Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Société • PMA-GPA : Quand Michel Onfray est lumineux et vrai philosophe

 

 

 

Par  Alexandre Devecchio 

VIDEO - Pour Michel Onfray, l'ouverture de la PMA aux femmes célibataires et aux couples lesbiens est un pas de plus vers la gestation pour autrui (GPA). Mais il dit bien plus que cela : c'est une réflexion philosophique, anthropologique, très sûre qu'il développe ici avec clarté. [Figarovox, 23.09]. Alexandre Devecchio en dresse un excellent résumé, mais l'on devra voir la vidéo elle-même qui peut être regardée en plein écran.  LFAR

 

La PMA pour toutes ne fait pas seulement sursauter les militants de Sens commun et les « lodens » de la Manif pour tous.

C'est peut-être à gauche que les réactions à la proposition de Marlène Schiappa d'ouvrir la procréation médicalement assistée aux femmes célibataires et aux couples de femmes de même sexe ont été les plus virulentes. Après l'édito à charge de Charlie Hebdo et l'entretien sans concession de la sociologue Nathalie Heinich dans le Figaro, c'est Michel Onfray qui réagit sur Michel Onfray TV. Pour le philosophe, cette proposition repose sur une « fiction idéologique », sur l'idée fausse que « la nature n'existe pas et que tout est culture: qu'il n'y pas de sexe, pas d'homme, de femme, d'hormone femelle, d'hormone mâle, que les testicules et les ovaires n'existent pas non plus.».

Michel Onfray dénonce également la « sophistique » égalitariste du gouvernement. Selon lui, justifier la PMA pour toutes « au nom de l'égalité » ouvre logiquement la porte à la gestation pour autrui (GPA). « Au nom de cette logique d'égalité, il n'y a pas de raison que les couples d'hommes n'aient pas le droit, comme les couples de femmes, de recourir à la procréation médicalement assistée, donc à la GPA », prévient le philosophe. Michel Onfray voit dans la gestation pour autrui le symbole de l'inégalité entre les plus aisés et les plus modestes. « Au nom de l'égalité, nous allons vers la prolétarisation des utérus des femmes les plus pauvres », conclut-il.  •

1630167502.jpgXVM8d8b71a4-8f2b-11e7-b660-ef712dd9935a-150x200.jpgAlexandre Devecchio est journaliste au Figaro, en charge du FigaroVox. Il vient de publier Les Nouveaux enfants du siècle, enquête sur une génération fracturée (éd. du Cerf, 2016) et est coauteur de Bienvenue dans le pire des mondes (éd. Plon, 2016).

Alexandre Devecchio

Commentaires

  • Bravo à ce penseur .
    L'honnêteté intellectuelle du réalisme conduit à la vérité !

  • L'analyse faite par Michel Onfray est de souligner les argumentations d'égalités employés par les politiques, pour justifier des lois futures, et les résultantes de celles-ci. Son analyse est pertinente, ceci dit il est important de rappeler aussi que Michel Onfray n'est ni contre le "mariage pour tous", ni contre la "PMA", ni contre la "GPA". Il est contre la marchandisation de ces pratiques, pas des pratiques en elles-même. Il l'a d'ailleurs dit dans une émission dans laquelle il était, en expliquant que si deux hommes faisaient appel à une femme de leur entourage par exemple, ou autre, et que celle-ci était d'accord pour être mère porteuse ( sans cette optique de marchandisation), cela ne lui poserai aucun problème. Il est important de ne pas faire passer non plus Michel Onfray pour ce qu'il n'est pas ;-)

  • Personne n'a jamais dit que Michel Onfray était devenu "catho tradi". Ce qu'il peut exprimer ici de philosophie réaliste, d'anthropologie fondée sur la nature et non sur le caprice est d'autant plus intéressant, à mon avis.

  • On en vient à oublier le bon sens dans la recherche de solutions à des problèmes que l' on a crées .
    Les femmes non mariées ou vivant de façon particulière pourraient recourir à l'insémination artificielle , solution moins couteuse et non exploiteuse du corps d'autrui , sans oublier l'amélioration de leur caractère par la grossesse suivie de la maternité naturelle .
    Pour les hommes , il n'existe pas d'instinct paternel mais simple caprice de vouloir un enfant en étant dans des situations ou c'est impossible d'engendrer .

Écrire un commentaire

Optionnel