Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Antonin Bernanos, antifa : il y a des descendants qui sont des chutes vertigineuses !

peaceandlove-1024x456.jpg

 

Par Christian Vanneste

 

3c2f2a5cf43968ace421d765cf78a765.jpegLe 18 mai 2016, alors que les policiers manifestaient contre les violences dont ils sont victimes lors des manifestations, ceux qui sont à l’origine de ces agressions, les « antifas », attaquaient une voiture de police le long du canal Saint-Martin, quai de Valmy. Les images sont encore dans tous les esprits. Des énergumènes harcelaient des policiers, boxaient l’un d’entre eux puis le frappaient avec une barre de fer, avant d’incendier la voiture de police, par ailleurs cassée de partout. Après seize mois, la XVIe chambre a énoncé son verdict.

Antonin Bernanos attire l’attention. Il est l’arrière-petit-fils de Georges Bernanos, ce grand écrivain chrétien, cette belle âme éprise de liberté que, malgré son gaullisme, le Général n’était pas parvenu à attacher à son char. Combattant courageux et blessé lors de la Grande Guerre, d’abord proche de l’Action française, puis adversaire du fascisme, Bernanos était certes un rebelle, mais sa rébellion, était morale plus que politique. C’était celle d’un écrivain, à la fois profond dans sa réflexion et talentueux imprécateur des péchés de notre monde. C’est avec consternation que l’on voit aujourd’hui son nom mêlé aux jeux débiles et violents de soixante-huitards attardés. Il y a des descendants qui sont des chutes vertigineuses.

Antonin Bernanos est à la fois la vedette de ce procès et un symbole qui mérite qu’on s’y attarde. Il a été identifié par un membre de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris dont le témoignage corrobore les images de l’agression. Sa défense consiste à nier sa participation aux faits. Il était là avant et après, à visage découvert, mais ce n’est pas lui qui a boxé le policier assis à son volant, ni brisé la lunette arrière du véhicule, même si ses vêtements et sous-vêtements (visibles) et ses bagues étaient semblables à ceux de l’agresseur masqué. Il en est à sa douzième poursuite pénale. Les onze autres ont été conclues par des relaxes ou des classements sans suite. Allez savoir si ce succès judiciaire est dû à un acharnement infondé de la police ou à une mansuétude particulière envers un étudiant au style très correct et qui parle aux magistrats « d’égal à égal » ! Le comble serait, en effet, que ce « révolutionnaire » sans cause ait été, jusqu’à présent, la preuve vivante d’une justice de classe… 

Malgré sa condamnation à cinq ans, dont trois avec sursis, il a été laissé en liberté. Le « pauvre » avait déjà effectué dix mois de détention préventive, et compte tenu de sa peine, il aurait été libéré dans deux mois. Lourdes peines, dites-vous ? Ses parents crient au scandale en dénonçant « l’acharnement du pouvoir politique », un « verdict lourd et injuste » et justifient « un jeune militant qui lutte contre la violence de l’État ». Dans cette atmosphère très parisienne, on n’est pas loin de croire entendre un délire « bobo » gauchiste, complètement déconnecté de la réalité. Car si l’on peut critiquer légitimement notre société, et même considérer la démocratie comme une illusion, le changement ne risque pas d’être engendré par la violence, et encore moins par des échauffourées sporadiques avec des fonctionnaires de police qui ne font que leur travail. 

Deux aspects préoccupants se dégagent de cette affaire. Il y a d’abord une certaine perversité de l’intéressé qui soigne ses deux visages opposés. Docteur Antonin possède chez lui l’attirail du casseur de rue : masque à gaz, casque et poing américain. Mais Mister Bernanos est posé, calme, s’exprime aisément et déclare ainsi devant le tribunal : « pas de jugement moral » sur les événements.

Ensuite, on ne peut qu’être atterré par le gâchis que représente cet individu. C’est d’abord l’aberration d’une Éducation nationale qui conduit de jeunes étudiants intelligents à s’enliser dans une pensée sans issue qui leur fait atteindre le sommet… de la stupidité. Au lieu d’ouvrir les esprits, comment l’université peut-elle enfermer une intelligence dans la vision étriquée d’un groupuscule ?  

