UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lourdes rouvert, par Gérard Leclerc.

© Roland Darré / CC by-sa

La réouverture des sanctuaires de Lourdes, même si elle s’opère dans des conditions forcément strictes, est pour les catholiques la bonne nouvelle tant attendue. Le caractère symbolique de la ville des apparitions mariales donne à cette décision une portée nationale et même internationale. Je ne voudrais pas opérer un rapprochement fâcheux, mais la fermeture des grilles des sanctuaires n’a qu’un précédent dans l’histoire : c’est lorsqu’au moment des apparitions à Bernadette, la grotte fut momentanément interdite à la population de Lourdes, me semble-t-il par arrêté préfectoral.

gerard leclerc.jpgCela ne devait pas durer longtemps et les motifs n’ont d’évidence rien à voir avec ceux du confinement actuel. Mais il n’en reste pas moins qu’il y a quelque chose de douloureux, voire d’insupportable dans le fait de ne pas pouvoir accéder librement à un lieu dévolu à la prière, et qui plus est un lieu de manifestation collective.

Le Conseil d’État, à sa façon, vient d’entériner ce droit impératif à prier et à prier ensemble, en jugeant que l’interdiction générale et absolue de tout rassemblement dans les lieux de culte était disproportionnée en période de déconfinement. Elle constituerait même une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de culte, une liberté définie comme fondamentale. Le Premier ministre a donc été enjoint, lundi dernier, à remplacer cette interdiction par « des mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires ». On peut donc espérer que nous pourrons célébrer, dans nos églises, la fête de la Pentecôte, le 31 mai prochain. Chaque diocèse prendra les dispositions nécessaires pour répondre aux normes sanitaires, et il est probable que le nombre des messes sera considérablement augmenté pour que les fidèles puissent être accueillis dans les conditions requises.

Que le droit à la liberté de culte ait été réaffirmé ainsi avec vigueur constitue d’évidence une excellente nouvelle. Et même si la prière n’a jamais été interrompue, dans le cœur des chrétiens, il est heureux qu’ils puissent à nouveau se rassembler, à l’image de ce qui a été inauguré à Lourdes.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 20 mai 2020.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL