il va falloir traduire en Besson contemporain toutes les déclarations grandiloquentes passées des grands ancêtres ! Elles étaient déjà souvent ampoulées et ronflantes, et parfois même franchement grotesques: que vont-elles devenir, traduites en Besson ? Mais il va falloir aussi modifier assez substantiellement l'énoncé des décisions de Justice...

            En gros, tout commencera ainsi : non plus "Au nom du peuple français" puisqu'il n'existe pas - du moins pour Besson ! - le peuple français, mais "Au nom du conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble !". Fermez le ban ! Et, dans les prétoires où l'on condamnera - ou acquittera - mais toujours "au nom du conglomérat !", bonjour !

Question: est-ce qu'on pourra rigoler, à l'énoncé du verdict ?

            On se souvient du mot du Duc d'Orléans "Conservateur ? c'est un mot qui commence mal..."

            Comme Conglomérat: pauvre Besson !...

Les commentaires sont fermés.