Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quoi de moins dans l’air du temps que ce royal baby ?

 

Par Gabrielle Cluzel

« Quoi de moins dans l’air du temps que ce nouveau-né ? Quoi de plus désuet que l’importance accordée à sa filiation ? » C'est la question que pose cette chronique [Boulevard Voltaire, 24.04] sur un sujet apparemment futile qu'un regard trop rapide classera comme people. Gabrielle Cluzel apporte au contraire une réponse en même temps élégante et profonde qui, bien-sûr, ne concerne pas la seule Angleterre.  

Rappelons pour ceux qui l'ignoreraient que Gabrielle Cluzel a participé - d'ailleurs brillamment - au colloque du Cercle de Flore « Refonder le bien commun », du 13 mai dernier, à Paris (Illustration ci-dessous).  LFAR

 

2654943674.jpg

En ce lundi 23 avril, toute la presse sérieuse s’est prise pour Closer. Les médias en ligne, entre l’évacuation d’une université bloquée et le vote d’une loi à l’Assemblée, nous ont impérieusement sonnés, pour ce que l’on appelait jadis un carnet rose, enfin, en l’occurrence, bleu, avant que les féministes ne se mettent en tête d’emmêler toutes les couleurs : Kate est entrée à la maternité. Kate est sur le point d’accoucher. Kate a accouché d’un garçon. De vous à moi, hein, c’est un peu du grand n’importe quoi. Nous déranger pour « ça » ! Ce que l’on en a à cirer, franchement, nous autres qui ne sommes même pas anglais… Et sait-on, au moins, son prénom, à ce petit ? On clique, ni vu ni connu, sur le lien.

Moment de grâce dans une actualité de brutes. Repère charmant auquel on peut s’accrocher pour souffler dans un monde liquide où tout ce que l’on croyait immuable semble emporté par le courant. Et il faut croire, si l’on en juge par la royalbabymania, qu’il s’agit là d’une aspiration largement partagée.

Pourtant, quoi de moins dans l’air du temps que ce nouveau-né ? Quoi de plus désuet que l’importance accordée à sa filiation ? Quoi de plus « genré » que le ménage princier que forment ses parents ? Quoi de plus sobre et de moins transgressif que les tenues de sa mère ? Quoi de plus classique que les prénoms – George (Alexander, Louis), Charlotte (Elizabeth, Diana) – de sa fratrie honorant discrètement toute une lignée d’aïeuls, quand leurs sujets, à l’instar des Français, n’aiment rien tant, puisqu’à l’état civil, aussi, il est interdit d’interdire, qu’assembler d’improbables phonèmes pour donner à leur progéniture des prénoms aussi uniques qu’éphémères ? Et tout cela fascine. Comme un conte de fées. Un vrai conte de fées, avec la mignonne chute d’antan. Qui, alors, n’était pas seulement « ils se marièrent (ou pas) et eurent beaucoup d’argent ».

Alors, bien sûr, dans quelques jours, on célébrera Jeanne d’Arc, qui les a boutés où l’on sait. Alors, naturellement, à la fin des déjeuners de famille arrosés, on chante toujours, en levant son verre, « et merde pour le roi d’Angleterre ». N’empêche que la perfide Albion, avec son poupon, a gagné. C’est le monde entier qui rentre en communion avec son principe premier. Ou, en tout cas, avec le dernier maillon, renouvelé à chaque nouveau-né, de la longue chaîne qui maintient son identité, toute brouillée, abîmée, menacée que celle-ci – comme la nôtre – puisse paraître, toute falote, « potdefleurisée » et parfois même sotte que sa famille royale puisse parfois sembler. God save the royal baby !   • 

Ecrivain, journaliste

Son blog

Écrire un commentaire

Optionnel