UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [3]

 Nîmes : vue extérieure du Musée de la Romanité face aux Arènes

 

Par Péroncel-Hugoz

 

IMG - Copie.jpg

Dimanche 10 juin 2018

150 km d’autoroute tôt le matin, le jour du Seigneur, de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume à Nîmes, ce n’est rien ; notre époque a parfois des avantages.

 

Un duo à la mode bobo 

Donc la senhora de Portzamparc qui fait parfois équipe avec son époux, Christian, Breton né au Maroc, d’une noblesse remontant au moins à Charles VI, forme avec l’architecte un de ces couples coqueluche du Tout-Bobo mondialisé, traitant d’égal à égal avec Hilary Clinton ou Philippe Sollers. A chacune des nouvelles réalisations de Madame et de Monsieur, c’est aussitôt un concert universel de louanges, et si vous n’y adhérez pas,  c’est que vous êtes nul ou « facho »….

Je ne vais pas essayer de  passer en revue tous les bâtiments réalisés sur les cinq continents par ce couple à la mode, et, il est vrai, travailleur, opiniâtre, imaginatif. Contentons-nous ce jour du Musée de la Romanité qui, vu de l’extérieur, même avec la meilleure volonté du monde, a tout à fait l’air d’une géante boite à chaussures un peu cabossée et mal emballée. La « peau » de verre et métal, jetée par Elizabeth de Portzamparc  sur son édifice nîmois, est justifiée par la conceptrice grâce à sa ressemblance supposée avec les plis des toges romaines… Au moins les déchirures de cette « toge » permettent de voir défiler les superbes arcades des Arènes.

Ce qui fait passer l’effet « boite à chaussures », c’est l’immense toit-terrasse dont la dame architecte a couronné son œuvre. Un toit d’où toute la noble beauté de Nîmes apparaît en majesté avec sa tour Magne, ses jardins de la Fontaine, ses nombreux clochers (Nîmes a certes une forte marque huguenote, remontant à la Michellade de 1567, cette Saint-Barthélemy à l’envers, survenue un lustre entier avant la vraie et dont bien sûr, on ne parle jamais, surtout dans ces dîners en ville où, si on met sur la nappe le sujet Religion, il se trouve presque partout un catho de gauche [race en voie de disparition…] pour vous envoyer à la figure la Saint-Barthélémy de 1572, ce par quoi je réponds avec la Michellade de  1567) et aussi ses abondantes frondaisons et également en périphérie de menaçantes « cités » peuplées de femmes voilées et de « guetteurs »…  

tour-magne.jpg

Nîmes, la tour Magne

 

A suivre demain, dimanche …

Lire les articles précédents :

Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [1]

Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [2]

Texte_captif_forme_1-02.jpg

Commentaires

  • Encore un bel article de Peroncel-Hugoz où l'on pourrait déceler une certaine ironie voltairienne . Pour ce qui concerne le hangar de la romanité et de sa faiseuse , Le Quartier Antigone à Montpellier avec l'architecture de Ricardo Bofill a une autre allure , mais il est vrai que la mairie n'était pas du même bord politique qu' à Nîmes ...
    Encore une illustration de ce que les ennemis de notre culture-entre autres- ne viennent pas forcément du côté où l'on s' y attendrait mais il -y-a longtemps que l'on a compris .
    En tout cas et pour ne pas terminer dans l amertume , merci à LFAR pour les lectures qu'elles nous propose .

  • Sans oublier non plus Wassy en 1562. Mais comme la Michellade, ces massacres de catholiques n'intéressent pas les manuels d'histoire de l'E.N. Preuve supplémentaire, s'il en est besoin, de constater que l'ennemi réel du système maçonnique est bien le catholicisme et non le protestantisme et encore moins l'islam !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel