UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pour un état indépendant s’inscrivant dans le temps long, par Phi­lippe SCHNEIDER.

Édi­to­rial de la Lor­raine Royaliste

Pauvre année que nous venons de vivre ! La France a été tou­chée, comme beau­coup d’autres pays, par une épi­dé­mie venue de Chine et dont les causes sont encore incon­nues. Il faut dire que les Chi­nois ne font pas grand-chose pour nous éclai­rer. Il semble même que de nom­breux témoins du début de l’épidémie aient « dis­pa­rus » ! 

Cette épi­dé­mie a entraî­né un peu par­tout des morts, moins, beau­coup moins, que lors des grandes pan­dé­mies du pas­sé mais suf­fi­sam­ment pour que nous devions en tenir compte sur­tout que ce virus était (est encore) pra­ti­que­ment inconnu.

Les réac­tions furent dif­fé­rentes d’un pays à l’autre : fer­me­ture totale des fron­tières ou, comme la France, les lais­ser ouvertes. Confi­ne­ment total, par­tiel de la popu­la­tion ou non…

Cette crise, qui n’est pas finie, aura mon­tré aus­si beau­coup de fai­blesses dans notre pays :

- Notre sys­tème de san­té n’est pas au point, il s’est même lar­ge­ment dégra­dé au fil des années à la suite de mesure « d’économies ». Cela est par­ti­cu­liè­re­ment criant concer­nant les places dis­po­nibles dans le sys­tème hos­pi­ta­lier (hôpi­taux et cli­niques ras­sem­blés). Et pour­tant, nous sommes un des pays qui dépense le plus pour sa san­té ! En fait, notre sys­tème est beau­coup trop cen­tra­li­sé et bureau­cra­tique engen­drant des dépenses folles (plus du double en moyenne que les autres pays de l’OCDE) en per­son­nel admi­nis­tra­tif pour rien sinon rem­plir des for­mu­laires, des fiches admi­nis­tra­tives… mais pas soigner !

- Notre indus­trie phar­ma­ceu­tique qui dépend main­te­nant lar­ge­ment de l’étranger pour la four­ni­ture des pro­duits per­met­tant la fabri­ca­tion des médi­ca­ments. Cer­tains sont même  tota­le­ment impor­tés. Ce n’était pas le cas avant la « mon­dia­li­sa­tion » ! Et ceci se véri­fie pour nombre d’autres indus­tries. Nous ris­quons de ne plus pou­voir soi­gner nos malades en cas de vrai grave crise mon­diale et qu’arriverait-il si les voies de com­mu­ni­ca­tion étaient cou­pées ? Et c’est aus­si le cas pour de nom­breux autres pro­duits. La France a beau­coup per­du sur le plan indus­triel au nom d’une poli­tique à courte vue du « moindre coût » dans le cadre du « libre échange ».

- Par res­pect des « accords » de l’Union Euro­péenne, la France n’a pas fer­mé ses fron­tières, se conten­tant de deman­der que les fron­tières euro­péennes le soient. Pour­tant, nous remar­quons que beau­coup de pays, l’Allemagne en par­ti­cu­lier, les ont fermées.

Fai­blesse du gou­ver­ne­ment Fran­çais inca­pable réflé­chir avant d’agir, mais « frap­pant » très fort pour mon­trer qu’il existe sans pen­ser aux consé­quences de ses actions désor­don­nées. Cen­tra­li­sa­teur, il empê­cha toute ini­tia­tive locale. Fai­blesse éga­le­ment de l’Europe qui a mon­tré toute son inef­fi­ca­ci­té pen­dant long­temps. Sans comp­ter les choix des médi­ca­ments ou vac­cins sans doute plus liés aux « pres­sions » des indus­tries phar­ma­ceu­tiques que de leurs valeurs !

