UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La France à la recherche de son grand homme… par Christian Vanneste

En cette fin d’année 2019, un bilan s’impose. S’il y a un mouvement qui a dominé l’histoire récente un peu partout dans le monde, ce n’est pas le « progressisme », ni la mondialisation chers au président français, mais au contraire le réveil des Nations, incarné par des hommes forts à la fois conservateurs et populistes, qui placent au premier rang de leurs devoirs la défense de l’identité et de la souveraineté des peuples qui les ont mis à leur tête.

VANNESTE.jpgCe qui était une option paraît être devenue une nécessité impérieuse. On insiste souvent sur le caractère insulaire du Royaume-Uni. Il faudrait peut-être s’interroger sur l’insularité idéologique de notre France malgré sa géographie continentale. Il y a chez nous depuis un certain temps un tropisme du contre-sens, celui qui, par exemple, avait offert le pouvoir à Mitterrand et à un gouvernement socialiste et communiste en 1981, au moment même où Thatcher et Reagan prenaient la tête du Royaume-Uni et des Etats-Unis pour y mener une politique néo-conservatrice qui conduisit notamment à l’effondrement du bloc soviétique.

Poutine a amorcé le redressement de la Russie qu’il poursuit inlassablement malgré les nombreux obstacles que les Occidentaux lui opposent. Chacun lui reconnaît une présence d’une rare efficacité sur la scène internationale. Puis, Trump a été la grande surprise américaine. La gauche mondaine, « libérale » au sens américain du terme, dont M. Macron est le représentant chez nous, avec ce mélange de social-démocratie, de goût pour la décadence des moeurs, et d’effacement des identités et des frontières, n’a jamais pardonné au Président des Etats-Unis sa victoire, et moins encore les succès incontestables de sa politique qui ont amené le pays à un taux de chômage historiquement bas. Les démocrates, fous de rage, ont dès son élection entrepris une stratégie de destitution fondée sur la Russie d’abord, puis sur l’Ukraine, qui privilégie les intérêts du parti et dessert l’image du pays. Ils risquent bien de faciliter une réélection aujourd’hui possible alors que nos médias n’ont cessé de présenter Trump comme une anomalie que l’histoire allait balayer. En Inde, le Premier Ministre Modi entame un second mandat après une victoire électorale éclatante de son parti, le BJP. L’affirmation de l’identité hindouiste de l’Inde est cette fois clairement exprimée. Un peu à la manière de la Russie orthodoxe, l’Inde met en avant une religion, tout en acceptant les autres, mais contrairement au pays de Poutine, elle rejette l’islam en excluant les immigrés musulmans de l’accession à la nationalité indienne. Les motifs de cette discrimination redonnent son sens à ce mot. Il s’agit d’un choix légitimé par des critères rationnels : l’Inde est bordée à l’Est et à l’Ouest par deux pays musulmans qui oppriment les autres religions au point de pousser à l’émigration leurs membres. En son sein, la population musulmane grandissait plus vite que les autres. Enfin le souvenir des massacres atroces subis durant des siècles par les Hindous de la part des islamistes, qu’on évalue parfois jusqu’à 400 millions de victimes, et celui plus récent des attentats commis par des fanatiques suscitent une prudence qui appelle au devoir de précaution démographique auquel l’Europe pourrait songer, elle-aussi. On pourrait encore citer le Hongrois Orban, leTurc Erdogan, l’Egyptien Al-Sissi, le Brésilien Bolsonaro, qui, chacun à leur manière sont des hommes forts et des nationalistes, dans des contextes politiques très différents. Le dernier en date est Boris Johnson, typiquement britannique par son goût de la singularité, qui vient de remporter haut-la-main les élections législatives, en détachant le Royaume-Uni de la pesante médiocrité européenne, en réaffirmant, lui, la prééminence de la souveraineté populaire dans une véritable démocratie, et plus récemment, à l’occasion de Noël, en rappelant son attachement à la défense du christianisme.

Notre chef de l’Etat, élu par défaut, fait bien pâle figure sur cette photographie des hommes qui comptent dans le monde. Fêtant somptueusement son anniversaire en terre étrangère tandis qu’en France, sa politique avait engendré un chaos gâchant la période habituellement enchantée entre Noël et nouvel-an, il n’a pu s’empêcher une fois de plus de salir l’histoire de son pays, par une repentance injustifiée. Cette insistance, sa volonté de plus en plus isolée de vouloir poursuivre la construction européenne sur les ruines des souverainetés nationales, le démantèlement de notre industrie, auquel il a activement participé, les marques de mépris envers les Français modestes, comme une attirance curieuse vers une altérité douteuse ou sulfureuse, tout chez lui fait suspecter un « autrisme », une préférence étrangère, étrange chez celui en qui tous les Français devraient pouvoir se reconnaître. Qu’avait-il besoin d’embarquer dans son avion vers Abidjan le rappeur Vegedream ? Il témoignait, paraît-il, du lien culturel entre la France et la Côte d’Ivoire… De son nom jusqu’au florilège de ses textes, » j’vais niquer des mères. J’vais tout casser… Sale pute, va niquer ta race » rien ne le situe vraiment dans la mise en valeur de notre culture à moins d’accepter que celle-ci doive tendre à la grossièreté et à l’incitation à l’ensauvagement de notre société.

Il est indispensable et urgent qu’un homme se lève, ou une femme, qui puisse éviter qu’une seconde fois, les Français élisent par défaut un homme qui déclasse notre pays !

Commentaires

  • Je n'en vois pas. Tout laisse croire que les carrures qui feraient l'affaire ont choisi de sortir du champ politique et pire encore, du territoire fiscal français, parfois pour des raisons de simple efficacité. On pilote ses affaires sur les marchés porteurs. Quels sont les marchés porteurs en France ?

    En trouverait-on un que je ne le vois pas tenir longtemps dans la tenaille de l'Etat profond retranché sur ses privilèges et la masse à millions des toxicomanes de l'Etat-Providence. Ce pays est malade de son peuple, mais ce n'est pas politiquement correct de l'affirmer.

  • Les Royalistes, les VRAIS, tout comme le RN (FN) ont une belle carte à jouer: nous n'avons jamais participé ni de près ni de loin au gouvernement de la France. Le foutoir actuel est issu des partis de gouvernement, le Front républicain, , qui s'est partagé le pouvoir et n(a nul envie de le céder, SAUF……………..

  • SAUF... que les monarchistes français ne sont pas prêts.

  • Sauf que... Je trouve un changement énorme effectué par le Prince JEAN par rapport à son père ou à son grand-père. Il a une présence indéniable dans les médias et ne tardera pas à être reconnu par les français. Bien évidemment, la ré-instauration monarchique ne peut se faire en un claquement de doigt. Et je le regrette, compte tenu de mon âge. Mais appliquons les vertus théologales, Foi, il faut y croire, et Espérance et Charité, amour du Roi pour son peuple.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL