UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Assimilation. La fin du modèle français. Par Champsaur

C’est le titre clair et direct de la dernière copieuse étude de Mme Michèle TRIBALAT (septembre 2013 – édition du Toucan). C’est plus qu’un renouvellement de ses précédents ouvrages. Puisqu’il s’agit, chiffres à l’appui, de faire litière de la propagande visant à nous convaincre qu’un certain nombre de dispositions légales, conduisent de facto à l’assimilation de populations non européennes. Le grand maître de l’enfumage est bien connu, et il est inutile de le présenter plus.

Voir : http://www.rue89.com/2013/10/27/immigration-est-michele-tribalat-demographe-adulee-fn-246889 

Parmi les violents contempteurs de Mme Tribalat, ce personnage sorti d’un livre du stalinien Lyssenko, excipant d’un titre de polytechnicien alors que l’on cherche vainement une démarche scientifique dans ses travaux et ses interventions.

michele tribalt assimilation.jpg

Le modèle d’assimilation français a-t-il encore un avenir ?

La démographe Michèle Tribalat répond par la négative après une analyse en trois points. Tout d’abord démêler le vrai du faux dans les chiffres qui circulent sur l’immigration étrangère, ensuite examiner en quoi l’islam change la donne et enfin constater que les classes moyennes refusent désormais massivement le modèle multiculturaliste préconisé par l’UE.

352 pages, 17 euros

 sandrine mazetier.jpgLe débat est de nouveau kidnappé par une intelligentsia dévoyée, alors que le défi a dramatiquement empiré. Les recettes de gâte-sauce sont toujours les mêmes. En utilisant les quelques formules quasiment inusables telles que « les heures les plus sombres de notre histoire » … Nous avons eu encore un exemple de l’hystérie d’une virago dans une matinale de France Inter le 24 Oct dernier, la députée apparatchik de la 8ème Paris, Sandrine Mazetier (photo, ndlr) :  http://www.franceinter.fr/emission-le-79-la-france-doit-elle-changer-de-politique-migratoire; la même qui ne voulait plus que les écoles maternelles portent le qualificatif de « maternelle » (est ce que les électeurs savent bien pour qui ils votent quand ils envoient ce genre de dingue à l’Assemblée ?).

Certainement lassée de subir les attaques violentes de commissaires politiques de régimes totalitaires, quelques fois diffamatoires, sans grand rapport avec le fond de ses études, Michèle Tribalat répond dans le Fig du 22 Novembre dernier, en dénonçant les processus d’intimidation. L’accusation qui vaut condamnation serait une proximité coupable avec les idées du FN. La méthode est ancienne mais elle fonctionne encore un peu. Par ailleurs les sicaires de Solférino et leurs suiveurs patentés sont trop prudents pour truquer les chiffres. Ils mettent en œuvre une méthode tout aussi efficace et difficile à contrer, l’occultation des bilans. Le député Goasguen vient de se heurter à la loi du silence sur le montant de l’Aide Médicale d’État.

On sent la haine des gourous, et autres ayatollahs qui ne savent comment la faire taire. Dans Marianne du 10 Nov. 2013, Éric Conan y va de son humour «… C'est le livre que doivent lire ceux qui dissertent au doigt mouillé sur l'identité, le communautarisme et l'islamophobie, parce que la précision des faits leur importe d'autant moins qu'ils cherchent d'abord les postures morales …» lien http://www.marianne.net/L-integration-a-l-epreuve-de-l-islam_a233473.html

En fait de doigt mouillé, nous dénoncions le terrorisme intellectuel dans notre précédente livraison sur le sujet (lien : http://lafautearousseau.hautetfort.com/search/démographie ), et les verrous installés pour empêcher tout recensement par ethnie et religion en particulier. Il est important de souligner que ceux qui cultivent l’interdiction de parler de Français de souche ou de publier des chiffres jugés discriminatoires (en fait lumineux, car ils mettraient sous le projecteur l’inversion de population qui nous est imposée), sont par nature disqualifiés pour s’exprimer sur la démographie, matière plutôt rigoureuse mais surtout totalement fondée sur les chiffres. Tant leur indécence qu’un culte du déni de réalité ne les dissuadent pas d’étaler leurs pseudo connaissances.

michele tribalat.jpgC’est ainsi que Mme Tribalat (photo, ndlr) nous invite à considérer en premier lieu la destruction systématique des outils de mesure, ou de leur publication, pénalisant ainsi lourdement les vrais démographes. Elle met l’accent sur l’amphigouri entretenu autour des statistiques pour que personne n’y comprenne rien, et surtout que tout et son contraire puisse être affirmé sur les plateaux de télés par les gourous mandatés par le Système. C’est l’objet des pages 21 à 52 qu’elle intitule charitablement « Flux migratoires, une connaissance incertaine ». Pour dire vrai, on ressort de ce chapitre, éberlué par l’acharnement mis à taire des réalités, méthode que n’auraient pas désavoué des Fouquier-Tinville, Saint Just ou Hébert. Dérive hélas vécue sous des gouvernements dits « de droite » à partir des années 2005 …

Le très grand intérêt de l’étude est qu’elle met en exergue les caractéristiques cruciales qui différencient fondamentalement la communauté musulmane de toute autre. Michèle Tribalat fut coordinatrice de la grande enquête de l'Ined de 1992 (sur, notamment, les enfants nés en France de 1963 à 1972 de parents immigrés d'Algérie), régulièrement citée pour affirmer que la France est la championne des mariages mixtes. Et ce n’est qu’en 2008 (16 ans plus tard) qu'une nouvelle enquête de l'Insee et de l'Ined - «Trajectoires et origines» (TEO) - fut conduite. Ses commanditaires rechignant à livrer tous ses résultats, le livre de Mme Tribalat constitue la première synthèse de ce travail statistique d'envergure incluant la religion. Ses conclusions révèlent une mutation sociologique massive depuis 1992, invalidant les lieux communs sur l'intégration.

En bonne démographe, elle décrit longuement les spécificités des musulmans, sans entrer dans l’étude du dogme de l’islam, ce qui n’était pas son sujet. Néanmoins la description absolument objective qu’elle nous propose, est l’exacte rupture à laquelle nous sommes confrontés. Des pages 107 à 229, ce sont successivement l’évacuation des poncifs d’une Europe qui aurait toujours connu l’islam comme source de civilisation (nouvelle doctrine à la mode), la « désécularisation » néologisme transposé de l’américain (desecularization) (ce qui suppose qu’une sécularisation ait jamais existé, ce que nous contestons car antinomique de cette religion), l’endogIMMIGRATION ALGERIENS.jpgamie dans tous les actes importants de la vie (90 % des musulmans élevés en France épousent aujourd'hui un conjoint musulman) isolant ainsi la communauté du corps de la société, la dynamique démographique, la visibilité de cette religion par des pratiques en complète rupture avec la civilisation européenne (voile et nourriture). Elle insiste sur l’intense pratique religieuse d’une jeunesse élevée dans l’islam (et bien qu’elle ne le dise pas, nous pouvons ajouter, pour laquelle la France ne signifie rien). Elle nous dit que «  … ces pratiques spécifiques sont celles qui séparent, et c’est pourquoi elles méritent une attention particulière. Elles signalent une intention de vivre selon les règles du droit musulman. En effet on oublie trop souvent que l’islam n’est pas seulement une religion. C’est aussi un droit, une éthique et un mode de vie ... »

Elle ne nous épargne pas que le jargon de l’Europe est aussi utopique que celui des intellectuels français, décrivant ainsi la stratégie européenne « … convaincre les peuples des joies de la diversité …l’Europe met en équation sa propre disparition …Le modèle d’intégration français est désormais frappé de péremption et désavoué par les classes dirigeantes … qui lui ont préféré le model culturaliste européen …». Salutaire de le rappeler car on oublie trop vite le rôle pernicieux d’une bureaucratie européenne qui ne représente pas les peuples. À méditer à la veille d’élections sinécures, occasion de donner un très ferme coup d’arrêt à un convoi devenu fou.

Nous avons deux réserves sur son travail

Une dissertation trop longue et à notre avis inutile sur la différence entre assimilation et intégration. Il n’y a rien à comparer avec les vagues migratoires antérieures. Les Italiens du 19ème siècle, les Polonais des mines du Nord, les Espagnols fuyant la guerre civile étaient tous chrétiens. Inutile d’épiloguer. La formule de la doxa « la France fut toujours une terre d’émigration » ne concerne en rien une religion conquérante, exclusive telle que l’islam.

Et aussi nous ne la suivons pas quand elle cherche une cause de ce qu’elle appelle un échec dans une nouvelle approche politique du PS sous l’impulsion de son réservoir à jus de crâne Terra Nova.

Notre opinion est que « l’échec » vient simplement du fait que par construction l’islam n’est pas intégrable. 

voile uslamique.jpg 

Commentaires

  • Ce livre est d'une extrême importance : il éclaire le lecteur sur la nature des chiffres qui sont jetés en pâture au public sans grande cohérence par les grands offices statistiques et aussi, on peut le craindre, sont destinés à minimiser la présence étrangère en France ; il explique également comment, sous les pression idéologiques, on est passé de l'assimilation à l'intégration, pour finir tout simplement par l'insertion qui n'exige aucun effort des allogènes..." Le Gallou !

    Sur Livres en Famille : http://www.livresenfamille.fr/p8993-michele_tribalat_assimilation_la_fin_du_modele_francais.html

  • La nouvelle devise de la république, portion de l'Euro-mondialisme est:
    Laïcité, diversité, fiscalité
    avec surtout la fiscalité pour les Français de souche ou d'origine européenne

  • Enfin un ouvrage qui dit clairement les choses. Mais dans le déluge de bêtises déversées par les médias il y aura beaucoup de difficultés à se faire simplement comprendre. Nous sommes noyés dans le flot de contre-vérités Une chance pour la France(!!!)
    Cette immigration désordonnée ? Une chance pour la démagogie la plus funeste. Certainement.

  • http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/12/12/01016-20131212ARTFIG00612-malika-sorel-sutter-une-veritable-police-de-la-pensee.php

    Ce commentaire de mme Sorel-Sutter est essentiel pour comprendre les contournements mis en œuvre contre le peuple de France. Sectarisme, brutalité, ignorance de l’Histoire, utopie, obscurantisme, chasse aux sorcières, intellectualisme sont le cocktail classique de ce genre de réserve à jus de crâne. L’arrogance qui accompagne cet élitisme est très bien décrite dans le livre de Michèle Tribalat. À l’instar des méthodes des khmers rouges ou du comité central de Pyongyang, Terra Nova sait ce qui est bon pour le peuple de France. De l’islam, il n’est pas question. Il est donc indispensable que le peuple de France use du seul droit qui lui reste, le bulletin dans l’urne. C’est le peuple qui décide. Que personne ne se laisse abuser sur l’importance relative de telle élection. Désormais toute consultation doit être mise à profit pour donner un très ferme coup d’arrêt à ce changement de civilisation que des penseurs à la manque cherchent à nous imposer. Et renvoyer les copains Jupé, Copé, Fillon jouer avec leurs copains de la rue de Solférino.

  • Pour ceux d’entre nous qui ont un peu de temps, mus par une curiosité légitime, un lien vers ce rapport Thierry Tuot http://www.cnle.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_au_premier_ministre_sur_la_refondation_des_politiques_d_integration.pdf

    On n’est pas déçu d’y jeter un œil car cela nous entraine vers l’indigence de ce qu’est le corps des fonctionnaires qui provoquent depuis longtemps notre perte.
    On est immédiatement dans le bain de ces cent pages truffées de néologismes, signature classique de la fainéantise, avec cette définition hallucinante de l’intégration :
    « … Qu’est ce que l’intégration ? C’est le phénomène social par lequel se dissipe le rôle majeur de l’origine réelle ou supposée comme facteur des difficultés sociales rencontrées par une personne.
    Le résultat de l’intégration n’est pas la disparition de l’origine étrangère réelle ou supposée, ni même son effacement, et encore moins son oubli ou sa négation. Chacun d’entre nous doit et peut demeurer fier de ses origines – dont il n’est, hélas, pas inutile de rappeler qu’elles nous font tous descendants de la seule race connue parmi les hommes : la race humaine … ».

    Le total de ces élucubrations est extrêmement grave à ce niveau de l’État.
    Un petit point d’interrogation : ces phantasmes ont été écrits en Février 2013, pourquoi ne sont ils à la disposition du public que neuf mois plus tard ? Ce serait bien que monsieur le Premier Ministre s’explique plus clairement qu’il ne le fait depuis hier soir … En appelant ces cent pages un travail remarquable. Cette camarilla qui a capté momentanément le pouvoir a-t-elle décidé de nous traiter comme des aliénés, à défaut « … d’une pâte inanimée qu’on va triturer … » comme il est écrit ?

  • et le rapport définitif , celui cité par le FIG

    http://www.gouvernement.fr/presse/refondation-de-la-politique-d-integration-releve-de-conclusions

  • Je suis d'accord avec le billet de Champsaur spécialement dans son épilogue.
    Qu'est-il besoin de trier assimilés et intégrés, pourquoi démontrer l'évidence, l'évidence étant l'inassimilation des musulmans dans les zones où ils ont de fortes minorités voire des majorités relatives.
    La métropole a accueilli des musulmans depuis le Second empire, il y avait des bataillons algériens dans l'armée de 1870.
    Puis les guerres mondiales en ont amené plus encore sans qu'il y ait de problèmes spécifiques.

    C'est le franchissement du seuil de tolérance, dû pour l'essentiel au recrutement de main d'oeuvre dirigé vers l'AFN sur incitation du gouvernement et le regroupement giscardien, qui a suscité l'apparition de meneurs dans cette communauté en fort accroissement, meneurs qui exercent banalement le pouvoir par contrainte et terreur comme partout et cherchent à se créer des fiefs. On retournerait presque aux invasions barbares du V° siècle.

    Il n'est même pas besoin d'entrer en lecture du Coran pour combattre ce phénomène d'emporte-pièces. Aucune lecture, tribune, conférence, temps perdu ! N'importe quel illettré constate l'invasion. Action immédiate de l'Etat contre la sécession de fait. A défaut, attaque de l'Etat impotent.

    C'est le signal subliminal du mouvement des bonnets rouges contre l'Etat-lest, l'Etat-écran, l'Etat-châtré.

Les commentaires sont fermés.