Si nous avons tous subit cette épi­dé­mie comme il y en eu beau­coup dans notre his­toire et de bien plus graves, cer­tains en pro­fite pour assoir leurs puis­sances. C’est Jacques Atta­li qui, il y a quelques années déjà, sou­hai­tait une grande pan­dé­mie tou­chant le monde entier pour per­mettre d’imposer un « gou­ver­ne­ment mon­dial ». Et il est cer­tain que beau­coup d’idéologues et de finan­ciers en pro­fitent pour pous­ser dans cette direc­tion pour en finir avec les Nations. Et nous le voyons déjà en Europe avec ces « emprunts euro­péens » – en fait de la mon­naie fabri­quée par la banque cen­trale euro­péenne – qui sont redis­tri­bués aux divers pays. Notre indé­pen­dance finan­cière n’existait déjà pra­ti­que­ment plus, mais c’est encore pire car nous serons tous tenus à la mer­ci du plus puis­sant finan­ciè­re­ment et éco­no­mi­que­ment des États euro­péens, l’Allemagne. Cette der­nière étant à la remorque des États-Unis d’Amérique.  Il faut aus­si se poser la ques­tion des consé­quences de ce déver­se­ment jamais vu de sommes pha­ra­mi­neuses dans l’économie ne repo­sant sur rien. Cet argent arti­fi­ciel per­met certes à cer­tains qui ne peuvent plus tra­vailler de sur­vivre mais essen­tiel­le­ment se retrouve dans le monde finan­cier, ce qui explique que les bourses ne cessent de pro­gres­ser alors même que l’économie est en grande par­tie à l’arrêt. Ceci pro­voque la créa­tion de « bulles » finan­cières qui, imman­qua­ble­ment, « écla­te­ront » un jour pro­vo­quant faillites et catas­trophes en série. Seuls les plus solides éco­no­mi­que­ment, finan­ciè­re­ment et – j’ajouterai – poli­ti­que­ment s’en sor­ti­ront. Et ce n’est pas le cas de la France pri­son­nière de l’Union Euro­péenne, finan­ciè­re­ment exsangue et éco­no­mi­que­ment malade.

Notre éco­no­mie, déjà mal en point il y a un an, va-t-elle pou­voir se remettre  de plu­sieurs mois d’arrêt presque total dans cer­tains sec­teurs ? Ne reve­nons pas sur les divers confi­ne­ments, couvre-feux et autres limi­ta­tions à mon avis en grand par­tie injus­ti­fiés mais il faut main­te­nant son­ger à l’avenir : com­ment recons­truire ? Il est déjà cer­tain que cela ne pour­ra se faire si nous res­tons dans l’Union Européenne.

Recons­ti­tuer notre indus­trie natio­nale pour nous per­mettre de retrou­ver une cer­taine indé­pen­dance tout en nous pro­je­tant dans les nou­velles indus­tries inno­vantes. Ceci sans dépendre de l’étranger pour les com­po­sants en par­ti­cu­lier pour l’industrie phar­ma­ceu­tique mais aus­si dans l’électronique. Mais com­ment faire confiance en notre répu­blique qui, nous l’avons vu entre autres avec Alstom et Laté­coère, brade nos entre­prises per­for­mantes à des socié­tés étran­gères ? Cela néces­si­te­rait aus­si de retrou­ver notre indé­pen­dance finan­cière en ne dépen­dant plus de la banque cen­trale euro­péenne pour nos opérations.

Nous le voyons, tout ceci néces­si­te­rait une volon­té farouche de l’État de recons­ti­tuer une France forte et indé­pen­dante. Pour cela, outre la volon­té, il fau­drait un État et donc un chef de l’État qui ait le temps devant lui, car rien ne peut se faire à court terme. Autant dire que cela est impos­sible dans notre régime où le pré­sident est élu pour 5 ans. Il faut à la France un chef de l’État qui ne s’occupe pas – comme Macron – des affaires quo­ti­diennes mais qui ait une vue à long terme, conduise les grands pro­jets mais sans entrer dans les détails, rôle des ministres, voire des entre­prises, des pou­voirs locaux… Seul un per­son­nage indé­pen­dant des fac­tions, donc non élu, mais ayant une légi­ti­mi­té his­to­rique peut le faire. En France, c’est notre Roi. Tra­vaillons à son instauration.

Source : https://www.actionfrancaise.net/

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel