Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rire ou sourire un peu ... même s'il n'y a pas vraiment de quoi

Commentaires

  • En matière d'armes le pire c'est l'amateurisme, car c'est la meilleure façon de faire de très graves bêtises. Explications : Une balle de 9.19 mm semi-blindée appelée 9mm luger a, en 124 grains, pour un poids de 8 grammes, une vitesse , d'environ 338mètres à la seconde, à la sortie du canon pour une puissance de 460 joules. (tables Hornady) Cette munition est en service dans de nombreuse force de polices dans le monde, et a largement prouvé sa létalité, à défaut de sa puissance d'arrêt, jugée parfois un peu faible. Une arme tirant ces projectile, type Glock,17 (soumis à autorisation d'achat et de détention en France) pèse environ 625gr vide, et plus d'1kg avec ses 17 cartouches dans le magasin. C'est à la fois lourd et encombrant, et nécessite un holster pour le dégainer, car trop important pour la poche d'un vêtement. La mise en œuvre d'une telle arme, nécessite une dextérité travaillée pour la prendre, l'armer, la pointer et tirer dans la bonne direction sans arroser tout ce qui est autour du point visé. Les tireurs sportifs peuvent faire cela calmement au stand, sans stress, face à une cible fixe, sans être eux-mêmes menacés, les policiers le font aussi, mais la plus part du temps en situation de stress maximum, et sur des cibles mobiles pouvant répliquer, et toutes ces personnes doivent s'entrainer régulièrement pour réussir des tirs réguliers, corrects et ajustés.. Aucun membre des forces de l'ordre ne souhaiterait se trouver dans la situation d'utiliser une arme dans un local, en présence de personnes désarmées et qui plus est d'enfants, sans une urgence désespérée, et sans la certitude de n'atteindre que les cibles visées. Les groupes d'intervention spécialisés ont un entrainement spécifique pour cela. On ne peut raisonnablement pas attendre de professeurs d'école l'expérience et la disponibilité nécessaire pour utiliser des engins aussi dangereux en présence de leurs élèves. Il est hautement préférable d'investir dans des portiques de détection d'armes, dans des emplacements sécurisés et contrôlés par des professionnels aguerris, Evidemment cela a un cout, financier, moral, et social. que la société doit être prête à assumer, car il est illusoire de penser que le meurtrier n'a pas tout perdu sauf la raison, celle qui lui suggère de se procurer une arme interdite au marché noir, ce qu'il finira toujours par trouver, ou alors, il ne reste plus, comme dans certaines villes aux USA, qu'à armer tout le monde, pour dissuader les tueurs, cela fonctionne parait-il très bien aussi, mais c'est monde différent.

Écrire un commentaire

Optionnel