Homme politique

Commentaires

  • Très bien de noter le pédigrée de cet individu .
    Pour Georges Bernanos , bien plus intéressant, pourquoi ne pas parler de son royalisme . C'est presque un anachronisme de vouloir attacher l'écrivain au gaullisme ( décès en 1948 )
    La grande peur des bien pensants ,son ouvrage polémique mais lumineux
    mériterait grandement d'être mieux connu , ne serait ce que pour connaître le contexte historique et idéologique du royalisme entre la présidence Mac Mahon et la grande guerre .
    Il n'est point besoin de se servir de barres de fer lorsqu'on est bien armé intellectuellement . A ce propos , puisque l' Education nationale revient sur le tapis , il serait curieux de savoir si le casseur de bonne famille n'est pas un produit de l'école catho-coco ( l' école libre du XXI éme n' a rien à voir avec celle d'il -y-a encore 50 ans sauf pour apprendre à être servi et cultiver d'utiles relations ... )

  • Parfait ! ...

  • Dans le point de vue de Vanneste, par ailleurs satisfaisant, (mais qui sait encore aujourd'hui qui est Vanneste, à part des cercles restreints ?) une formulation malheureuse, très malheureuse, à propos de Georges Bernanos : "d’abord proche de l’Action française, puis adversaire du fascisme"...
    Ce rapprochement stylistique "d'abord" puis " mais" assimile insidieusement AF et fascisme. Il se peut que Vanneste soit simplement inculte, mais dans le doute...

  • Pierre Builly a parfaitement raison de soulever ce point.
    Nous l'avions relevé, nous-mêmes, dans une introduction à l'article de Christian Vanneste qui, malencontreusement, n'a pas été mise en ligne en raison des travaux de maintenance en cours sur notre serveur...

  • Que dire d'autre à propos de cet Antonin Bernanos ? Juste un petit crétin, un parmi d'autres dans ce pays dont les média de gauche raffolent en les assimilant à des héros !

  • De nos jours il faut accepter , qu'il y eut Bernanos "Le Grand" ... et qu' il existe désormais un Bernanos "le très petit" , pour ne pas dire le misérable ... Ce dernier, symbolise parfaitement un monde dans lequel NOUS sommes minoritaire... Il est de ceux, de la France suicidaire, dont il est fait allusion dans le" Camp des Saints".... Dommage , effectivement , que l' article élude le mot "Royaliste" ... Ce qui semblerait traduire de la part de son auteur une "communion" certes très indirecte, avec une dose un peu plus qu' homéopathique de "politiquement correct "... Bernanos était avant tout Royaliste, et en aucun cas monarchiste .... La confusion entre ces 2 mots est préjudiciable à la cause !!! La Royauté est une transcendance , alors que la monarchie n' est qu' une définition de science politique. Bernanos était Royaliste , car Catholique au fond de son être... Sans doute , les diverses tendances Royalistes devraient-elles bannir le mot "monarchie" de leur vocabulaire ??? .... Le " pouvoir d' un seul ", autrement dit , la monarchie, peut également signifier des "monarques" tels , Hitler,Staline,Mussolini,Mao etc... Le mot "Royaliste" est certes moins "porteur" mais plus juste ! ... Cela explique, en partie, l' opposition entre Bernanos et Maurras ! ... Mais quelle imagination parviendra à "inventer" une nouvelle conception susceptible de "renouer", et rendre intelligible, au 21ème siècle, ce qu' est la transmission, qui est Tradition ? .... Pauvre Antonin , si ton patronyme eut été Dupont, personne ne relèverait ton existence !!!

  • De nos jours il faut accepter , qu'il y eut Bernanos "Le Grand" ... et qu' il existe désormais un Bernanos "le très petit" , pour ne pas dire le misérable ... Ce dernier, symbolise parfaitement un monde dans lequel NOUS sommes minoritaire... Il est de ceux, de la France suicidaire, dont il est fait allusion dans le" Camp des Saints".... Dommage , effectivement , que l' article élude le mot "Royaliste" ... Ce qui semblerait traduire de la part de son auteur une "communion" certes très indirecte, avec une dose un peu plus qu' homéopathique de "politiquement correct "... Bernanos était avant tout Royaliste, et en aucun cas monarchiste .... La confusion entre ces 2 mots est préjudiciable à la cause !!! La Royauté est une transcendance , alors que la monarchie n' est qu' une définition de science politique. Bernanos était Royaliste , car Catholique au fond de son être... Sans doute , les diverses tendances Royalistes devraient-elles bannir le mot "monarchie" de leur vocabulaire ??? .... Le " pouvoir d' un seul ", autrement dit , la monarchie, peut également signifier des "monarques" tels , Hitler,Staline,Mussolini,Mao etc... Le mot "Royaliste" est certes moins "porteur" mais plus juste ! ... Cela explique, en partie, l' opposition entre Bernanos et Maurras ! ... Mais quelle imagination parviendra à "inventer" une nouvelle conception susceptible de "renouer", et rendre intelligible, au 21ème siècle, ce qu' est la transmission, qui est Tradition ? .... Pauvre Antonin , si ton patronyme eut été Dupont, personne ne relèverait ton existence !!!

  • De nos jours il faut accepter , qu'il y eut Bernanos "Le Grand" ... et qu' il existe désormais un Bernanos "le très petit" , pour ne pas dire le misérable ... Ce dernier, symbolise parfaitement un monde dans lequel NOUS sommes minoritaire... Il est de ceux, de la France suicidaire, dont il est fait allusion dans le" Camp des Saints".... Dommage , effectivement , que l' article élude le mot "Royaliste" ... Ce qui semblerait traduire de la part de son auteur une "communion" certes très indirecte, avec une dose un peu plus qu' homéopathique de "politiquement correct "... Bernanos était avant tout Royaliste, et en aucun cas monarchiste .... La confusion entre ces 2 mots est préjudiciable à la cause !!! La Royauté est une transcendance , alors que la monarchie n' est qu' une définition de science politique. Bernanos était Royaliste , car Catholique au fond de son être... Sans doute , les diverses tendances Royalistes devraient-elles bannir le mot "monarchie" de leur vocabulaire ??? .... Le " pouvoir d' un seul ", autrement dit , la monarchie, peut également signifier des "monarques" tels , Hitler,Staline,Mussolini,Mao etc... Le mot "Royaliste" est certes moins "porteur" mais plus juste ! ... Cela explique, en partie, l' opposition entre Bernanos et Maurras ! ... Mais quelle imagination parviendra à "inventer" une nouvelle conception susceptible de "renouer", et rendre intelligible, au 21ème siècle, ce qu' est la transmission, qui est Tradition ? .... Pauvre Antonin , si ton patronyme eut été Dupont, personne ne relèverait ton existence !!!

  • De nos jours il faut accepter , qu'il y eut Bernanos "Le Grand" ... et qu' il existe désormais un Bernanos "le très petit" , pour ne pas dire le misérable ... Ce dernier, symbolise parfaitement un monde dans lequel NOUS sommes minoritaire... Il est de ceux, de la France suicidaire, dont il est fait allusion dans le" Camp des Saints".... Dommage , effectivement , que l' article élude le mot "Royaliste" ... Ce qui semblerait traduire de la part de son auteur une "communion" certes très indirecte, avec une dose un peu plus qu' homéopathique de "politiquement correct "... Bernanos était avant tout Royaliste, et en aucun cas monarchiste .... La confusion entre ces 2 mots est préjudiciable à la cause !!! La Royauté est une transcendance , alors que la monarchie n' est qu' une définition de science politique. Bernanos était Royaliste , car Catholique au fond de son être... Sans doute , les diverses tendances Royalistes devraient-elles bannir le mot "monarchie" de leur vocabulaire ??? .... Le " pouvoir d' un seul ", autrement dit , la monarchie, peut également signifier des "monarques" tels , Hitler,Staline,Mussolini,Mao etc... Le mot "Royaliste" est certes moins "porteur" mais plus juste ! ... Cela explique, en partie, l' opposition entre Bernanos et Maurras ! ... Mais quelle imagination parviendra à "inventer" une nouvelle conception susceptible de "renouer", et rendre intelligible, au 21ème siècle, ce qu' est la transmission, qui est Tradition ? .... Pauvre Antonin , si ton patronyme eut été Dupont, personne ne relèverait ton existence !!!

  • De nos jours il faut accepter , qu'il y eut Bernanos "Le Grand" ... et qu' il existe désormais un Bernanos "le très petit" , pour ne pas dire le misérable ... Ce dernier, symbolise parfaitement un monde dans lequel NOUS sommes minoritaire... Il est de ceux, de la France suicidaire, dont il est fait allusion dans le" Camp des Saints".... Dommage , effectivement , que l' article élude le mot "Royaliste" ... Ce qui semblerait traduire de la part de son auteur une "communion" certes très indirecte, avec une dose un peu plus qu' homéopathique de "politiquement correct "... Bernanos était avant tout Royaliste, et en aucun cas monarchiste .... La confusion entre ces 2 mots est préjudiciable à la cause !!! La Royauté est une transcendance , alors que la monarchie n' est qu' une définition de science politique. Bernanos était Royaliste , car Catholique au fond de son être... Sans doute , les diverses tendances Royalistes devraient-elles bannir le mot "monarchie" de leur vocabulaire ??? .... Le " pouvoir d' un seul ", autrement dit , la monarchie, peut également signifier des "monarques" tels , Hitler,Staline,Mussolini,Mao etc... Le mot "Royaliste" est certes moins "porteur" mais plus juste ! ... Cela explique, en partie, l' opposition entre Bernanos et Maurras ! ... Mais quelle imagination parviendra à "inventer" une nouvelle conception susceptible de "renouer", et rendre intelligible, au 21ème siècle, ce qu' est la transmission, qui est Tradition ? .... Pauvre Antonin , si ton patronyme eut été Dupont, personne ne relèverait ton existence !!!

