Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Personne ne redressera jamais la France tant que les médias seront ce qu'ils sont

Léa Salamé et Raphaël Glucksmann

  

En deux mots.jpg

Une chose est certaine : personne ne redressera jamais la France tant que les médias seront ce qu'ils sont.  Tant qu'on ne prendra pas à bras le corps le problème qu'ils sont pour la santé mentale de la nation. Et tant qu'on ne l'aura pas réglé. 

Nous vivons en régime d'opinion et chacun sait bien que celle-ci ne naît pas de génération spontanée. L'opinion se fabrique et ses idées sont celles qu'on lui instille. Sa capacité d'autonomie est faible, rare et éphémère, facile à retourner, même lorsque, à l'égard des médias, le doute s'installe, voire la contestation, l'hostilité ou le mépris. Façonner l'opinion, même rebelle, n'a jamais été aussi aisé qu'aujourd'hui où les moyens techniques de communication de masse en continu en font un jeu d'enfants d'une redoutable efficacité. La santé mentale de la société française dépend étroitement de l'orientation des médias. 

Or la caste très fermée qui s'est approprié radios et télévisions, qui monopolise les heures d'antenne, n'aime pas la France ni sa civilisation, ni son ordre traditionnel, ni les peuples et les ethnies qui les ont fondées. Cette caste hostile assure spontanément sa propre permanence. Elle se renouvelle par cooptation, par copinage évidemment de gauche, et même par mariage. On entend beaucoup plus Raphaël Glucksmann sur certaines stations depuis que, revenu de ses aventures politico-sentimentales de Kiev et de Tbilissi, il a épousé la très influente Léa Salamé... et travaille pour Benoît Hamon. Le phénomène de couple joue dans les médias comme ailleurs son rôle d’apporteur de puissance, d'audience et d'influence. Mariages qui peuvent relier le monde des médias aux milieux politiques, aux milieux d'affaires ou people ... Le recrutement de cette caste est assez largement communautaire, rarement de lointaine tradition française et très majoritairement de gauche, modérée, extrême ou radicale, gauche « friquée », où la détestation de la France historique, de toute société traditionnelle, est dominante. Ainsi ne cesseront d'être attaqués, moqués, ridiculisés, nos principes traditionnels, notre histoire, nos mémoires, nos structures sociales. Etc.  

Cette caste toutes chaînes confondues a son vocabulaire, ses formules, ses tics de langage, ses rites, ses préférences, ses choix, ses ostracismes implacables, partout les mêmes, stéréotypés, uniformisés, inévitables. Elle multiplie les campagnes lancinantes destinées thème par thème à littéralement hystériser l'opinion, y compris au moyen de la plus extrême vulgarité, pour quelques jours, semaines ou mois, comme s'en est indigné Maxime Tandonnet, il y a à peine quelques jours.  Il y a enfin les grands combats électoraux. Dans les campagnes électorales les médias ont toujours leur candidat. Unique en général ; le même pour tous. 

Le système médiatique qui a assuré jusqu'à présent sa pérennité par les moyens que nous avons tenté de signaler brièvement, a une homogénéité et une cohérence. Le message des médias a un sens. Il s'agit en bref de détruire ou si l'on préfère de déconstruire la société française, historique et traditionnelle. Et par là de subvertir le mental français.

« L'impression du sol qui se dérobe sous nos pieds s'aggrave sans cesse » écrit Olivier Rey fort justement. Ainsi naît la nostalgie, la mélancolie, le profond malaise français, source de nos renoncements et de notre déclin. De ces renoncements et de ce déclin les médias portent une grande part de responsabilité. 

C'est pourquoi nul ne redressera la France tant que les médias seront ce qu'ils sont. 

Il y aujourd'hui en France assez de journalistes et d'intellectuels de grand talent, qui aiment la France, dont les noms sont connus de tous et la liste facile à établir, pour que le ménage qui s'impose dans les médias et le grand remplacement de la caste qui les occupe puissent être tentés et réussis. 

Il y faudrait une révolution politique qui tarde à venir alors qu'elle est peut-être ce que les Français recherchent et attendent. Confusément encore.  

Retrouvez l'ensemble de ces chroniques en cliquant sur le lien ci-dessous

En deux mots, réflexion sur l'actualité

Commentaires

  • Pour les aides de l'Etat à la Presse écrite , il semble que le Figaaroo vienne en premier ; dis moi qui te paye et je te dirai qui tu sert .
    Mais il est vrai que ce journal empoisonnait déjà les esprits des gens comme il faut au début du siècle dernier . ( un article de droite défait par un, de sens contraire et voila comment manipuler )

  • Les media ne sont pas la cause mais les conséquences d'une orientation du Pouvoir. Il n'y a rien d'innocent dans la présence de ces geeks ultra-friqués, ricanants et manipulateurs, ils sont en mission de destructuration de la pensée, avec l’appui, le consentement, et même souvent, l'incompréhension des gouvernants de tous bords. Ils se sentent invulnérables, protégés, adulés, et pensent faire l'opinion, mais les révoltes populaires ont déjà prouvé dans le passé que c'est une dérisoire illusion.

  • Nous vivons toujours les conséquences de l'épuration dans ce domaine comme dans de nombreux autres, hélas !

  • Ce genre de raisonnement implique le report aux calendes grecques de tout redressement national. Nous avons bien gagné le 29 mai 2005 contre toute la classe médiatique ...en fait il nous manque un homme politique avec un projet politique clair et déterminé pas des Seguin, ni des Chevènement.

  • Cording veut du tout de suite. Il l'a eu, dit-il, en 2005. Belle et grande victoire, en vérité ! Les calendes grecques en ont été l'horizon tout proche, pour le coup. Un homme d'Etat ayant un projet politique déterminé et clair serait très rapidement blackboulé s'il laisse les médias en l'état.

  • je dirais aussi que rien ne changera tant que les gens continueront à s'informer à la TV, France Inter, le Monde, Libé, les Inrocks... Je crois qu'il existe une guerre culturelle que nous devons mener; c'est pourquoi il nous faut à la moindre occasion discréditer ces médias ....

  • Pour une fois le progrès technique a du bon : l' utilisation de l'internet ( en dépit des inconvénients de l'abus ) chez les générations " X " et " Y " les conduit à délaisser et les informations télévisuelles et les radiophoniques ; la presse écrite semble aussi couler pour cette tranche d'âge .

  • Bravo de dire tout haut ce que beaucoup pense tout bas.

Écrire un commentaire

Optionnel