UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le second tour des élections municipales, par Jeanne Estérelle.

Qu’il célèbre Marseille ou Martigues, Charles Maurras évoque le passé, Jacques Gelu, «  archevêque au temps de Jeanne d’Arc, dont il fut le soutien  »1, ou «  le bienheureux Gérard Tenque, fondateur des Moines hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem  »2. Son amour des «  républiques urbaines  »3 s’enracine dans l’histoire et, quand elle ne fait pas croître ses craintes, elle le fait se «  retourner vers le bel avenir  », dans l’illusion de «  l’Etat nouveau, l’Etat du Maréchal  ».4

Bien que Maurras soit resté fidèle à son premier élan monarchiste, «  Les libertés, en bas  », son extrême lucidité a donné au projet de l’été 1899, comme à l’analyse qui le justifiait, la dimension d’une uchronie qui a, paradoxalement, désarmé plusieurs générations de royalistes. S’engager dans une campagne municipale exige, en effet, de traiter avec des citoyens retournés «  à la condition individualiste du sauvage et du primitif. »

Mais à l’heure où tombent en désuétude toutes les libertés, à l’heure où les métropoles étouffent les dernières initiatives communales, osons nous battre pour le candidat chez lequel l’Etat n’a pas encore atrophié «  la fonction civique  » ! Refusons d’être «  traité(s) en mineur(s)  » !

Elu député du troisième secteur de Paris, le 16 novembre 1924, Léon Daudet a de quoi nous surprendre ! Suivons-le en promenade ! «  Il y a non loin de Toulon, à l’entrée des gorges d’Ollioules, un hameau, formé de quelques vieilles demeures, aussi ancien et mystérieux que les Beaux, nommé «  Evenos  », l’évènement, en provençal. Que s’est-il passé là, dont la trace est demeurée dans la dénomination ? Je l’ignore.  »5 Tant mieux ! Evenos ! Créons l’évènement dans l’histoire de l’Action Française ! Agissons au second tour des élections municipales !

Dans l’interruption du scrutin, voyons la continuité du dessein providentiel que nous célébrons ! Jeanne la Pucelle n’a-t-elle pas repris l’épée de Godefroy de Bouillon ? N’a-t-elle pas été logée dans la Tour du Coudray où fut emprisonné Jacques de Morlay ? N’a-t-elle pas agi dans la continuité de l’Ordre du Temple ? L’épée de Jeanne est le signe d’une victoire dont nous pouvons suivre la trace, dans le calcul même de la défaite.

1 Marseille en Provence, Les tables claudiennes, Lardanchet, Lyon, 1944, p 88
2 Candide, 18 août 1944
3 Action Française, 21 mars 1941
4 Candide, 18 août 1944
5 Léon Daudet, Les universaux, Essai sur les mouvements et les figures des idées et des passions humaines, Bernard Grasset, Paris, 1935, p 22

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL