Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Thomas Flichy de la Neuville : « les manifestations en Iran n’ont rien à voir avec les printemps arabes »

Manifestations pro et anti-régime à Téhéran
 
 
par Thomas Flichy de la Neuville 
 
Le spécialiste de l’Iran, Thomas Flichy de La Neuville, apporte son éclairage sur les manifestations en Iran, leurs spécificités, l’éventuelle influence saoudienne. Indispensable pour comprendre ce qui se passe en Iran [Boulevard Voltaire 3.01]LFAR
 
59f0754f488c7b0d1d8b4568.jpg

Thomas Flichy, la jeunesse iranienne soutient-elle les troubles que vit le pays actuellement ?

Effectivement, il y a des manifestations en Iran aujourd’hui où la jeunesse est présente.

Elles sont parfaitement contrôlées par le régime pour l’instant.

Nous avons parfois du mal à comprendre ce qui se passe en Iran parce que nous avons tendance à transposer ce que nous sommes sur les Iraniens. Les Iraniens se perçoivent certes comme des cousins des Européens, mais ils sont un peu différents. Lorsqu’on pense aux revendications de la jeunesse libérale iranienne, il faut bien voir, par exemple, qu’elle souhaite une ouverture à la modernité et en même temps conserver les racines religieuses et culturelles de l’Iran.

Parler de révolution comme on l’a fait avec les printemps arabes serait donc se méprendre sur ce qu’est l’Iran ?

C’est peut-être une erreur de perspective de vouloir voir dans ces événements aujourd’hui un remake de ce qui s’est passé en 2009 ou bien des printemps arabes.
Et puis, pour la population iranienne, lorsqu’il y a des troubles, ces troubles sont perçus comme venant de l’extérieur. C’est quelque chose qui nous échappe. L’histoire de l’Iran n’est pas notre histoire. L’Iran a été marqué pendant 1.000 ans par des invasions qui ont généré des réflexes psychologiques qui font que l’on attribue les troubles intérieurs à des puissances étrangères.

Une tentative de déstabilisation de l’extérieur constitue-t-elle un scénario crédible ? 

L’Iran est beaucoup plus présent au Moyen-Orient aujourd’hui qu’il ne l’était il y a une décennie. L’Iran s’est glissé dans le vide généré par les contradictions des différentes politiques occidentales, notamment de la politique américaine, qui s’est dissoute dans ses propres contradictions.

Ensuite, les troubles de 2009 ont été en partie générés de l’extérieur puisqu’ils ont été financés de l’extérieur. Ils ont aussi été relayés médiatiquement de l’extérieur.

C’est difficile d’identifier pour l’instant un cerveau organisateur de ces troubles, mais on ne peut pas négliger certaines pistes, notamment la piste saoudienne. L’Arabie saoudite est le plus grand rival de l’Iran. Elle est fragilisée aujourd’hui. Elle pâtit de la présence militaire iranienne croissante au Yémen, en Syrie et en Mésopotamie. Par conséquent, elle a intérêt à ce que le régime iranien soit affaibli.

Sachant que les débuts de la guerre civile en Syrie avaient commencé par des manifestations éparses réclamant plus de liberté, un scénario syrien est-il envisageable en Iran ?

Si on regarde les émeutes d’un point de vue historique, on doit garder en tête deux grands principes.

Le premier principe est qu’une révolution n’est jamais spontanée. Elle a toujours un principe organisateur, un cerveau organisateur. Il s’agit de le localiser pour comprendre comment la révolution fonctionne.

Ensuite, même quand il y a des troubles spontanés, des minorités actives s’emparent très rapidement des troubles ou des émeutiers pour les faire profiter à leur cause. Ce sont donc les minorités organisées qui se hissent très rapidement au sommet d’une émeute ou d’une révolution.

On peut effectivement peut-être faire un parallèle avec la Syrie. Mais le contexte iranien est un petit peu différent.

Il semble qu’il y ait déjà des morts depuis ce matin. Est-ce que vous confirmez cette information ?

En fait, on est assez mal renseigné. Les correspondants étrangers présents en Iran disent que la situation est maîtrisée par le gouvernement iranien. Les journaux français ont montré des manifestations, mais les images qui ont été publiées montraient des manifestations favorables au régime. Lorsqu’on voyait les manifestants, on ne voyait qu’une dizaine de visages, en tout cas dans ce que j’ai pu voir pour l’instant.

C’est donc très difficile de jauger de l’extérieur l’ampleur des manifestations.  

 

Enseigne à Saint-Cyr. 

Écrire un commentaire

Optionnel