UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Décès de Monseigneur le comte de Paris hier matin

Publié le 21.01.2019 - Actualisé le 22.01.2019

50996716_2339078502793401_8992736811365171200_o.jpgLe Prince Jean de France a fait l'annonce officielle du décès du Comte de Paris en ces termes simples que voici :

« J'ai la tristesse de vous annoncer le décès de mon père, Monseigneur le Comte de Paris, survenu ce matin. Je le confie à vos prières.

Jean, Duc de Vendôme
Domaine Royal de Dreux , le 21 janvier 2019 »

Le prince Jean, devient Chef de la Maison de France. 

Nous adressons à la Famille de France toutes nos condoléances et redisons au Prince Jean nos sentiments de fidélité et de respectueux attachement.     Lafautearousseau

 
Le prince Jean de France
Page Facebook officielle

Commentaires

  • Nous adressons nos très sincères condoléances ainsi que nos sentiments de compassion à la Famille de France.

  • Je n'avais aucune sympathie pour ce prétendant assez médiocre, mais je dois reconnaître que c'est une jolie pirouette que d'être mort le 21 janvier. Ce n'est pas l'Espagnol qui en aurait fait autant.
    Bien joué ! et passons aux choses sérieuses.

  • Le Comte de Paris n'était pas "prétendant", il était, tout simplement.
    Que Dieu l'accepte dans son Paradis.

  • La mort est une chose sérieuse !

  • lamentable!

  • Pierre, un peu de modération dans tes propos.
    Il gagnait à être connu, inutile de rentrer dans des polémiques déplacées.

  • Sincères condoléances, hors de toute polémique, en l'occurence hors de propos.

  • bonjour à tous
    "Un Roi est mort, vive le Roi". mais malgré cet adage, c'est une triste nouvelle car Henri était notre Roi. Nous présentons nos condoléances à sa famille, mais aussi au prince Jean qui devient notre nouveau Roi et au prince Gaston qui devient notre Dauphin, mais à qui il faut laisser le temps de vivre son adolescence sans pression. Nous avions une grande tendresse pour le prince Henri qui avait beaucoup souffert dans sa vie, et qui avait trouvé sur la fin de sa vie une certaine sérénité. Nous avons prié pour lui ce matin à la messe de notre paroisse.
    amitiés de Dracénie sous le soleil mais un froid vif.
    Brigitte et Christian

  • Mes condoléances à Monseigneur Jean de France et à la famnille royale de France. Le passé monarchique de la France hante la mémoire et la conscience de bien des Francais, particulièrement quand la République nous impose pour diriger le pays de pâles doublures de la royauté. Dans des temps anciens, nous avions une figure tutélaire au service de tous les Francais. L´absence du roi. se fait encore plus ressentir dans une époque où nous avons pour diriger le pays un chef de parti que l´inflation egocentrique ridiculise, et, bien pire, dessert cruellement notre pays.
    Je suis heureux de vivre dans un pays où Sa Majesté cristallise la tradition, l´identité et l´honneur. Les Danois ont de la chance.
    Ass. prof em. dr. Gérard Lehmann Université de Sud Danemark, ancien du combat pour l´Algérie francaise.

  • Merci pour ce très intéressant - et beau - commentaire.

  • Je présente mes sincères condoléances à la Famille de Monseigneur le Comte de PARIS. Maintenant c'est au Prince JEAN d'incarner la solution Royale ,si nécessaire à notre pays.

  • J'adresse toutes mes condoléances au Prince Jean de France, nouveau Comte de Paris, et à la famille de France.

  • Le Comte de Paris a achevé sa course terrestre. Pour ceux qui croient, il ne dépend plus que de nos prières e du jugement de Dieu. Mais, pour les mêmes, il me semble qu'il faut surtout prier pour le Prince Jean qui porte désormais la haute charge d'incarner l tradition royale et de la porter aussi loin et aussi haut qu'il le pourra. Pour tous, croyants ou pas, il aura besoin de notre soutien commun. De notre fidélité, de notre respect et, si je puis me permettre, de notre affection. Cor ad cor loquitur.

  • Je m'associe pleinement aux autres témoignages respectueux envers le Prince Jean. En revanche, je pense que toute polémique hostile envers l'autre famille alliée, celle du Prince Louis de Bourbon, non seulement est hors-sujet mais salit l'idéal royaliste.

