UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Retour sur les propos d'Eva Joly.....

        Eva-dans-le-mur, on s'en souvient, n'avait rien trouvé de plus malin à dire, après le Défilé du 14, juillet, qu'il fallait, selon elle, le remplacer par un défilé citoyen !....

        Nous avions relevé ses propos, soulignant leur niaiserie dangereuse, et Maurras.net nous avait transmis une citation de Maurras qui s'intégrait parfaitement dans notre réponse, à laquelle nous l'avons évidemment ajoutée : eva joly defile 14 juillet.pdf

        L'été étant propice aux lectures et relectures (et donc aux trouvailles qui vont avec...), voici deux courts extraits que l'on peut dédier à l'égérie des Verts. Ils sont tirés du remarquable Journal de Jacques Bainville (Tome II, pages 107/108 et page 117).

- premier extrait (pages107/108, note du 24 juin 1921) :

         "...Et comme l'humanité n'est jamais raisonnable, parce que ce serait trop simple si elle ne se déterminait que par la raison; comme le besoin de s'affranchir, de dominer, de posséder, et même le besoin le plus impérieux, celui de manger, dirigent les impulsions des peuples; comme les passions nationales s'en mêlent et mettent en jeu l'amour-propre des gouvernements, alors, pour que le monde connaisse la paix, il faut bien que la paix lui soit imposée par la force".  

- deuxième extrait (page 117, note du 14 novembre 1921) :

        "Les hommes préfèrent la paix. Ils ont horreur de la guerre, bella matribus detesta, et sans cesse la guerre revient. Quel était le plus beau titre de gloire de la Rome antique ? C'était d'avoir imposé au monde la paix romaine et elle l'avait imposée par sa puissance militaire. Il n'y a pour ainsi dire pas de gouvernement ancien ou moderne qui ait débuté en déclarant qu'il voulait la paix..."

        Eva Joly vient, tout simplement, de montrer une fois de plus qu'ils (et elles) sont nombreux, celles et ceux qui n'ont, pour reprendre une formule célèbre, rien oublié ni rien appris.... 

Les commentaires sont fermés.