Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

elizabeth ii

  • "Nous, les Français, nous n'avons pas la chance d'avoir la reine d'Angleterre" (Christine Ockrent)

          Il ne s'agit évidemment pas - sujet assez stérile - de comparer la monarchie britannique, bien réelle, à celle que nous proposons. L'histoire, la géographie, la tradition, la structure sociale, la culture des deux nations européennes que sont la France et l'Angleterre, sont différentes. Leurs institutions le sont aussi, naturellement, nécessairement.

          Mais, si décadente que soit, elle aussi, la société anglaise, l'on n'a pu s'empêcher de regarder avec un rien de nostalgie, et avec une certaine envie, les images diffusées a la télé. Ni d'écouter la courte correspondance de Londres que France Info a diffusée, il y a quelques mois, sur la popularité "immense" d'Elisabeth II.  

          Elle n'a pourtant été "élue" par personne. Sa légitimité ne procède d'aucun vote, mais de la tradition britannique et de l'Histoire. Dans ce monde dit "moderne" auquel, malgré sa monarchie, l'Angleterre n'a pas échappé, elle incarne, néanmoins, la pérennité, l'unité, la confiance de la nation britannique en elle-même.

          C'est, sans-doute, là, un bien précieux. Et il n'est pas inutile d'y réfléchir, pour la France, en regardant ces grandioses images - grandioses, humoristiques et simples, à la fois - de cette ouverture des JO "par James Bond et la reine d'Angleterre". 


           La correspondance de Londres de France Info :