Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rire ou sourire un peu ... même s'il n'y a pas vraiment de quoi

 

Fiscalisme ...

Commentaires

  • Pauvre de nous Européens . Pauvres artisans commerçant ( j'en fais partie) travaillé40 ans et cotisé ( pension 950 € par mois .Ici au chômage ... ou allocations patatipatata 1250 € + travail au noir etc..... C'est fini l'occident .. Puis les caisses sont vides c'est normal ben voyons cela fait 30 ans que cela dure que nos dirigeants nous ruinent
    Gianni

  • Il faudra bien un jour expliquer aux gens deux choses : l'une est que l'Etat-providence coûte très cher, d'autant que les profiteurs ne manquent pas et l'autre que la France terre d'asile et patrie du regroupement familial jouent également leur rôle d'asséchement des finances.A cet égard , il suffit de constater l'endettement intérieur et plus considérable l'endettement extérieur de la France (2.300 milliards d'euros). L'irresponsabilité financière des gouvernements successifs depuis Giscard d'Estaing n'est plus à démontrer.

  • Mince alors, je croyais que la révolution dite française avait mis un terme au déficit financier de la France. En 1789, la France monarchique était endettée de 125 millions de livres (une broutille en comparaison à la dette actuelle) et il y a eu une révolution. Aujourd'hui, la France républicaine maçonnique est endettée de 2300 milliard d'euros, et rien ! Tout va bien Madame la ..., euh non, Monsieur Macron. On peut donc légitimement penser que la révolution dite française fut d'abord une révolution idéologique, du latin "revolve" qui signifie "marche arrière", avant d'être une révolution fiscale. Avec la république, la fiscalité devient confiscatoire, et, RIEN ! Tout le monde s'en accommode. La tonte des moutons peut donc continuer. "Aux armes, citoyens", le régime a bâti ses origines sur un énorme mensonge.

Écrire un commentaire

Optionnel