UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rire ou sourire un peu ... même s'il n'y a pas vraiment de quoi

Commentaires

  • Pour comprendre la nature de la Macronie, ses idéaux, ses valeurs, il y a deux ouvrages à lire ou relire écrits par un historien et philosophe américain inclassable, critique radical du libéralisme mais conservateur '' La culture du narcissisme '' et '' La révolte des élites '' de Christopher Lasch, ce dernier livre montrant bien la montée de l'aversion des '' élites '' bobos de gauche comme de droite pour les gueux et dont Hillary Clinton et Macron sont deux représentants emblématiques. Lasch montre bien comment on est passé d'une économie de marché à une société de marché puis à une mentalité et des mœurs de marché libéraux-libertaires dont l'éloge du '' premier de cordée '' selon Macron ou la promotion de la GPA sont des symptômes évidents. En France, plus que jamais est évidente la rupture entre la France légale et la France réelle qui s'incarne sans doute en ce moment dans le mouvement des gilets jaunes, sans doute porteur d'une contestation plus globale du libéralisme et de ce que ce dernier fait des hommes.

  • Oui le libéralisme est sévèrement condamné par Rome ..A vrai dire le libéralisme est au pouvoir en France depuis 1974 ;Giscard un peu moins avec Mitterand (j'ai pas dit plus )puis rebeloote avec Chirac encore plus avec Sarkozy et léger bémol avec Hollande et amplifié avec Macron .Oui le libéralisme s'i lest bon pour l' Angleterre est une catastrophe pour la France

  • Je crois le libéralisme aussi destructeur quelque soit le pays.

  • Peut être oui c'est même probable !Oui ce qui nous importe c'est notre pays .Alors le reste plus ou moins pour l'Angleterre est finalement secondaire

  • " vérité au delà des Pyrénées , erreur en deçà "
    L'observation de Camelot me paraît bien juste, en particulier pour ce qui est du libéralisme bon pour l 'Angleterre [ et ] une catastrophe pour la France .
    Il pourrait en être de même pour la vision de l'Amérique . Et c'est bien la limite de l'uniformisation mondialiste , les peuples ayant semble t-il une personnalité propre transmise génétiquement et / ou infusée au cours des générations par l ' ambiance ; qu'importe .
    On se désole de l 'Etat de la France mais , combien de compatriotes supportent ou supporteraient de vivre en Grande Bretagne , en Allemagne , et même , chez nos sœurs latines ? Sauf à constituer des communautés de Français comme chez les expatriés .

  • merci ! je transcris pas très bien ou pas trop mal ce que disait Madiran .Merci

  • Plus exactement et après vérification , la citation de Pascal est " vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà " .

  • Je me permets de reproduire un article de l'AF consultable sur le site, et j'espère qu'elle ne m'en voudra pas.
    La mobilisation des Gilets Jaunes est un succès impressionnant que le gouvernement refuse de voir en s’abritant, comme d’habitude, derrière des querelles de chiffres et en tentant d’assimiler ce mouvement populaire à une nébuleuse d’extrême-droite dont la seule évocation suffirait à faire fuir les gens de goût et rire les gens intelligents.

    Dans les faits, c’est-à-dire dans le réel et non pas dans l’espace médiatique où Castaner et Macron caracolent à la tête de leurs troupes réduites, les Gilets Jaunes ont réussi, depuis plus d’une semaine, à mobiliser des dizaines et même des centaines de milliers de Français, à organiser des blocages de routes, d’autoroutes, de centres administratifs et des mises hors d’usage de radars.

    Ils l’ont réussi au prix de leurs vies et de leur santé, les anti-bloqueurs, soigneusement avertis par la propagande officielle, ayant bien compris que toute violence exercée à l’encontre des Gilets Jaunes serait considérée comme légitime. Car les Gilets Jaunes n’étant ni un parti ni un syndicat ni, donc, un “partenaire social”, les Gilets Jaunes n’étant en fait que le peuple… n’ont, en démocratie représentative et partisane, aucune valeur et aucune légitimité, quelles que soient leurs revendications, leurs régions, leur niveaux de revenus, leurs professions et leurs difficultés.

    Alors que la pression fiscale a atteint des niveaux inédits en même temps que les services publics (hôpitaux, gendarmerie, tribunaux, maternités, administrations diverses, transports…) se sont dégradés à un point tout aussi inédit, l’État jacobin continue à imposer des lois, des règlements, des taxes qui empoisonnent la vie des Français sans pour autant permettre au pays de réduire son endettement, de diminuer le chômage, de préserver sa souveraineté. Macron poursuit un rêve européen auquel il est seul à croire, et il le fait en insultant régulièrement depuis l’étranger les Français, ces Gaulois réfractaires, ces nationalistes lépreux, ces conservateurs haineux qui ne comprennent rien au rêve mirifique que le Premier des Premiers de Cordée et ses fidèles et vertueux lieutenants (Ferrand et Castaner en tête) font miroiter : une France enfin fondue dans l’Europe, des Français aussi pauvres que les Allemands et aussi asservis au Capital que les Grecs.

    Si Macron a honte de ces Français qui ne sont pas à ses ordres, nous avons honte de ces partis qui n’ont jamais su, tous autant qu’ils sont, mesurer et prendre en compte la misère et la détresse des Français. Nous avons honte de cet État centralisateur qui spolie les citoyens et détruit les corps intermédiaires. Nous admirons en revanche les Gilets Jaunes, dont la spontanéité et le courage témoignent d’une résistance des consciences face au rouleau compresseur étatique. Qu’ils continuent leur lutte, par tous les moyens : les libertés ne s’octroient pas, elles se prennent !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL