UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Retraites : oui à la suppression des "régimes spéciaux", mais soutien total aux régimes "autonomes"

Ne passons pas d'un système qui fonctionne à un Système qui ponctionne. Avocats, kinés, infirmiers, professions libérales dans leur ensemble se voient menacer d'un doublement de leurs cotisations, pour des retraites finalement inférieures. Les avocats, par exemple, ont un système excédentaire, et qui reverse chaque année cent millions au Régime général...

Quand on fait des réformes, c'est pour améliorer ce qui ne marche pas, ou mal, pour que cela marche mieux.

Prétendre aligner la totalité des métiers sur un seul système, c'est du jacobinisme centralisateur aberrant et indéfendable : oui, il faut supprimer les injustices créées par les "régimes spéciaux" (un conducteur de bus à Bordeaux est moins bien traité qu'à Paris : pourquoi ?) mais il ne faut pas toucher aux régimes autonomes, qui marchent bien, qui sont excédentaires, alors que l'Etat est un piètre gestionnaire.

Et, là, il ne s'agirait en fait, sous couvert de justice, d'égalité et autres fadaises, que de "prendre" à ceux qui ont bien géré pour jeter, dans le tonneau des Danaïdes - par définition "sans fin" - de ceux qui ont mal géré !...

Finalement, la réponse à la problématique des retraites, c'est - sous une forme ou sous une autre, qui reste à ré-inventer - le "retour" à quelque chose qui reprendrait tout ce qu'il y avait de bon dans les Corporations, qui faisaient aussi office de Caisses de retraites...

Commentaires

  • Malgré tout, cela ne vaudra jamais le privilège du roi dans les corporations de métiers. Ce qui démontre tristement que la république n'a jamais eu de finalité bienveillante. Pire encore avec sa devise franc-maçonne de mauvaise foi ' liberté égalité fraternité ' sitôt inscrite, elle fut en fait la base de ce qui nous serait ôté, et non.. accordé. Aujourd'hui c'est un principe de gouvernance.. il faut absolument l'éradiquer.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel