UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

JEAN-LOUIS GOURAUD, « LA PLUS BELLE CONQUÊTE DU CHEVAL »

2222227622.jpg

« ... Ça tient à un seul mot : Cheval. » 

C’est au Maghreb que j’ai pris conscience du rayonnement de mon confrère Jean-Louis Gouraud (Le Figaro, Jeune Afrique, La Revue, etc.). Un rayonnement pan-nord-africain car, dans les cinq pays (Libye, Tunisie, Algérie, Maroc, Mauritanie), composant cet ensemble géopolitique, jadis romano-berbère puis musulman sunnite et où, malgré les points communs, chacun se déteste, s’épie, se joue des tours, se nuit (surtout depuis la décolonisation au milieu du XXème siècle) ; eh bien Gouraud, lui y a toujours eu et continue à y avoir partout des amis loyaux et efficaces. Ça tient à un seul mot : Cheval. 

51XM4YT18SL._SX333_BO1,204,203,200_.jpgL’hippologue et hippophile français fait l’unanimité au Maghreb à cause de sa science hippologique. Les Nords-Africains ont une passion commune : le cheval. Ardente, indémentie, pas suffisante pour dépasser les clivages politiques mais permettant à Gouraud, depuis des décennies, d’être partout bien reçu au Maghreb ; chez feu le colonel Kadhafi, au temps de sa rude splendeur, chez les rugueux cactus du sérail politique algérois, à la cour policée de Sa Majesté chérifienne ou encore dans l’ancien Fort-Gouraud en Mauritanie qui reprit un jour son nom français pour honorer le journaliste hippologue en visite. 

« Si Gouro » 

Je me souviens des commentaires de mes confrères marocains, au fameux Salon international du cheval d’El-Jadida (Mazagan de son nom indigène historique), il y a peu d’années, lorsque « Si Gouro »[1] y fut reçu en audience particulière par le roi Mohamed VI et son frère unique, l’émir Moulay-Rachid : « Gouraud aime et connaît les chevaux ». Au Maroc, une telle remarque vous classe un homme une fois pour toutes et a le pas sur toute autre considération. De quoi causèrent le monarque chérifien, le prince et l’hippologue ? De chevaux bien sûr et en particulier du geste remarquable du Palais ayant consisté à racheter, pour les haras royaux du Maroc, les derniers percherons français, cette antique race paysanne abandonnée par une France infidèle à son héritage campagnard, contrairement à son ancien Protectorat marocain. 

jlgouraud-equitation-blog-cheval-aventure.jpgGouraud, c’est aussi l’homme d’un fameux raid équestre à travers la Russie, en 1990, au cours duquel il franchit 3333 kilomètres en 75 jours avec la même monture, qu’il offrit ensuite au libérateur Mikhail Gorbatchev, l’ex-apparatchik qui fit sortir son pays du communisme avec le moins de casse possible. Au passage, signalons quand même, pour les curieux, que Gouraud, un vrai Arabe en ce qui concerne sa vie personnelle, est marié à une ressortissante russe qui lui a donné un fils nommé Nicolas-Timour. Les enfants Gouraud, nés auparavant d’autres unions de notre ami, portent les prénoms très évocateurs d’Hannibal (qui ne faisait pas la guerre aux Romains qu’avec des éléphants mais aussi, bien sûr, avec des chevaux) ou d’Attila (qui conquit l’Europe à cheval). 

De Xénophon à Jeanne d’Arc 

Véritable encyclopédie vivante du cheval à travers âges et civilisations, Gouraud a publié, comme auteur ou éditeur, des dizaines d’ouvrages sur les thèmes équins et où défilent aussi bien Xénophon que Jeanne d’Arc ou l’émir Abdelkader. 

51iltBlOAhL.jpgUn des livres les plus captivants de Gouraud est Le Pérégrin émerveillé (Prix Renaudot 2013 du Poche) où il nous fait voyager en croupe « par monts et par chevaux ». Pas avare d’humour envers lui-même, ce qui est fort rare, notre homme a intitulé un de ses ouvrages : Hippomanie… Pour l’anecdote encore, sachez que c’est Gouraud qui révéla au monde la confiscation par le Président François Mitterrand d’un cadeau d’Etat, reçu en Kirghizie, lors d’une visite officielle, à savoir le cheval de la rarissime race Akhal-téké prénommée Gendjim et que Mitterrand avait détourné au profit de sa fille adultérine férue d’équitation… 

Bref, rien, absolument rien de ce qui concerne les chevaux n’échappe à Gouraud et il en fait bénéficier le public avec une générosité sans faille. C’est ce que je constatais en 2018, au Salon d’El-Jadida, avec l’essayiste et vétérinaire marocain Jamal Hossaini-Hilali[2], en écoutant ensemble une conférence publique de Gouraud, riche en ironie et en notations politico-historiques, en liaison avec « La plus belle conquête de l’Homme », conférence restée inédite à notre connaissance. Voici donc ce texte plein de saveurs pour les lecteurs de lafautearousseau.  

[1] Si : Monsieur en arabe nord-africain
[2] Auteur entre autres d’un excellent livre sur un thème inédit : Des vétérinaires au Maroc sous le Protectorat français (1912-1956) Ed. Adrar, Rabat, 2015. Prix 2016 de l’Académie vétérinaire de France. Cet auteur s’est aussi fait connaitre pour avoir redécouvert un peintre animalier français du Maroc protectoral, Mattéo Brondy, ancien vétérinaire militaire fixé ensuite à Meknès, où il mourut en 1944. Hossaini-Hilali prépare maintenant sur Brondy un livre qui, sans doute, ne laissera pas Gouraud indifférent… Sur Brondy, voir aussi mon article « La colonisation par les vétérinaires » La Nouvelle Revue d’Histoire, Paris, janvier 2015.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel