UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Goldnadel "recadre" Schiappa et le PC sur le Parti communiste collabo : il a bien raison !

1. Acte 1. : Quelqu'un a tagué "collabo" sur le siège du PCF à Paris. Aussitôt Marlène Schiappa est sortie du bois, en tweetant : "Quand les insultes remplacent les arguments, les mots n’ont plus de sens. En mémoire de tous les communistes résistants ou déportés, il est inadmissible de traiter le @PCF de collabo. Et dans tous les cas, le taguer est illégal."
 
Ce à quoi Goldnadel a immédiatement répondu (toujours sur tweeter):
 
GOLDNADEL.jpg
 
 
 
 
 
G-William Goldnadel

GOLDNADEL.jpg
 
 
 
 
 
G-William Goldnadel
 
Chère @MarleneSchiappa depuis 30 ans des gens taxés d’extrême-droite sont taxés de fachos et de collabos sans appartenir à un parti ayant soutenu le pacte avec Hitler et publié son journal avec l’accord des nazis . L’anticommunisme est un humanisme. Modérez donc votre indignation.
 
2. Acte 2. :
 
Ensuite, des cocos ayant manifesté leur indignation ("Honte à ceux qui s'attaquent à notre parti. Notre histoire est celle de résistantes et de résistants. Nous porterons plainte et continuerons notre combat pour la liberté, pour une République sociale et démocratique !" ont-ils eux aussi tweeté; ajoutant, dans un second tweet : "Les héritiers de la collaboration avec les Nazis souillent du mot « collabo » le siège du Parti communiste. Le parti dont les militants se sont levé à la première heure contre le fascisme. Progressistes répliquons"), Goldnadel les a recadrés à leur tour : bis repetita placent !
 
GOLDNADEL.jpg
 
 
 
 
 
premier tweet : Le PCF s’est déshonoré en faisant paraître l’Humanité en négociant avec les nazis et en souhaitant la bienvenue à leurs soldats. Thorez a déserté. J’ai honte pour vous que vous n’en rougissiez pas davantage que vous l’êtes. J’attends votre plainte avec une sérénité amusée .
second tweet : Ils se sont levé juste après la signature du pacte germano-soviétique, le sabotage des arsenaux français et la parution de L’Humanité souhaitant la bienvenue aux soldats nazis en insultant les « juifs Blum et Mandel». La première heure après comme vous dites .
 
-----
 
Nous donnerons demain Monsieur Georges Mandel, de Jacques Bainville : un texte en deux parties où l'on voit la différence de traitement et de considération qu'il y avait entre le PCF insultant "le juif Mandel" et Bainville et l'Action française, parlant de "monsieur" Georges Mandel : Georges Mandel et l'AF s'estimaient, se respectaient et se considéraient mutuellement, ce qui n'était évidemment pas le cas au PCF...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL