Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La sale campagne » ? La seule véritable alternative ...

Source : Action française Provence

Commentaires

  • Les piques et les bonnets phrygiens auront du mal à disparaitre dans la tête de beaucoup de Francais et il y aura du boulot quand on voit et entend une Christine Angot et un Pujadas. Il y a encore un bastion solide de coupeurs de tête et l'agressivité entre Françias n'est pas une mode qui passe. Ce n'est pas maintenant que l'Education Nationale fait abstraction de l'Histoire ou la raconte à sa façon que nous allons rétablir une vérité qui peut conduire à un changement de régime. Nous traversons une des pire périodes de notre Histoire , celle de la disparition d'une civilisation et d'une nation.

  • Justement, c'est bien l'ampleur de cette tragédie qui est "en marche" qui nous fait devoir de ne pas baisser les bras ! Certain maître ne nous a-t-il pas appris que tout désespoir en politique est une sottise absolue ?

    En tout cas, bravo pour cette belle affiche !

  • Bien d'accord avec Jean de Launoy.
    Le catastrophisme n'est pas une garantie de lucidité.
    Jeanne d'Arc n'aurait rien entrepris si elle y avait cédé, dans une situation pourtant quasi désespérée.
    Il est vrai que l'état de notre pays et au delà est gravissime et peut-être sans analogue. Rien ne nous dit qu'un redressement lui aussi sans analogue est à exclure absolument.
    C'est pourquoi il faut y travailler.

  • Dans la langue française la "lucidité " n'est pas le " catastrophisme " et laisse la place au choix du remède.
    Il est "lucide " de constater que si le communisme en France a perdu du terrain il n'en est pas de même pour les turiphéraires de la République , (c'est ce que je dis ;) en revanche il est catastrophique de dire qu'il faut baisser les bras. Ce que je ne dis pas .
    Rendez-vous dans les urnes et avec lucidité.

  • Nous sommes d'accord Cincinatus. Sauf que je ne crois pas que le remède soit dans les urnes, même si l'on vote, si possible avec lucidité, sans illusion. La lucidité est d'ailleurs bien impuissante en ce domaine ...

  • Bien sûr nous ne votons jamais sereinement mais en pesant le pour et le contre pour se rabattre sur ce qui serait le moins nocif (et j'ai tort d'employer le mot'"remède" car ce n'en est pas un , vous avez raison, on pourrait plutôt parler de "pis-aller" .)
    Quoiqu'il en soit nous sommes tous trop avertis pour ne pas se laisser influencer par des visions trop courtes dont le "remède" serait pire que le mal . Dans une République qui donne de sérieux signes de fatigue il est plus que jamais nécéssaire de serrer les rangs.

  • D'accord avec Benoît. Et metci aussi à Cincinatus pour ses commentaires qui suscitent réflexion et débat. Donc toujours intéressants pour in néo-royaliste comme moi ...

  • Jean de Launoy (qui conduit des actions d'ampleur dans les banlieues) a raison de réfuter le "catastrophisme" qui, poussé à l'extrême, devient castrateur, qui, in fine, dispense de tout effort et conduit à l'inaction fut-elle française.

  • Ni catastrophisme ni inaction mais veiller et agir, ce que Cincinnatus appelle : serrer les rangs.

Écrire un commentaire

Optionnel