  • Deux remarques relatives aux commentaires précédents :
    1. Il n'est pas automatique que le Chef de la Maison de France porte le titre de Comte de Paris. L'arrière-grand-père du prince Jean, Jean III, Duc de Guise, ne l'a pas porté. Le précédent Chef de la Maison de France, Philippe VIII, Duc d'Orléans, non plus. La décision appartient à Monseigneur le Duc de Vendôme, qui n'a encore rien annoncé à cet égard.
    2. D'accord pour éviter toute polémique envers le prince Luis de Borbon. Mais du point de vue français, on ne peut mettre sur un même plan ni établir une fausse symétrie entre la Famille de France et une famille princière de lointaine origine française mais espagnole depuis trois siècles et non impliquée dans la vie nationale. Le prince Luis est d'ailleurs de plus en plus impliqué dans la vie politique espagnole, notamment comme président du comité national pour la défense du Général Franco, son arrière grand-père. On ne peut que l'en féliciter, d'ailleurs.

  • Nous ne voulons faire la leçon à personne. Mais enfin, un peu agacés par la répétition-généralisation de l'erreur, nous croyons tout de même utile de rappeler voire apprendre, aux rédacteurs et journalistes incultes, aux profs ignares payés leur vie durant de nos deniers nonobstant leur inaptitude à l'enseignement et à la culture, que « nous a quittés » ne s'écrit pas « nous a quitté ». On est effronté de prétendre défendre la langue française quand on en bafoue les règles. Et qu'on ne prétexte pas une « coquille » - bien-sûr toujours possible et excusable - quand l'erreur est constante et répétée. Partout, d'ailleurs.

  • bonjour à tous
    j'ai compris : nous a quittés, verbe avoir accord avec le COD s'il est placé avant le verbe . a quittés qui ? nous , pluriel et devant "a" donc accord pour quittés.
    Ouf , j'ai relu mon texte et n'ai pas fait l'erreur .
    Mais cela n’empêche pas que le prince Henri nous à quittés et que c'est le prince Jean qui prend le relais de la tradition royaliste française en devenant notre Roi.
    Prions pour le prince Henri et accompagnons le prince Jean dans ses actions
    amitiés de Dracénie sous le soleil

  • mais oui, soutenons la défense de la règle de Clément Marot, et au passage ne confondons pas apprendre et enseigner.
    Francesca

  • Ne sortons pas trop du sujet. L'important maintenant c'est de soutenir le Prince. Sans trop se demander ce qu'il a à faire, ce qui le regarde, encore moins de le lui dire, mais plutôt ce que nous pouvons faire, nous, d'intelligent et de sérieux, pour rendre le royalisme crédible et attractif.

  • Tres touchee par le deces du Comte de Paris le 21 janvier 2019 jour anniversaire de l execution de notre regrette bon roi Louis XVI, un clin d oeil evident ! longue vie au nouveau pretendant au trone de France

  • Le prince Henri,notre défunt Comte de Paris et Duc de France,dans sa grande noblesse de cœur,avait écrit dans la prière qu'il avait composée en expiation pour la mémoire de son ancêtre "Philippe-Egalité",et pour le Roi martyr,la reine et toute la Maison royale,ces lignes: "Et moi,Henri,Fils de France,je vous supplie,Dieu de Miséricorde,de me donner d'être l'instrument de votre paix"...Elle fut dite publiquement par le Prince,la première fois le 21 janvier 1983 en l'église Notre-Dame des Victoires,qui,comme l'on sait,fut bâtie par son aïeul Louis XIII le Juste.
    Je laisse à ceux qui croient à la réversion des mérites et des peines dans la communion des saints le soin de penser s'il y a seulement un "hasard" dans la date du décès de ce regretté prince,digne descendant de saint Louis...
    Que la paix soit donc dans la Maison royale,et que les langues venimeuses,ignorantes des secrets des âmes se taisent!

  • Merci à Torsac .J'étais à Notre Dame des Victoires ce 21 janvier et je n'ai jamais oublié cette magnifique prière demandant grâce pour son ancêtre le Duc d'Orléans du Comte de Paris ,et j'ai dû souvent la rappeler, étonné qu'elle ne fusse pas plus connue.. Merci donc de nous avoir redonné le texte exact. Merci de votre commentaire qui à mon avis clos une querelle absurde fait de manière mécanique aux Orléans par des personnes qui ne comprennent en rien le mystère de la Royauté, de notre royauté intérieure aussi.

