UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Sur le compte Twitter du Prince Jean, comte de Paris : le 15 août évoqué par le comte de Paris.

    3.jpg

    @Frederic de Natal

    Photo prise en 1987 à l'Hôtel de ville de Québec. La "Belle province" avait reçu officiellement le comte de Paris, Henri d'Orléans, Jean duc de Vendôme et Eudes, duc d'Angoulême.

    http://www.monarchiesetdynastiesdumonde.com/

    5.jpg

    Lire la suite

  • Bonne Fête de l'Assomption !

    1A.jpg

    Image du pèlerinage fluvial de l'Assomption sur la Seine, à Paris...

    La statue de la Vierge, aussi utilisée pour la procession du Vœu de Louis XIII, fut offerte par le roi Charles X le 15 août 1826. C’est une magnifique pièce d’orfèvrerie en argent, creuse, œuvre de Jean-Baptiste Gaspard Odiot, issu d'une célèbre famille d’orfèvres, connue depuis le XVIIe siècle.
    En 1929, le joaillier Boucheron réalisa une couronne et un collier qui parent la statue au moment de la procession de l’Assomption.
    Cette Vierge est exposée toute l’année au Trésor de la Cathédrale de Paris...

    lafautearousseau

  • Ephéméride du 15 Août

     

    Au col de Roncevaux, le monastère...

     

     

     

     

     
    357 : Julien l'Apostat écrase les Alamans à Strasbourg 
     

    Récit d'Ammien Marcellin, Histoires, XVI, XII, 36-37 :

    15 aout,lepine,poliomyelite,institut pasteur,louis xi,roncevaux,jesuites,loyola,alamans,julien l'apostat,strasbourg,ammien marcellin"...Quand les accents des trompettes eurent, selon l'usage, donné de part et d'autre le signal du combat, la lutte s'engagea avec violence. Pendant un temps, on se lança des javelots et les Germains se précipitèrent avec plus de hâte que de prudence; brandissant leurs armes de la main droite, ils fondirent sur nos escadrons de cavalerie, grinçant des dents affreusement. Leurs cheveux flottants se hérissaient avec plus de fureur que d'habitude, et de leurs yeux rayonnait une sorte de rage.

    Dressant leur opiniâtreté contre eux, nos soldats protégeaient leur tête derrière le rempart de leur bouclier et, tirant leurs épées ou brandissant leurs javelots qui les menaçaient de mort, ils épouvantaient leurs adversaires...

    Avec un acharnement extrême on en vint au corps à corps.... Le ciel résonnait des grands cris poussés par les vainqueurs et les blessés... »

     

    Lire la suite

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL