Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

autrichienne

  • Terreur, Acte II : 16 Octobre 1793, Assassinat de Marie-Antoinette...

              Après l'Acte I, du 21 Janvier, qui constitue l'acte fondateur des Totalitarismes modernes, voici l'Acte II de la tragédie révolutionnaire, acte dans lequel on peut voir a la fois une barbarie inutile, et l'une des racines lointaines, mais profonde et essentielle, du Racisme moderne: après l'assassinat de Louis XVI, voici l'assassinat de Marie-Antoinette, deuxième personne de cette trilogie des martyrs, massacrée parce qu'elle était reine mais aussi parce qu'elle était autrichienne, étrangère (1); une trilogie qui ne sera complète dans l'horreur que le 8 (?) Juin 1795, avec la fin de la longue agonie (d'un an et demi...) d'un enfant de dix ans.
              En inventant un Homme abstrait, avec un "H" majuscule, qu'elle a idéalisé et divinisé, la révolution s'est ruée sur les hommes qui nous entouraient, et qui nous admiraient (car, à l'époque, tout le monde parlait français et "badait" devant la France... En parlant des "Droits de l'Homme", elle a foulé aux pieds les droits des hommes, nos voisins, qui n'étaient animés d'aucune mauvaise intention à notre égard, pour la très grande majorité d'entre eux: elle a semé la mort et la désolation en Europe pendant près de vingt ans, tuant les hommes de chair et d'os, et dévastant leurs terres, pour apporter soi-disant la liberté à un Homme abstrait et désincarné qui n'existe nulle part, et que nul n'a jamais rencontré. 2.300.000 français tués, et 500.000 séparés de la mère-patrie (soit 10% de la population !); 20 millions de morts en Europe; et un continent ravagé par cette effroyable guerre civile européenne dont la révolution porte seule la responsabilité, et qui est un crime imprescriptible contre l'espèce humaine.
              En parlant de Liberté, elle a attenté aux libertés les plus élémentaires des gens, instaurant la Terreur à l'intérieur, puis la dictature napoléonienne; et en imposant son ordre brutal à l'Europe (comme le feront plus tard ses héritiers directs Hitler et Staline). En parlant d'Égalité, elle a multiplié les injustices, les abus et les privilèges qu'elle dénonçait et qu'elle a prétendu combattre, nous faisant passer d'une Bastille quasi vide à des dizaines de Bastille qui font de nous des citoyens surveillés sans cesse par une bureaucratie tatillonne et omniprésente, et de notre société une société bloquée. En parlant de Fraternité, elle a massacré les Vendéens, accomplissant ainsi le premier génocide des temps modernes (dont se souviendront, là aussi, ses enfants naturels, Hitler, Robespierre, Pol Pot...)

    (1): on appréciera le fait que la république, qui a excité la populace contre une autrichienne (une étrangère...), donne la France aux étrangers deux cents ans après: deux habitants sur trois de la Seine Saint-Denis, aux portes de Paris donc, sont étrangers (noirs ou maghrébins pour la plupart): on aurait peut-être pu prévenir la-dite populace qu'on faisait tout "ça" (la révolution...), pour en arriver à "ça" (la France donnée aux étrangers...): il est vrai qu'il s'agit de noirs et de musulmans, pas d'autrichiens, européens et catholiques.....