  • De nos jours il faut accepter , qu'il y eut Bernanos "Le Grand" ... et qu' il existe désormais un Bernanos "le très petit" , pour ne pas dire le misérable ... Ce dernier, symbolise parfaitement un monde dans lequel NOUS sommes minoritaire... Il est de ceux, de la France suicidaire, dont il est fait allusion dans le" Camp des Saints".... Dommage , effectivement , que l' article élude le mot "Royaliste" ... Ce qui semblerait traduire de la part de son auteur une "communion" certes très indirecte, avec une dose un peu plus qu' homéopathique de "politiquement correct "... Bernanos était avant tout Royaliste, et en aucun cas monarchiste .... La confusion entre ces 2 mots est préjudiciable à la cause !!! La Royauté est une transcendance , alors que la monarchie n' est qu' une définition de science politique. Bernanos était Royaliste , car Catholique au fond de son être... Sans doute , les diverses tendances Royalistes devraient-elles bannir le mot "monarchie" de leur vocabulaire ??? .... Le " pouvoir d' un seul ", autrement dit , la monarchie, peut également signifier des "monarques" tels , Hitler,Staline,Mussolini,Mao etc... Le mot "Royaliste" est certes moins "porteur" mais plus juste ! ... Cela explique, en partie, l' opposition entre Bernanos et Maurras ! ... Mais quelle imagination parviendra à "inventer" une nouvelle conception susceptible de "renouer", et rendre intelligible, au 21ème siècle, ce qu' est la transmission, qui est Tradition ? .... Pauvre Antonin , si ton patronyme eut été Dupont, personne ne relèverait ton existence !!!

  • De nos jours il faut accepter , qu'il y eut Bernanos "Le Grand" ... et qu' il existe désormais un Bernanos "le très petit" , pour ne pas dire le misérable ... Ce dernier, symbolise parfaitement un monde dans lequel NOUS sommes minoritaire... Il est de ceux, de la France suicidaire, dont il est fait allusion dans le" Camp des Saints".... Dommage , effectivement , que l' article élude le mot "Royaliste" ... Ce qui semblerait traduire de la part de son auteur une "communion" certes très indirecte, avec une dose un peu plus qu' homéopathique de "politiquement correct "... Bernanos était avant tout Royaliste, et en aucun cas monarchiste .... La confusion entre ces 2 mots est préjudiciable à la cause !!! La Royauté est une transcendance , alors que la monarchie n' est qu' une définition de science politique. Bernanos était Royaliste , car Catholique au fond de son être... Sans doute , les diverses tendances Royalistes devraient-elles bannir le mot "monarchie" de leur vocabulaire ??? .... Le " pouvoir d' un seul ", autrement dit , la monarchie, peut également signifier des "monarques" tels , Hitler,Staline,Mussolini,Mao etc... Le mot "Royaliste" est certes moins "porteur" mais plus juste ! ... Cela explique, en partie, l' opposition entre Bernanos et Maurras ! ... Mais quelle imagination parviendra à "inventer" une nouvelle conception susceptible de "renouer", et rendre intelligible, au 21ème siècle, ce qu' est la transmission, qui est Tradition ? .... Pauvre Antonin , si ton patronyme eut été Dupont, personne ne relèverait ton existence !!!

  • Brûler un poulet est effectivement déshonorant, et le simple fait de se trouver sur les lieux est une tâche. Il est malheureux que l'esprit der Résistance cher à Bernanos ait été instrumentalisé par certains pour dire que Bernanos était du coté anarchiste contre l'autorité. Bernanos si sublime , a ses pentes et ses dépressions et ses injustices; ou scories. Il est un peu malheureux que son sn pamphlet sur " les grands cimetirèe ssur la lune où il découvrait les horreurs d'uen guerre civile, atroce comme toute guerre civile et contraire à sa conception de l'honneur, lui ait fait oublier de dénoncer à postériori le camp d'en face pendant longtemps se faisant annexer par un camp. Oui, il a bien écrit , mais en 1947 je crois qu'il n'avait pas non plus " pissé dans les ciboires ", et remis 11 ans après les choses à leur juste place., il aurait dû réagir avant . je crois que son tempérament dépressif lui a fait aussi commettre quelque injustices par omission ou jugements rapides, à travers ses fulgurances; Son arrière petit fils , bon , ce n'est pas brillant.. il ne faut jamais idolâtrer , même les plus sublimes!

Écrire un commentaire

Optionnel