UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le prince Jean de France trace son sillon : nouvelles étapes

        Le prince Jean de France trace son sillon. C’est l’expression que nous avons souvent utilisée, parce qu’elle rend compte du processus engagé par le Prince il y a, déjà, quelques années, pour « gagner le cœur des Français ». Il trace son sillon de plus en plus activement, de plus en plus largement. Et c’est, pour les royalistes, dont nous sommes, une bonne nouvelle. Mais là n’est pas le plus important. Le plus important c’est que l’action, la présence du Prince, son implication, de plus en plus nette, de plus en plus connue et reconnue, dans la vie nationale, est aussi, est surtout une bonne nouvelle pour la France.

LETTRE JEAN DE FRANCE_Page_07_Image_0001.jpg             

        Il n’est pas si simple, dans la France et dans le monde d’aujourd’hui, d’être royaliste sans être utopiste, sans manquer de réalisme et de sérieux. Mais nous sommes convaincus qu’il n’y a pas de royalisme authentique s’il ne se rattache pas à la personne concrète du Prince qui incarne et qui prolonge la tradition royale. Le propre de la monarchie est d’être incarnée dans un Prince de chair et d’os, sans lequel le royalisme se dégrade en idéologie sans consistance. Le premier devoir des royalistes est donc, tout naturellement, de soutenir le Prince.

        Lisez donc la dernière Lettre de Gens de France, association voulue, fondée, présidée par le Prince et destinée à soutenir son action. Elle en donne une remarquable vision d’ensemble, en même temps qu’ une description détaillée qui en montre l’ampleur et l’intérêt.

        Le Prince, lui-même, y trace, tout d’abord, en termes saisissants et forts, l’esprit et la ligne directrice de son action : « Dans les toutes premières présentations que j’ai faites d’Un Prince français, à Béziers et Senlis, en octobre dernier (…), je me demandais si le message qu’il contenait parviendrait aux Français. Mais, en même temps, ceux-ci recevaient un tout autre message, lui-même très brutal : sous leurs yeux, le monde dans lequel ils vivaient, fondé sur le règne de l’argent et de la spéculation, commençait à se fissurer, à s’écrouler ! Cela aurait pu ne concerner que les fauteurs de trouble, ces « élites » financières qui surfaient sur les bulles spéculatives. Mais, de proche en proche, tout l’édifice a commencé à s’effriter sous le poids des dettes. Les Français se voient désormais entraînés dans la spirale de la désagrégation sociale ». Dès lors, le Prince définit le principe, l’axe de son action des mois, voire des années à venir : « Aujourd’hui, avec Gens de France, je me fixe un axe prioritaire. Notre pays doit par tous les moyens résister à la désagrégation sociale. C’est sur ce point que je souhaite faire entendre ma voix. La montée du chômage, l’éclatement des familles, l’urbanisation sauvage, les migrations non contrôlées, le poids de la fiscalité, les crises de l’enseignement, d’autres facteurs, encore, constituent autant de sources de l’éclatement du lien social ». Il faut lire ce texte tout entier !

        Il y a, ensuite, d’octobre 2009 à mai 2010, un tableau impressionnant, très documenté, du tour de France que le Prince a fait, pendant cette période, pour présenter son livre « Un Prince Français ». Ce sont des milliers de Français que le Prince a rencontrés au cours de ces présentations. Et cette Lettre de Gens de France, remarquablement réalisée, en donne un aperçu qui intéressera royalistes et non-royalistes.

        Elle se termine par une analyse de la crise, de François Reloujac, que nous comptons publier, bientôt, ici-même : "Quelques leçons politiques de la crise économùique".

        Il faut suivre les activités de Gens de France. Il faut aussi, soutenir cette association et, naturellement y adhérer.

        Enfin, le vendredi 19 novembre 2010, à 19 heures, à Paris, aura lieu l’assemblée générale de Gens de France. Nous vous conseillons vivement d’y assister.

