UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Série : Le legs d’Action française ; rubrique 6 : Les traces de guerre civile – les « quatre États confédérés », l’antisémitisme, par Gérard Leclerc.

Source : https://www.actionfrancaise.net/

Voici la sixième rubrique de Gérard Leclerc sur «  Le legs de l’Action française  ». Il y aborde la problématique bien française de la guerre civile. Donc de l’implication de l’Action française dans ces luttes. Sa question est de savoir si le bien commun exige la perpétuation indéfinie de ces luttes civiles. Ne faut-il pas, sous peine de catastrophe, mettre les pouces et dire que l’on passe à autre chose ? Ne faut-il pas, pour l’A.F. savoir, comme Henri IV, décréter la fin des combats et proclamer la paix civique et l’amnistie  ? Il fait allusion entre-autres à l’Affaire Dreyfus et à l’antigaullisme.

gerard leclerc.jpgSur ce dernier point il est possible de se procurer le dernier numéro de la Nouvelle Revue Universelle n° 59 qui sera présentée au Camp Maxime Réal Del Sarte. Son dossier traite de  : De Gaulle – Maurras  : Influences, discordance, confluences. (ndlr)

Je voudrais maintenant aborder une question d’une tout autre nature et, là encore, je vais devoir le faire très rapidement, sans pouvoir prendre le temps d’en tirer toutes les conséquences. C’est un problème inhérent à tout mouvement qui s’engage avec vigueur et conviction dans le combat politique  : il risque, à tout moment, d’y laisser des traces regrettables. Et notamment des traces de guerre civile. C’est un problème pour l’Action française et plus particulièrement pour Maurras, d’avoir été lié aux troubles de l’affaire Dreyfus, avec, disons-le, un ressentiment à l’égard des Juifs, toujours censés avoir des intérêts différents de l’intérêt national, voire opposés à lui. D’où la théorie des “quatre États confédérés” qui associe les Juifs, les Protestants, les Francs-maçons et les “métèques” (du mot grec désignant les étrangers, non-citoyens). Cette théorie, que Maurras va reprendre à son compte, à l’origine n’est pas de lui. Elle est due à La Tour du Pin, un sociologue catholique qui va jouer un rôle très important dans le mouvement du christianisme social, et qui va rallier l’Action française dès ses débuts.

Là aussi, il y a toute une analyse à développer – je crois d’ailleurs que la Nouvelle Revue universelle va s’en occuper – parce ce qu’on ne peut pas comprendre l’antisémitisme de l’Action française indépendamment du contexte historique du début du siècle. Or celui-ci ne concerne pas la seule Affaire Dreyfus. Il y a à ce moment-là, dans le cadre de la République, une lutte antireligieuse dont le but délibéré est d’arracher au catholicisme français la place majeure qu’il occupe dans la vie des Français. La question religieuse a dès lors pris une place cruciale dans les débats civiques. C’est pour cela qu’à l’époque, des journaux comme La Croix ou Le Pèlerin, n’ayant rien à voir avec l’Action française, sont d’un antisémitisme extraordinairement virulent. Parce que la bataille se joue aussi à ce niveau-là.

Ce que je veux souligner ici, c’est le problème que pose le combat civique lorsqu’il risque de se traduire par une guerre civile à perpétuité. Nous autres Français, nous avons été trop souvent divisés, entretenant détestations, rancunes et hostilités tenaces. Il y a cette véritable guerre civile que fut l’affaire Dreyfus. Il y a aussi l’immense question du désastre de juin 1940 et de ses responsabilités, le soutien de l’Action française à Vichy et l’engagement d’un grand nombre de ses fidèles dans la Résistance, et les drames de la Libération. La question est de savoir si le bien commun exige la perpétuation indéfinie de ces luttes civiles. Ne faut-il pas, sous peine de catastrophe, mettre les pouces et dire que l’on passe à autre chose ? Ne faut-il pas savoir, comme Henri IV, décréter la fin des combats et proclamer la paix civique et l’amnistie  ?

Hier, j’entendais certains de nos amis rappeler les moments de souffrance liés à l’Algérie, au gaullisme, au colonel Bastien-Thiry, etc. Une période de l’histoire qui a été infiniment douloureuse. Cela réveillait en moi des souvenirs, j’étais tout jeune mais j’y ai été associé. La question n’est-elle pas, là encore, de savoir s’il ne faut pas dépasser cette querelle et se retrouver sur de nouveaux objectifs ?

Cela a été ma politique, dès les années 60, avec Bertrand Renouvin. C’est une histoire qui nous est propre, elle ne concerne pas toute l’Action française. Nous avons été les premiers, à l’époque, à dresser dans Aspects de la France un bilan critique du gaullisme dans un sens qui n’était pas purement négatif. Et nous avons établi des liens avec des gaullistes de gauche avec qui nous avions de larges zones d’accord  : Frédéric Grendel, Philippe de Saint-Robert, et les responsables de L’Appel, la revue de l’Institut Charles de Gaulle, qui sont restés des amis, comme Olivier Germain-Thomas.

Gérard Leclerc ( à suivre)

Retrouvez les rubriques de l’été militant 2020 du site de l’Action française  :

Par Christian Franchet d’Esperey

1 – Est-il opportun de s’accrocher à un homme aussi décrié ?
2 – Les positions les plus contestées de Maurras ne doivent plus faire écran à ses découvertes majeures
3 – maurrassisme intra-muros et maurrassisme hors les murs
4 – Une demarche d’aggiornamento cest-a-dire de mise au jour

Par Philippe Lallement

Le maurrassisme est-il devenu un simple objet d etude historique

Par Gérard Leclerc

  1. Le legs d’Action française
  2. Maurras humaniste et poete
  3. L homme de la cite le republicain
  4. Un mouvement dote dune singuliere force d attraction

Commentaires

  • Plus que le "vichysme" de Maurras, c'est son antisémitisme viscéral qui a plombé durablement l'Action française et qui a permis à ses ennemis une stigmatisation facile du maître et de ses disciples.
    Quant aux Quatre Etats confédérés de La Tour du Pin, ils étaient bien vus dans une thèse sociologique qu'on archiverait dans une bibliothèque universitaire, mais particulièrement toxiques au coeur d'une propagande politique qui *unissait* ses adversaires dans un théorème de physique sociale, car ils leur donnaient des verges pour se faire battre, et effectivement le mouvement d'idées fut battu au bénéfice des Confédérés !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel