UA-147560259-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Documents pour servir à illustrer une histoire de l'URP (20)...

(Documents pour servir à illustrer une histoire de l'URP : contribution, commentaires, informations, renseignements, prêt de photos etc... bienvenus; retrouvez l'ensemble de ces documents dans notre Catégorie : Documents pour servir à illustrer une histoire de l'URP)

20 : À Martigues et Roquevaire, hauts-lieux maurrassiens... (1/5)

(pour ces cinq livraisons, on pourra se reporter à notre Album (de 125 photos) : Une visite chez Charles Maurras...)

L'Union Royaliste Provençale a la chance, si l'on peut dire, de "posséder" sur son territoire deux haut-lieux concernant directement Charles Maurras : son caveau familial (du côté paternel), à Roquevaire, et la maison de ses parents (du côté maternel), à Martigues.

Bien entendu, nous avons souvent et régulièrement utilisé ces deux lieux, chargés d'histoire et d'émotion, lors de nombreuses manifestations et rencontres de tout ordre, mais surtout la maison et son jardin. Nous n'allions en effet à Roquevaire, du moins habituellement, qu'en septembre, pour les réunions de rentrée...

Je commencerai donc, aujourd'hui, par parler de ces habituelles réunions de rentrée, qui se passaient dans les premiers jours de septembre, à Roquevaire, devant le caveau familial des Maurras (côté paternel), là où sont enterrés ses deux parents, son frère et lui-même.

1A.jpg

Le rituel était assez immuable, mais il flottait toujours quelque chose de joyeux dans l'air : après les deux mois de vacances, on se retrouvait, enfin, Chauvet et Lavo "recevaient" les participants, toujours heureux de se (re)trouver là. Venaient surtout les Marseillais, Aixois et Toulonnais, car pour les Niçois, cela faisait 400km aller/retour, et pour les Avignonnais, 200. Mais il en venait malgré tout à chaque fois...

Le 19 avril dernier, dans le numéro 10 de ces "livraisons", j'ai rappelé la belle figure de notre Président du Var, Pierre Navarranne. Après les mots de bienvenue de Pierre Chauvet (Lavo ne prenait jamais la parole en public), il y avait la récitation de La prière de la fin, assez souvent faite, justement, par le docteur Navarranne. Ce n'est qu'après plusieurs réunions que je me risquais à proposer à Chauvet/Lavo de réciter la traduction en provençal du Je vous salue Marie, faite par Maurras, ce qu'ils acceptèrent. Ainsi, nous nous répartissions un peu les rôles, avec Pierre Navarranne...

Mais, pourquoi aller faire nos réunions de rentrée à Roquevaire ? Ou, si l'on préfère, pourquoi Maurras est-il enterré à Roquevaire ?

Pour une raison très simple, que beaucoup ignorent : la famille Maurras n'est pas de Martigues, mais, partie des Alpes et du pays gavot il y a bien longtemps, elle a fini par s'installer à Roquevaire... où se trouve donc le caveau familial. Charles Maurras y est enterré, ainsi que son frère, Joseph, son père et sa mère. Seul son coeur se trouve à Martigues, dans le jardin de "sa" maison, qui est la sienne parce qu'elle était celle de sa mère, qui était une Garnier.

1A.jpg

En Haute Provence, se trouve toujours le hameau "Les Maurras". C'est de Saint Julien le Montagnier que sont partis, il y a bien longtemps, les ancêtres des Maurras... À leur façon, en somme, ils étaient des "migrants", des précurseurs ! Bien en avance sur notre époque !

Petite, mais charmante, commune du Haut Var, Saint Julien le Montagnier est située sur l'aire du Parc naturel régional du Verdon, à deux pas du très beau lac d'Esparron-sur-Verdon.

Ce n'est qu'après que, fonctionnaire, le père de Charles Maurras fut muté... à Martigues, où il devait faire la connaissance de Marie-Pélagie Garnier. On connaît la suite...

Le père de cette madame Garnier - laquelle épousa donc le futur père de Charles Maurras... - était marin, et navigua avec le Prince de Joinville, qui vint un jour visiter son ami dans sa maison, à Martigues.

1A.jpg

De même, Maurras n'est pas né dans "sa" maison, mais dans une autre, très étroite, située sur l'actuel Quai Marceau (ci dessus). A l'époque ce Quai s'appelait le Quai Brescon sur toute sa longueur. Aujourd'hui, seule l'extrémité du Miroir aux oiseaux s'appelle encore Quai Brescon : l'autre partie, à l'opposé, où se trouve donc la maison natale de Maurras, s'appelle maintenant Quai Marceau. Voilà pourquoi on peut voir une ancienne photo montrant l'actuelle pointe du Quai Brescon/Miroir aux oiseaux sur laquelle Maurras a écrit de sa main : "Mon quai natal"...

Mais nous verrons cela dans  nos prochaines livraisons...

1AA.jpg

Dans cette allée assez étroite, le caveau des Maurras est le troisième, en partant de la droite, après celui qui possède une bizarre ornementation métallique. Nous devions nous serrer de part et d'autre, et même descendre dans la restanque d'en dessous, pour entendre les intervenants... Comme ici (photo ci dessous, novembre 2016), lorsque je récite d'abord le "Te saludo Marío..." (en provençal) puis La prière de la fin. Il fallait parler fort !...

1A.jpg

Ce n'est que beaucoup plus tard, après la disparition de nos Présidents Chauvet, puis Arnaud, que nous transformâmes radicalement nos réunions de rentrée, qui n'eurent plus lieu début septembre mais le dernier samedi de ce mois; et, surtout, qui se passèrent dans les Alpilles, là où avait lieu le Rassemblement royaliste (nous sommes allés plusieurs années à Fontvieille, par exemple, une autre fois à Maillane...)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel