UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quand Mélenchon s’étranglerait presque en parlant de Soljenitsyne…

              Ou : Comme on le dit dans la chanson : « Alexandre a dit la Vérité. Il doit être éxécuté !….. »

              Jean-Luc Mélenchon a tenu sur Soljenitsyne des propos qui ne le grandissent pas, et ce le jour même où l’on portait en terre le grand écrivain russe  (mardi 5 août, ndlr). On sait le sénateur de l’Essone volontiers iconoclaste, parfois juste et de temps en temps, même, rigolo voire sympa. Si, si: c'est rare, mais cela arrive..... Là, pourtant, il a perdu une occasion de se taire car ses propos, ou plutôt ses éructations, sont typiquement du genre de celles qui abaissent non certes ceux à qui ils sont destinés, mais bien plutôt ceux qui les profèrent......

2008-08-08-soljenitsyne-1pt.jpg

                Pêle-mêle et en vrac, tout y est passé. D’après lui (Mélenchon) Alexandre Soljenitsyne était un homme "de droite" qui a été "gavé d'honneurs", contrairement à d'autres "gens de gauche, des communistes en particulier" qui avaient dénoncé le goulag avant lui. Des communistes ? Vraiment ? Il peut donner des noms, le sénateur ? On se souvient plutôt que tous ceux qui ont osé dénoncer le goulag ont pendant très longtemps été traité - Sartre menant le bal.... - de « salauds » et de "chiens". Sans que cela entraîne de réaction connue de la part de Mélenchon….On attend donc avec impatience les révélations qu'il ne devrait pas manquer de faire dans la foulée du scoop qu'il vient de révéler à la grande presse…..

                Tout est bon à celui qui est, ici et dans ce cas précis, le petitMélenchon pour tâcher de discréditer le grand Soljenitsyne : il "appartient à la vieille tradition russe, homophobe, limite antisémite, très marquée par l'ancien temps féodal qu'il admirait beaucoup".... "Je me sens très éloigné de cette tradition politique-là".

             "L'univers du goulag a été dénoncé dès le début, mais il a été dénoncé par des gens de gauche, des communistes en particulier" (et allez, voilà que ça le reprend.....)

            "L'apologie de Soljenitsyne, grand penseur de la démocratie contre le stalinisme, me fait mal au coeur parce que je pense à tous ces malheureux qui, eux, dès la première heure, ont mené leur lutte sans être gavés d'honneurs, de colifichets dorés, de résidences, de protections de toutes sortes comme l'était Soljenitsyne au seul motif qu'il était de droite"....... 

            Mais en réalité, après cette bordée d'inepties, de contre-vérités et de ce qu'il faut bien appeler par leur nom: des insanités, Melenchon a fini par « cracher le morceau ». Et là il a dit en très peu de mots pourquoi il haïssait à ce point Soljenitsyne, livrant par là-même la clé de sa détestation et de ses éructations : "En Vendée, il avait expliqué que la devise de la République française était intrinsèquement perverse" (1).

            Comme nous le disions, en constatant que le Pays Légal républicain avait été totalement absent des obsèques de Soljenitsyne, la critique de fond a été portée; l'accusation qui tuea été lancée; Soljennitsyne a appelé par son nom la révolution française: mère et matrice de toutes les révolutions; mère et matrice de toutes les horreurs, de tous les génocides, de tous les Goulags et de tous les Camps.... Tout est dit, il n'y a rien à rajouter.....

            Et l'on voudrait après cela que le Pays Légal en général, et Mélenchon en particulier, apprécient celui qui les a dénoncés, à la face du monde ?...

            Guy Béart chantait: " ...Le jeune homme a dit la vérité, il doit être exécuté..."; remplacez "jeune homme" par "Alexandre", et vous saurez ce que pensent Mélenchon et les siens......

(1): nous publierons bientôt, dans la Catégorie "Grands Textes" l'intégralité du discours de Soljenitsyne aux Lucs-sur-Boulogne en 1993, pour l'inauguration de l'Historial de Vendée.

 

Les commentaires sont fermés.