UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Maîtres et témoins (III) : Léon Daudet

D'Edmonde Charles-Roux sur l'influence de Daudet

D'Edmonde Charles-Roux sur l'influence de Daudet

Edmonde Charles-Roux, membre de l'Académie Goncourt, fut la femme du maire socialiste de Marseille, Gaston Deferre.
Consoeur, donc, de Léon Daudet, elle lui a rendu un bel hommage, par-delà les décennies, le dimanche 25 mars 2012, dans le quotidien régional La Provence.
Ce jour-là, elle a choisi comme thème de sa chronique littéraire de parler de Pierre Benoît, "de ces écrivains comme il en existe peu".
C'est l'occasion pour elle de rappeler la très grande influence qu'exerçait en son temps son confrère Léon Daudet, dont elle écrit ceci :
"...Benoît manque de peu le prix Goncourt. Voici comment Gérard de Cortanze relate la bagarre finale et ce qu'en pensait Léon Daudet :
"Un mois après la victoire du 11 novembre, "Koenigsmarck" manque de peu le Goncourt malgré le soutien actif d'André Suares et celui des articles de Léon Daudet.
La machine Pierre Benoît est lancée. malgré les haines inextinguibles, malgré les jaloux, malgré les aigris...
Qu'en disait Daudet ?
La valeur d'un écrivain ne se mesure pas au mécontentement que son oeuvre et sa personne procurent aux personnes pourvues d'une excessive vésicule biliaire..."
Et il concluait avec ces mots : "Pierre Benoît est un narrateur habile, certes, et qui sait doser la lumière dans un récit, mais un narrateur elliptique, et , s'il le voulait, ferait de la littérature semiabscons. Seulement voilà, il ne veut pas, et il préfère être compris. Un Pierre Benoît ne se vulgarise pas, il se propage

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL