UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique d'un échec annonçé...

          On a tout dit, semble-t-il, sur l'affaire du mariage annulé de Lille. Qu'on le veuille ou non, le jugement du tribunal revient de facto à faire valider par la Loi un précepte sinon directement religieux, du moins directement hérité ou reçu d'une religion.

          On a connu la république plus férocement laïque !... Chirac, Schweitzer et consorts ne doivent-ils pas s'étouffer depuis le prononcé du-dit jugement ?...

          Une chose a été peu relevée, cependant, ou pas du tout. C'est que le frustré de service, parcequ'il s'estime trompé en quelque sorte sur la marchandise, se comporte dans son nouveau pays d'accueil exactement comme il le ferait dans son pays d'origine. Il agit exactement comme s'il était toujours dans autre univers mental, juridique, coutumier; sans rien changer à ses moeurs et habitudes d'origine, et sans chercher à faire un minimum d'efforts d'adaptation à ce qui est pourtant devenu sa nouvelle réalité.

          Et là, c'est l'échec assuré. Non seulement, bien sûr, de l'assimilation, mais même tout bonnement de la simple intégration. S'imaginer que l'on peut se transporter avec armes et bagages dans un nouvel univers sans rien changer à ses façons de faire ou d'être "d'avant"; sans même chercher à faire un minimum de concessions, et vouloir que tout fonctionne comme par le passé; c'est assurément faire preuve de beaucoup de désinvolture ou d'inconscience. C'est condamner d'avance la greffe à l'échec...

          Elle nous semble être là, la leçon principale de ce fait divers...

Les commentaires sont fermés.