CLIQUEZ SUR LES LIENS SUIVANTS :

LETTRE GENS DE FRANCE (N°19).pdf

ADHESION A GENS DE FRANCE (N°19).pdf

ASSEMBLEE GENERALE GENS DE FRANCE.pdf

Commentaires

  • si vous voulez faire avancer la cause royale, ce n'est pas un bon moyen que de mettre en avant le Prince Jean. vous savez bien que les légitimistes et les Orléanistes sont irréconciliables sauf à se battre de façon commune sur "le principe royal"; 130 ans de disputes doivent nous amener à reprendre pour régler le problème dynastique le précédent de l'élection d'Hugues Capet.
    ce n'est pas à nous du peuple de décider qui sera le Roi sinon nous tombons dans les dérives républicaines; c'est aux pairs de France (c'est à dire la famille Royale dans son entier où que se trouvent ses membres dans le monde de désigner lorsque le moment sera venu après un référendum auprès des français pour le retour de la Royauté, le Prince qui ceignera la couronne et sera sacré Roi de France)

  • Quelle belle intervention Madame. Cependant, il faut noter d'une part que notre Famille Royale est très éclatée et d'autre part, nous n'avons eu de Prince étranger à la tête de notre Etat, contrairement à bien d'autres Monarchies d'Europe. Mais votre questionnement mérite réflexion...

  • Comment voudrait-on "faire avancer la cause royale" si ce n'est qu'un "principe", une cause sans visage ? Non, ce conseil n'est pas bon. Crédibilité nulle ! Echec assuré !
    Tout ça, sous prétexte que "les légitimistes et les orléanistes sont irréconciliables". Mais de quoi parle-ton ? Ce sont des survivances, des cercles, des disputes d'un autre monde, sans grande importance aujourd'hui et, qui plus est, sans justification sérieuse depuis la mort du comte de Chambord, il y a 127 ans !
    Le prince Jean se met en avant lui-même. Il donne un visage au principe royal qu'il incarne. Et c'est le moins que les royalistes le soutiennent.
    Je suis d'accord avec Chantal de Thoury sur un seul point : si le Prince devait, un jour, gouverner la France, il y faudrait le consentement des Français.
    Je suis d'accord avec southbeach sur un autre point : en tout cas, ce ne pourrait pas être un prince étranger ou, quoique d'origine française, un prince devenu étranger et, à tous les sens du mot, éloigné de la France, par la force des choses, de l'espace et du temps.

  • Je rejoins totalement Jaco et en tous points!!! Il faut un visage à la cause royale et les "disputes" entre légitimistes et orléanistes sont d'un autre âge. Ce visage est incarné par le Prince Jean, et il est le seul actuellement à assumer "légitimement" le rôle de cette cause royale que nous nous devons de défendre. Car lui, français, laboure le territoire national à la rencontre de nous tous. C'est à ce titre que nous lui apportons notre soutien et défendons ardemment la cause royale!!!!

  • Tout à fait d'accord avec Jaco et southbeach, une part essentielle de la légitimité réside dans les services rendus à la nation. Notre Prince Jean a fait un serment à Amboise en 1987, et ce serment est parfaitement respecté, à la grande joie de tous les royalistes attachés à sa personne et à sa famille. C'est donc notre espérance pour l'avenir.

  • Complètement en phase avec Jaco, il a tout dit.
    La Couronne ceindra les tempes de celui qui se sera le plus bougé le c.. pour l'obtenir. Et à ce petit jeu-là, le prince Jean est sans conteste le grand vainqueur. Nul autre que lui, que ce soit parmi les Bourbons d'Espagne ou parmi les Orléans eux-mêmes, ne se démène autant. De plus il connait parfaitement l'hexagone et est au faîte de sa politique et de ses traditions.

    Le Trône de France, ça se mérite.

Les commentaires sont fermés.