  • Quelques précisions simples et sans-doute nécessaires, à la suite du décès du Comte de Paris :

    1. Dès la mort de son père, le Prince Jean de France est devenu Chef de la Maison de France.

    2. Contrairement à ce que croient certains, le Chef de la Maison de France ne porte pas automatiquement le titre de Comte de Paris. Plusieurs des Princes placés par le destin dans cette position singulière, ne l'ont pas porté. À commencer par le Comte de Chambord, Duc de Bordeaux, Henri V. Mais deux autres de ses successeurs ne l'ont pas porté non plus : le Duc d'Orléans, Philippe VIII, le Duc de Guise, Jean III, arrière-grand-père du Prince Jean. Le titre que ce dernier portera relève de sa seule décision. En tout cas, le jour de la mort de son père, le Prince Jean a publié deux textes : une méditation sur le 21 janvier - avant le décès - qu'il a signée « Jean de France, Duc de Vendôme » ; un second pour annoncer la mort du Comte de Paris, qu'il a signé selon l'usage du Chef de la Maison de France, « Jean, Duc de Vendôme ». De son seul prénom, suivi de son titre.

    3. Pour le désigner, on dira ou l'on écrira désormais simplement : « Monseigneur le Duc de Vendôme ». Selon nous, le prédicat d'Altesse Royale (S.A.R.) ne lui sera plus attaché. Il se situe au-dessus. Il est le Prince. Il pourrait être le Roi.

    4. Du fait de la disparition du Comte de Paris, instituant aussitôt le Prince Jean Chef de la Maison de France, S,A.R. le Prince Gaston de France devient Dauphin de France.

  • Pourquoi parlez vous de "successeurs" d'Henri V puisque le Comte de Chambord est mort sans héritier ?

  • Le roi n'est pas un particulier. Il a toujours des héritiers, des successeurs. Sans enfants, le Comte de Chambord avait évidemment le souci de la continuité dynastique. C'est pourquoi il a accepté la soumission du Comte de Paris à la légitimité et a dit : "Les Orléans sont mes fils". Le Comte de Paris (pas celui qui vient de mourir, son père, Henri VI) résumait ainsi la question : "Je suis le descendant de Louis-Philippe et l'héritier du Comte de Chambord".
    Mais vous faites semblant de ne pas savoir tout cela, Ose. Et vous vous attardez sur des choses fort anciennes.

  • Vous avez peut-être raison, je m'attarde "sur des choses fort anciennes" mais c'est votre vision et je n'ai finalement, peut-être pas la même sensibilité que Lafautearousseau. Mon coeur bat pour une monarchie qui à vue humaine semble perdue, oubliée, à cause de la révolution et de l'usure du temps. Mais nul ne peut ignorer le passé pour qui veut comprendre le présent et se projeter dans le futur. Peut-être suis-je resté bloqué au XVIIIe S. !

  • Vous savez, la monarchie capétienne a duré mille ans. Ses formes ont nécessairement changé d'un siècle l'autre. On ne restaurera pas la monarchie dans ses formes du XVIIIe siècle, évidemment. Ou du XIXe. Mais je pense que par delà ses formes d'un temps ou un autre, la monarchie française reposait sur un fond pérenne, des principes, des règles, un esprit profond qui valait et vaut toujours. Aussi, nous ne sommes en désaccord peut-être qu'en surface. Croyez-vous que je ne souhaite pas que nous retrouvions une monarchie traditionnelle dans son tréfonds ? Simplement, il faudra qu'elle se dégage des réalités de ce temps, y compris pour les affronter. Vous savez, le cycle révolutionnaire est peut-être en train de s'épuiser aujourd'hui. Il n'a pas les promesses de l'éternité. Le dégoût des Français actuels pour le régime, qu'ils expriment en ce moment n'en est peut-être qu'à ses débuts. La République et l'idéologie qui la sous-tend ne suscite plus guère de passions. Travaillons !

  • C’est cela, travaillons.
    Travaillons à être unis , travaillons à faire cesser de vaines querelles dynastiques ou autres . travaillons à faire connaître notre Histoire dans sa vérité, travaillons à faire partager nos valeurs et nos idéaux. Travaillons en montrant l’exemple sans ressentiments et sans haine.
    Nous avons du pain sur la planche mais l’usure du temps travaille pour nous.
    Et que Dieu protège le roi

  • Cincinatus a raison : "Nous avons du pain sur la planche mais l’usure du temps travaille pour nous. Et que Dieu protège le roi."
    L'usure du temps, elle ronge maintenant la République au sens de 1793. Et son idéologie épuisée. Et, intégralement le Système. C'est le phénomène auquel nous assistons ces temps-ci, avec un peu d'étonnement. Mais, n'est-ce pas ?, "seul l'extraordinaire arrive". Le reste ne fait que se poursuivre. Travaillons, comme le fait ce blog avec quelque intelligence.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel