Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Prince Jean de France : Deux manifestations avec nos troupes alpines

 

TRAVAUX DIVERS - Largeur +.jpgA quelques mois d’intervalle, j’étais à Gap pour une passation de commandement, et à Grenoble pour une manifestation autour de la restauration de l’Hôtel des troupes de montagne de la 27e brigade d’infanterie de montagne à laquelle appartient le 4è régiment de chasseurs dont je suis le parrain.

A Gap avait lieu il y a quelques semaines la passation de commandement entre le Colonel Fatinet et le Lieutenant-Colonel de Thieulloy. Nous y étions en famille avec Philomena, Gaston et Antoinette. Le 4è RC est un régiment de cavalerie rattaché à la brigade alpine à laquelle appartient aussi le 7è BCA. Ce régiment participe à de nombreuses missions opérationnelles. Il est en ce moment au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane.

A Grenoble pour les 150 ans de l’Hôtel des troupes de montagne une manifestation était organisée sous l’égide du Général Pons commandant la 27è brigade. Pour l’occasion j’ai assisté avec ma sœur Marie à une représentation musicale très enjouée autour de la construction du bâtiment sous Napoléon III. Suivait une réception autour des spécialités de la région, occasion privilégiée de parler avec les élus de la mairie et du département ainsi qu’avec les officiers des différents corps réunis. La réception s’est terminée par une projection retraçant l’histoire du bâtiment. 

Deux moments privilégiés pour marquer un attachement fort à nos armées et assurer ainsi comme colonel de réserve le lien avec la nation. 

 

Jean de France, duc de Vendôme
Le 25 juin 2017

2-Grenoble_Hôtel-Rénové_170615.jpg

A Grenoble l’Hôtel des troupes de montagne 

Le site du Prince Jean de France

 

Lire aussi dans Lafautearousseau ...

Le Prince Jean de France : Servir son pays

Commentaires

  • Monseigneur
    Il existe une autre armée française, moins structurée que la principale, au service de la Nation, plus particulièrement de sa langue : 32 associations françaises, appuyées par 8 associations francophones hors de France. Accepteriez(-vous de parrrainer la plus royaliste d'entre elles, qui sont loin de l'être toutes ? Il s'agit du Forum francophone international (FFI)que je préside tout comme le vrai noyau des 32 - d'opinions plus diverses - Avenir de la langue française (ALF) . Je suis prêt à vous en parler.
    Ainsi que de nos diverses campagnes, dont vous fûtes saisi par mes soins. et du très ambitieux projet de Villers-Cotterêts, au sujet duquel je vous avais écrit il y a quelques années., et à nouveau il y a quelques jours...
    M'accorderiez-vous un entretien ? Vous pouvez vous informer sur ALF et sur ma personne par Google et par notre riche site www.avenir-langue-francaise.fr
    Albert SALON, docteur d'État ès lettres, ancien ambassadeur, président d'associations pour le français..

  • Félicitations au Prince Jean. Cependant il lui a échappé que depuis 30 mois notre pays était victime d'une vague de terrorisme pour lequel il a été d'un silence de plomb. Aucun mot, aucun geste de solidarité et de compassion envers nos compatriotes qui en ont été victimes morts, blessés et traumatisés. Point n'est besoin de tenir le moindre propos politique. C'est sans doute par ce silence que nos princes espèrent se faire connaitre et apprécier des Français.

  • Toujours la critique, Cording. Et faire la leçon, ce n'est jamais très judicieux.

  • bonjour a tous, Les sorties du Prince Jean sont toujours importantes car elles permettent de montrer son implication dans la vie de la Nation.. Ce qui importe maintenant c’est que chacun de nous soit le relais des actions de notre Prince en en parlant ou en relayant ses messages.. Je pense sincèrement que si un jour une restauration arrivait, ce serait par appel du peuple de France plutôt que par une lutte pour conquérir le pouvoir.
    Amitiés du sud ouest sous le soleil

  • Trop parler amoindrit le poids de la parole et des mots. Voyez l'exemple de la Reine Elisabeth II dont les déclarations toujours mesurées et selon l'importance de l'évènement témoignent de la hauteur de son rôle. Prenons un récent exemple : à l'occasion de l'incendie de la tour d'habitation sociale à Londres, la reine a évoqué ce drame et aussi quelques autres liés au terrorisme plusieurs jours après la catastrophe, à l'occasion des réjouissances de son anniversaire. Qui au Royaume Uni lui a reproché ce décalage de plusieurs jours ? Par contre la Première Ministre n'a pas réagi assez vite par des propos appropriés et a fait l'objet de violentes critiques et de manifestations de colère devant sa résidence de Downing Street. Donc à chacun son rôle ; aux politiques la nécessité de réagir vite et d'annoncer les mesures qui s'imposent et au chef de l'Etat le soin de s'exprimer de façon plus nuancée voire décalée conformément à la dignité de sa fonction.
    En l'occurrence, le Prince Jean n'est pas le chef de l'Etat en France. Ce qu'il incarne fondamentalement n'implique pas, à mon humble avis, qu'il s'exprime à chaque évènement tragique, grand ou de moindre résonnance survenu dans le pays, au risque d'apparaître comme faisant concurrence à nos politiques qui eux se saisissent de toute occasion tragique pour montrer leur empathie sincère ou opportuniste.
    Ceci étant, la parole royale gagnerait sans doute à se donner de temps à autre et, peut-être un peu plus souvent, à l'attention des Français.

  • Cording ne fait pas la leçon; il émet une opinion laquelle, à tout le moins prouve qu'il pas un courtisan. C'est méritoire, non ?

  • On peut ne pas ètre courtisan sans nécessairement écrire que la vague terroriste a échappé au Prince. C'est de l'ironie ou un défaut de conscience des choses. Non ?

  • Et, surtout, Cording, on ne parle pas pour parler, en soi. Souhaiteriez-vous un Prince Jean qui nous fasse du Sarkozy, se rendant l'après-midi sur le lieu d'un drame survenu le matin à l'autre bout de le France, et qui préfèrerait l'agitation et/ou la logorrhée à une attention bien réelle aux problèmes du pays, et à une présence non moins réelle auprès des vrais gens de la vraie vie ? Le Prince n'est pas tonitruant, il n'est pas "hyper-Prince" comme un "agité" fut hyper président, tout simplement parce que le bruit ne fait pas de bien, et que le bien ne fait pas de bruit. Et c'est très bien ainsi...

Écrire un commentaire

Optionnel