UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Deux faits tragiques, deux signaux forts -mais dans le mauvais sens- envoyés à la délinquance......

261945645.jpg

          A une semaine d'intervalle, deux faits tragiques, mais devenus d'une inquiétante banalité, sont venus défrayer la chronique.

           Un jeune Tunisien est mort, suite à son interpellation; puis un membre de la communauté des gens du voyage a été abattu par les gendarmes, alors qu'il tentait de s'échapper d'une gendarmerie.

1385690869.jpg

          N'étant pas des charognards, il n'est nullement dans nos intentions de nous repaître de faits somme toute pénibles, ou d'essayer d'en tirer un quelconque profit facile en daubant sur la délinquance qui.. ou que...

          Et nous laisserons dans les deux cas la Justice suivre son cours et faire son travail, en nous en tenant exclusivement à l'aspect politique des choses, qui lui est important, parce que révélateur d'un malaise profond dans notre Société. A quoi avons-nous assisté en effet dans les deux cas ?

          A une sorte de mobilisation des familiers des deux victimes, qui se permettent de manifester dans le premier cas, d'incendier trois véhicules dans l'autre: cette façon de réagir est évidemment tout à fait inappropriée, mais tout autant et plus encore inadmissible dans son principe même...

          A l'inverse, du côté des Pouvoirs Publics, on a assisté, dans un premier temps, à une attitude de distanciation (doux euphémisme...) vis à vis des membres des forces de l'ordre concernées. Dans un premier temps seulement car, très vite, le gendarme impliqué dans le deuxième fait divers a finalement été mis en examen, après une garde à vue prolongée !....

          On rappellera malgré tout que si, dans un cas comme dans l'autre, les deux personnes décédées avaient eu un comportement n'appelant pas l'intervention des forces de l'ordre , rien ne se serait passé. Il s'agit quand même, dans les deux cas, de personnes qui, à un moment, ont franchi la ligne rouge, et très franchement..... L'homme abattu par les gendarmes était responsable d'agression à main armée: était-il vraiment indispensable pour Michèle Alliot-Marie de se précipiter à ce point pour présenter ses condoléances, presque "en express", à sa famille ?

           On aimerait la même rapidité et la même sévérité face aux auteurs des milliers d'"infractions" (terme pudique...) qui empoisonnent notre vie quotidienne, mais on sait pertinemment qu'ils ne sont pas toujours inquiétés, ni inquiétés si durement..... Que cherchent les Pouvoirs Publics ?

          Oublier qu'il s'agit, dans les deux cas qui nous occupent, de délinquants et de délinquance caractérisée, et présenter à priori comme au moins suspects les policiers, et finalement coupable très fortement présumé le gendarme relève d'une perversion de l'esprit, et d'un retournement des valeurs pernicieux, voire mortel. De la part des familiers des victimes, mais aussi de la part des supérieurs des forces de l'ordre.

          C'est par la tête que pourrit le poisson. A force d'envoyer des signaux forts à la délinquance comme le fait actuellement le Pays Légal, il ne faut pas s'étonner que l'on assiste à une explosion exponentielle des délits en tous genres. On n'a -et on n'aura de plus en plus si rien ne change- que les conséquences....

          C'est vieux comme le monde, on le sait depuis l'Ecclesisaste: "Les parents ont mangé des raisins verts, et les enfants ont eu les dents agacées...."

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL