UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un Système en mauvais état : l'un des Présidents de Région les plus mal élus ne veut pas que l'on "défigure la politique", mais...

            Dans la série il vaut mieux entendre ça que d'être sourd, arrêtons-nous quelques instants aujourd'hui sur cette curieuse déclaration de Michel Vauzelle à La Provence (1)

            On le sait : dans une Région qui a voté à droite à 60 %, Michel Vauzelle, s'est retrouvé de nouveau Président socialiste par la grâce d'un Système qui est tout sauf juste et "normal". Moyennant quoi, pas gêné du tout, il se permet de donner des leçons de morale au monde entier...

            Il ferait mieux, nous semble-t-il, de commencer par lui, mais bon....

michelvauzelle.jpg

            Ne manquant pas de toupet, il commence par un grandiloquent "...je suis entré en politique pour trois raisons : la justice sociale, la défense de la république et, enfin, pour lutter contre ceux qui défigurent la politique".

            Pour un peu, on aurait envie de remercier ce vaillant chevalier blanc, mais, quand on connaît la réalité..... Car enfin, si ce n'est pas "défigurer la politique" que de gouverner avec moins d'un quart des suffrages, il faudra nous expliquer.

            En réalité, Michel Vauzelle trouve très bon le système comme il est, avec ses magouilles et ses aberrations... puisqu'elles lui profitent.

            On se souvient que, juste après que Sarkozy ait prolongé l'ouverture, en nommant deux nouveaux socialistes à des postes importants, c'est lui, Michel Vauzelle, qui avait refusé à un représentant de la droite locale l'attribution d'un ou deux sièges de décision, qualifiant cela de "gadget" !....

            Maintenant, il est vrai qu'il aurait tort de se gêner puisque la droite au pouvoir préfère continuer à tomber dans le piège - pourtant grossier .- que lui a tendu Mitterand, voilà pas mal de temps maintenant. Et préfère donc perdre par dizaines des villes et des Régions plutôt que de s'allier, comme cela se fait dans toutes les démocraties du monde, avec des citoyens français rejetés comme pestiférés, parce qu'ils votent mal.

            Moyennant quoi, à gauche, Vauzelle n'a aucun scrupule - comme Mitterand avant lui... - à prendre les voix d'où qu'elles viennent.

             Si ce n'est pas, là, une des aberrations malsaines qui défigurent la politique....

(1) : La Provence, samedi 10 juillet 2010.

Les commentaires sont fermés.