UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Libres propos sur les Farc et l’Eta : sale temps pour le terrorisme !, ou : la preuve par le terroriste...

          On ne s'en plaindra pas, et on ne boudera pas son plaisir: coup sur coup, et très peu de temps après avoir "encaissé" des echecs très durs, les Farc et l'Eta viennent à nouveau de subir, l'une et les autres, un très sérieux revers.....

2008072606389961297176.jpg

             Presque par hasard (mais c'est le résultat qui compte...), deux membres de l'organisation terroriste ETA ont été arrêtés, près de Dijon, le vendredi 27 juillet. C'est-à-dire au lendemain du coup de filet que nous avions salué ici même, et qui avait permis de décapiter le commando Biscaye, l’un des plus sanglants et des plus fous d’une « banda terrorista » qui ne manque ni des uns ni des autres….. On s’étonnera juste que le site internet d’AOL, parmi d’autres, ait qualifié l’ETA « d’organisation armée » ( ! ): c’était le sujet de notre note sur les Farc et l’Eta en particulier, et sur le terrorisme en général, à laquelle nous renverrons nos lecteurs (1) 

          Presqu’au même moment, on apprenait l’arrestation en Espagne de l’une des principales dirigeantes des Farc pour l'Europe, chargée de la logistique et du recouvrement de fonds pour... son sale boulot d'enlèvements, d'assassinats et de terreur. Arrestation rendue possible par l’exploitation des données contenues sur l’ordinateur de Raul Reyes, numéro deux des Farc, récemment tué par l’armée colombienne.

          On sait que, récemment, le gouvernement français avait proposé que la France soit « terre d’asile » pour des repentis des Farc. C’était assez contradictoire avec le fait que la France pourchasse et expulse -à juste titre...- les membres de l’Eta, mais il s’agissait alors de faire tout son possible pour obtenir la libération d’Ingrid Bétancourt....

          Or, voilà qu’un haut responsable des Farc, le commandant Ivan Marquez, vient précisément de qualifier d’ « insulte à la dignité de la guérilla » une telle éventualité d’asile. Parler de "dignité", lorsqu’on représente une bande de kidnappeurs, d’assassins et de mafieux vivant du trafic de drogue, est-ce bien sérieux ? est-ce bien raisonnable ? Pourtant le-dit Ivan Marquez l'a osé, il l’a fait.....

          C’est ce que l’on pourrait appeler, en torturant un peu les mots, mais pour la bonne cause : « la preuve par le terroriste » : comment peut-on imaginer que l’on puisse seulement parler avec des gens pareils ? Un dialogue est-il possible, est-il seulement envisageable lorsque la mentalité même de l’ « interlocuteur » ( ! )  est à ce point tordue, déformée, pervertie par son idéologie ? 

          Prendre une main tendue pour une insulte, c’est avoir de sérieux problèmes personnels. Ce qui explique l'impossibilité d'un règlement politique. Uribe a donc bien compris quel était le seul comportement possible à avoir avec ce genre d'individus déconnectés de la réalité (1). Il a bien vu que ces personnes ne laissent pas d’autre choix qu’une guerre à outrance. Les supplications, les appels à la clémence ou à l'intelligence, avec elles, c'est du pipeau. Il faut d'abord les toucher au coeur politiquement, intellectuellement, philosophiquement, en commençant par les nommer pour ce qu'elles sont: des bandes terroristes, au service d'une idéologie monstrueuse parce qu'in-humaine.....

          Avec ces gens là, le combat ne peut qu'être sans merci; mais il s'agit d'abord d'un combat d'ordre intellectuel et, plus encore, spirituel...(1)

 (1)   Voir la note « Réflexions sur les Farc et l’Eta » dans la Catégorie : « Terrorisme : Al Qaïda, Eta, Farc et compagnie…. »

Les commentaires sont fermés.