UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire & Monde • Vers une réhabilitation des Pahlavi ?

L'impératrice Farah et Andy Warhol 

Par Péroncel-Hugoz

Près de 40 ans après la Révolution iranienne, notre confrère revient sur la politique d’ouverture culturelle de l’Iran jadis et essaie de décrypter des signes actuels de réouverture.

 

peroncel-hugoz 2.jpgDes années avant que le mouvement des mollahs ne chasse d’Iran la dynastie nationale des Pahlavi, le roi Hassan II avait conseillé au chah Mohamed-Réza de ménager traditions et susceptibilités musulmanes dans sa vaste entreprise de modernisation de l’Empire perse islamisé. 

Le monarque iranien, l’épée dans les reins tenue par des « progressistes » du monde entier, en fait des marxistes poussés par les Soviétiques, n’en continue pas moins sa fuite réformatrice  en avant, allant, au nom de sa « Révolution blanche » jusqu’à soumettre à la réforme agraire les immenses propriétés du clergé chiite iranien. Dès lors le chah ne sortirait plus que broyé, avec son régime modernisateur, de sa confrontation avec l’ayatollah Khomeiny, intraitable religieux originaire des Indes. 

Occidentalisation ?

Parmi les reproches adressés par les mollahs aux Pahlavi, figurait au premier rang leur « tentative d’occidentalisation du peuple musulman de l’Iran », et de citer «l es sommes fabuleuses données à l’impératrice Farah par le chah pour l’achat de tableaux impies en Occident ».

En effet, Mohamed-Réza avait chargé son épouse de constituer une collection d’Etat d’œuvres d’art moderne du monde entier, Iran compris. La chahbanou avait été initiée à la culture universelle lors de ses études d’architecture à Paris, avant ses fiançailles inattendues avec le chahinchah, comme on disait alors.

Au cours de la décennie 1970, en particulier, période qui devait se terminer par la Révolution islamique, ce fut, de la part de l’impératrice et de ses conseillers artistiques, une véritable frénésie d’achats. Je citerai en vrac Van Gogh, Picasso, Faridah Lachaï, Hopper, Magritte, Pollock, Bacon, Moore, Calder, Miro, Léger, Rouault, Derain, Monet, Ensor, Vuillard, Giacometti, Gauguin, etc., etc. Un ensemble unique dans les pays du Sud.

Le président Rafsandjani

Une collection estimée aujourd’hui à 2 ou 3 milliards d’euros et qui, après le départ forcé des Pahlahi en 1979 (pour un exil en Egypte puis au Maroc, enfin aux Amériques et en France), ne fut pas détruite mais cachée.

Lorsque je fus reçu par le président Rafsandjani après la mort de Khomeiny, pour un entretien publié dans Le Monde, j’osai demander à ce haut dignitaire politico-religieux la faveur exceptionnelle de voir la fameuse collection. Non seulement cela me fut accordé mais en plus les autorités iraniennes me firent voir jusqu’aux appartements privés des Majestés impériales déchues, avec les uniformes du chah et les manteaux de l’impératrice laissés dans les penderies…

De Boucher à Bacon

Parmi les tableaux je notai un Boucher très nu, très coquin ayant appartenu, selon mon guide, à la mère du chah, alors exilée en Californie et aussi un Francis Bacon, de la collection d’Etat, figurant un homme nu se contorsionnant…  Si le Boucher n’a pas réapparu lors de la réouverture du Musée d’Art moderne de Téhéran, conçu jadis sur les instructions de Farah, en revanche, à ma grande surprise, j’ai pu voir sur internet que le nu de Bacon était bien actuellement montré aux Iraniens et aux étrangers à Téhéran. Il y a quelque chose de changé dans la République des mollahs et des pasdarans…

La « collection Farah »

Jusqu’où cela ira-t-il ? Jusqu’à une réhabilitation au moins culturelle des Pahlavi ? Pas tout de suite sans doute mais il y a des prémices sous nos yeux : des échanges provisoires d’œuvres d’art de la sulfureuse « collection Farah » ont lieu ou vont avoir lieu avec l’Allemagne, la France, etc.

Un membre de la famille Khomeiny, qui avait rencontré un Pahlavi à l’étranger, a seulement été assigné à résidence à son retour au pays. Tout récemment, une manifestation royaliste en Iran, près du mausolée de Cyrus le Grand, empereur perse avant l’Islam, que les Pahlavi érigèrent en modèle, a été dispersée sans poigne excessive.

Le portrait de la chahbanou qu’elle avait commandé à Andy Warhol n’est évidemment pas encore montré sur les cimaises téhéranaises… mais les portraits de Mao l’athée ou de Marilyn Monroe la scandaleuse ont, en revanche parait-il, été tirés du placard où ils étaient remisés depuis la Révolution et les Iraniens peuvent voir derechef ces exemples de l’« art décadent de l’Ouest »… Soit 60 œuvres des 300 du « Fonds Pahlavi ». 

Attendons la suite. Une élection présidentielle aura lieu ce printemps en Iran. 

Péroncel-Hugoz

Repris du journal en ligne marocain le360 du 31.03.2017

Commentaires

  • A propos des Pahlavi, dont le nom d'origine est en fait Reza, car Pahlavi est une référence antiquisante, il faut souligner 3 points:
    - Cette dynastie a usurpé le trône en 1920 en chassant la dynastie des Kadjar. C'est le colonel Reza khan qui déposa le dernier shah ; mais ce n'était pas pour continuer la tradition nationale, mais, suivant le modèle donné en Turquie par Mustapha Kemal, pour l'abolir. Reza ne désirait nullement devenir roi, mais dictateur. C'est seulement les milieux d'affaires qui lui imposèrent de prendre la couronne.
    - La deuxième génération de cette famille a été à son tour chassée du pouvoir par une étrange révolution, guidée à la fois par le nationalisme culturel et la nostalgie de l'idéologie royale des Kadjar, associant le clergé à la souveraineté royale. Une révolution qui ressemblait beaucoup à une Contre-révolution!
    - L'échec de Mohammed II fut causé, non pas par une crise de pénurie, mais au contraire par l'excès de richesse déversé sur une nation qui n'y était pas préparée, et subissait une dissolution sociale de ce fait.

    Ces trois points de rappel devraient suffire à adopter une attitude plus nuancée à l'égard de la monarchie iranienne, qui n'a rien de commun avec la monarchie française. Ne nous laissons pas impressionner par les paillettes.

  • Chers amis de LFAR et cher M. Péroncel-Hugoz, le patronyme de l'inventeur du quart d'heure de célébrité universellement garanti s'orthographie Warhol et non Wahrol. Rendons à Andy ce qui est à Andy...

  • Cher Patrik111, Merci une fois de plus. C'est corrigé.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel