Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire • « J’en appelle à toutes les mères » : Ce cri traverse les siècles !

 

1417414836 - Copie.jpgC'est sur un article du 30 mai 2017 [lien ci-dessous] que Richard a réagi vendredi dans les commentaires de LFAR en nous envoyant un extrait du Marie-Antoinette du toujours excellent Stephan Zweig. Henri à son tour a écrit : « ce cri traverse les siècles ! » Nous l'avons repris en titre. Il s'agit, bien-sûr, de l'accusation infamante portée par Hébert contre la reine. Accusation bien connue. Merci à Richard et Henri.   LFAR  

 

Le commentaire de Richard 

Marie-Antoinette (Stefan Zweig )

« Et, en effet, une effervescence profonde, une violente agitation remue la salle . Les femmes du peuple, les ouvrières, les poissardes, les tricoteuses retiennent leur souffle ; elles sentent, mystérieusement, qu'on vient de blesser leur sexe entier en lançant cette accusation contre Marie- Antoinette. Le président se tait, le juré indiscret baisse le regard : tous ont été touchés par l'accent douloureux et enflammé de la femme calomniée, Hébert quitte la barre sans ajouter un mot, peu fier de son exploit. Ils sentent tous, et lui aussi peut être, qu'à l'heure précisément la plus grave ce témoignage vaut à Marie-Antoinette un grand triomphe moral. Ce qui devait l'abaisser l'a élevée.

Robespierre, qui apprend cet incident le soir même, ne peut maîtriser sa colère contre Hebert .  ..... il décide en lui même, ce jour - là, de supprimer cette horreur. La pierre qu'Hébert a lancée sur Marie-Antoinette retombe sur lui , et le blesse mortellement. Dans quelques mois, il fera le même trajet que sa victime, dans la même charrette, mais pas aussi vaillamment qu'elle ; il sera si peu courageux que son camarade Ronsin lui criera : " Lorsqu'il fallait agir, vous avez verbiagé ; maintenant sachez mourir . »

« J’en appelle à toutes les mères » [Par Juliette Mondon]

 

Commentaires

  • oui avec les us les coutumes les protocoles et bien on oublie une évidence

    BONNE FÊTE DES MÈRES A NOTRE PRINCESSE et je lui demande pardon de ne pas avoir eu cette pensée des notre petit PRINCE mais que voulez vous j'ai le comprenette difficile qui marche pas en harmonie avec mon cœur
    le mois qui arrive c'est celui de notre petit JOSEPH passez une bonne fête des mères avec votre pieuse maman
    anecdote pour ce jour ma fille me dit je t'appelle maman pour te rappeler que dimanche je ne serai pas avec toi je vais en pèlerinage de NOTRE DAME DE FATIMA A LYON
    bien ma chérie je laisse la place a notre mère du ciel et je te dis que samedi on est à la maison
    MERCI VIERGE CHÉRIE MA FILLE EST VENUE SAMEDI

  • '' La tyrannie d'une multitude licencieuse, féroce et sauvage, sans lois, sans manières, sans morale et qui, bien loin de respecter ce dont les hommes sont généralement convenus, a entrepris insolemment d'altérer tous les principes et toutes les opinions qui ont jusqu'ici guidé et contenu le monde, et de les forcer à se conformer à ses vues et à ses manières d'agir. '' Edmund Burke. Réflexions sur la révolution en France.

Écrire un commentaire

Optionnel