Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Théâtre & Cinéma • Pauvre de nous : Claude Rich n’est plus

 

Par Nicolas Gauthier

Voici un bien bel article [Boulevard Voltaire, 22.07] d'évocation de Claude Rich, disparu il y a déjà deux semaines. Le rédacteur de ces lignes-ci se souvient d'avoir vu Claude Rich jouer Faisons un rêve au théâtre, à Marseille ou à Paris, et que c'était un enchantement, bien-sûr  à cause de l'art de Guitry mais aussi à cause de l'art, personnel, sans imitation aucune, de Claude Rich. Il ne faut jamais juger les artistes à raison de leurs idées politiques, religieuses ou autres, mais seulement de l'intensité de leur art. Celui de Claude Rich, cependant, se ressentait de son attachement à la France de la Tradition, notamment catholique. Et cela n'est pas indifférent.  Lafautearousseau.  

 

745791051.pngMaintenant que Claude Rich nous a quittés, Venantino Venantini demeure le dernier des Tontons flingueurs à ne pas avoir été flingué par la Camarde.

Claude Rich, dans le film de Georges Lautner, c’est l’insupportable Antoine, soupirant de la jolie Patricia, filleule de l’irascible Fernand, incarné par Lino Ventura ; un Antoine compositeur de l’espèce bruitiste, connu pour signer concertos pour robinets qui fuient et sonates pour pneus crevés.

Claude Rich va enfin atteindre « l’anti-accord absolu », quand Fernand assure à Patricia que « ton Antoine commence à me les briser menu ».

Claude Rich, dans l’Oscar d’Édouard Molinaro, c’est Christian, le comptable indélicat et plus insupportable encore, qui arnaque son futur beau-père, le tout aussi irascible Louis de Funès. « Vous connaissez ma fille depuis combien de temps ? » « Un an et demi. Mais je suis aussi son amant… » « Depuis combien de temps ? » « Un an et demi… » « Eh bien, vous, le moins qu’on puisse dire est que vous ne perdez pas de temps ! »

Claude Rich, c’est un phrasé inimitable, une longue silhouette, souple et dégingandée, des yeux qui riaient tout seuls, une classe naturelle et incomparable.

Claude Rich, ce sont des dizaines de films et plus, encore, de pièces de théâtre. C’est aussi le roué Talleyrand qui affronte le terrible Fouché, Claude Brasseur, dans Le Souper, sublime pièce de Jean-Claude Brisville, transposée sur grand écran par Édouard Molinaro. 

Claude Rich, c’est également ce vieillard aussi pingre qu’atrabilaire dans Le crime est notre affaire, fort joli film de Pascal Thomas, très librement inspiré d’un roman d’Agatha Christie. Même en ignoble bonhomme, il parvient à inspirer de la tendresse, à faire transpirer l’humanité de son personnage, au coin d’un sourire, au travers d’un regard. 

Claude Rich, c’est l’homme qui sait tout jouer, l’acteur qui peut tout jouer ; à l’exception, peut-être, de ce rêve à jamais inassouvi ? Incarner le père Charles de Foucauld, l’ermite du Hoggar, dont il conserva longtemps la photo dans son portefeuille, fasciné qu’il était par son « besoin d’absolu ».

Claude Rich, en effet, est un catholique de conviction, espèce assez rare en un show-biz désormais envahi de Michaël Youn et de Jamel Debbouze. Se définissant comme un « chrétien pitoyable », il affirmait au passage : « Je ne suis pas un très bon chrétien. Je n’étudie pas beaucoup ma religion, mais je crois en l’amour de Dieu. De la même façon que l’on ne sait pas toujours pourquoi on aime une personne, j’aime Dieu. Je le fréquente tous les dimanches. Lorsqu’il m’arrive de confier à quelqu’un mon intention d’aller à la messe le dimanche et que mon interlocuteur me fait part de son étonnement, je lui dis que c’est moi qui suis étonné qu’il n’aille pas à l’église ! »

Claude Rich est malgré tout assez bon chrétien pour signer des deux mains le manifeste de « total soutien » au pape Benoît XVI, quand ce dernier remit à l’honneur la messe tridentine.

Claude Rich fut donc un drôle de paroissien. Qu’il nous soit ainsi permis de le saluer, humblement et chaleureusement, en ces colonnes, pour tout le bonheur qu’il nous a donné, et surtout les moments d’émotion et les fous rires avec lui partagés.

À Dieu, Claude Rich. À Dieu en deux mots, tel qu’il se doit ; pour vous dire ce qui n’est qu’un au revoir.   

Journaliste, écrivain
 
A lire aussi un autre très bel article sur la disparition de Claude Rich  ...
 
Claude Rich, le prince s’en est allé par Thomas Morales  - 

Commentaires

  • Quand on voit le tapage fait autour de certaines "vedettes" on reste étonné du peu d'hommages rendus à cet excellent comédien. .. Voilà sans doute l'explication dans ces mots:, les autres sont des "vedettes " et il était un "comédien".

    Sacha Guitry disait " Paris se vide" à la mort de ses célèbres amis. ... Il y a longtemps que Paris s'est vidé d'une génération de comédiens irremplaçables dont il ne reste que peu de représentants. .ceux qui arrivent font d'avantage parler les médias dans les rubriques mondaines que pour leur éphémère talent , leur diction parfois inaudible est représentative d'une époque où prime la nouveauté .et l'amateurisme.
    Claude Rich ne suivait pas les normes du show business il jouait un rôle à part tant religieux que familial et il nous a quitté de cette façon, sans faire de bruit.

  • J'ai beaucoup aimé sa double prestation dans PARIS BRULE T-IL?????, où il interprète le Général LECLERC, ( il en avait la classe) et le Lieutenant de la FOUCHARDIERE

  • Ah le génêral Leclerc ! Il faisait de l'ombre à l'autre général !... Mais ce n'est pas le sujet .
    Vous avez remarqué que les comédiens passés par le théâtre ont une autre approche de leur métier et surtout ceux en provenance du Français.
    Il nous en reste quelques -uns encore de cette génération et je pense à Jean Piat entre-autres.
    Actuellement encore il y a quelques jeunes qui prennent la relève malgré les répertoires ou parfois les mises en scène "déjantées" dont on nous abreuve tant dans les classiques qu'à l'opéra. Malheureusement ils sont moins connus qu'un chanteur de rock.

Écrire un commentaire

Optionnel