UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A propos des nouveaux programmes de l'école primaire...

          Le débat n'est certes pas nouveau, mais il revient périodiquement sur le devant de la scène. A propos des orientations prévues par Xavier Dracos pour la prochaine rentrée, de nouveaux échanges (parfois forts vifs...) ont eu lieu autour d'une question qui, de fait, renvoie à beaucoup d'autres: pourquoi tant de fautes d'orthographe ?...   

           Il ne faut pas chercher midi a quatorze heures, et faire de longs discours là où le constat est somme toute facile a faire: dès la Maternelle, on veut faire trop de choses à l'école, au détriment bien sûr de l'essentiel, qui se trouve presque relégué... après tout le reste !

           Dans cette quête insensée d'encyclopédisme forcené se trouve l'une des causes majeures de la crise de notre Ecole, dans son ensemble. A force de vouloir trop faire, de vouloir tout faire, on ne fait plus rien vraiment bien. "On" a cru intelligent de faire du secondaire dans le primaire, et du supérieur dans le secondaire. Et "on" s'est extasié. Résultat: les professeurs de Faculté sont obligés, en catastrophe, de faire du primaire dans le supérieur. Il y a un temps pour tout, dit la sagesse populaire (s'inspirant de l'Ecclesiaste...)

          Jean-Paul Brighelli accuse : "C'est aussi l'héritage de l'abandon progressif de la dictée au collège depuis une quinzaine d'années."

          Pour Danièle Manesse, professeur de sciences du langage à la Sorbonne et co-auteur d' "Orthographe, à qui la faute ?", "...le langage SMS n'influence pas l'orthographe. Les élèves savent qu'ils utilisent un code, un langage secondaire. La baisse du niveau en orthographe serait plutôt le résultat du peu de temps consacré à l'étude de la langue à l'école."...

         

 

Les commentaires sont fermés.