UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En réponse à un lecteur qui nous a écrit ceci: "La folie OBAMA..."

          "Avez-vous remarqué l’engouement des médias pour Barack Obama? Il est évident. Clair comme le jour. On sent bien que pour ces messieurs (et dames), il a la préférence sur Hillary Clinton et naturellement sur John Mccain.

          Pour quelle raison ? Ses idées ? Sa politique ? Évidemment non. S’il est choyé, adulé, porté, espéré par les médias français, c’est tout simplement parce qu’il est noir. (pour être tout à fait précis, métis: de père noir et de mère blanche, ndlr) Certes, Hillary CLINTON est une femme. C’est un avantage. Mais, à l’évidence, un homme noir passe avant une femme blanche. Ah ! Si Hillary CLINTON était noire, si, de surcroît, par exemple, elle était gay, alors là, ce serait très différent. Pour tout dire, ce serait le top…

          Tout cela n’est pas très sérieux et à force de telles niaiseries, c’est un univers assez stupide qui se construit. Ou plutôt qui se dé-construit. Il faudra beaucoup de bons sens et le courage de quelques uns pour remettre les idées en ordre et les valeurs à leur place, lorsque l’envie en viendra aux peuples … Que Barack OBAMA soit préféré parce que noir est, tout bien considéré, une forme de racisme. Et ce genre de parti-pris en un tel domaine ne produit en général rien de bon. On en a toujours les conséquences. Sur ce terrain, il n’est d’ailleurs pas sûr du tout que nous soyons au bout de nos peines…"

          Le lendemain du jour où nous recevions cette réflexion, on a pu lire l'entrefilet suivant dans la presse: "Delanoë vote Obama: Bertrand Delanoë observe avec attention les primaires américaines, en particulier l'ascension du démocrate Barak Obama. Le maire de Paris, qui dit redouter la dureté de Hillary Clinton, estime que "l'élection d'un candidat noir démontrerait la capacité de rebond de l'empire américain" notamment par "le défi que l'Amérique se lancerait alors à elle-même".

          On voit bien par là que notre lecteur a, évidemment, raison. Voter pour ou contre quelqu'un à cause de la couleur de sa peau revient à faire preuve d'une grande niaiserie. Exactement du même type que celle que nous dénoncions ici même, le 27 mai 2007; nous faisions alors la même remarque que notre lecteur, illustrée bien sûr par un autre exemple, mais le fond restant identique...

          N'importe quoi!...Marie Darrieussecq n'en démord pas: il fallait voter Ségolène Royal "parce que" c'est une femme; outre que cela se rapproche du racisme (eh oui...) les adversaires semblent alors fondés à demander que l'on vote Sarkozy "parce que" c'est un homme, et on voit bien apparaître l'inanité du propos; pas étonnant qu'avec de tels "arguments" (?!) la gauche ait été sévèrement battue...; à quand un parti présentant un albinos ou un unijambiste et basant sa campagne sur le thème: votez pour nous, "parce que" personne n'est jamais allé aussi loin et n'a présenté d'albinos ou d'unijambiste ! CQFD...On est bien loin de Jean Jaurés !.....

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL