UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’Église n’a pas besoin de réformateurs, par Gérard Leclerc.

Pauline Jaricot (1799-1862)

et Charles de Foucauld (1858-1916).

« L’Église n’a pas besoin de réformateurs, mais de saints. » Cette phrase de Bernanos, elle est aujourd’hui d’une actualité brûlante et d’une vérité lumineuse. Je ne sais si l’auteur de Journal d’un curé de campagne a vécu une période aussi éprouvante que la nôtre pour l’Église, lui qui pourtant fut si souvent proche de l’agonie spirituelle. N’a-t-il pas aussi écrit de multiples façons que l’espérance n’était que le désespoir surmonté ? Et par ailleurs il y avait, en deçà de toutes ses colères et ses dégoûts, un sentiment invincible d’attachement à l’Église de son baptême.

gerard leclerc.jpgUne Église qui était celle des saints, en dépit de la multitude des pécheurs qui la composaient et de la forfaiture de ses responsables, tels ceux qui avaient fait brûler Jeanne d’Arc.

Il m’est arrivé ici de citer le cas de sainte Catherine de Sienne, qui est aussi docteur de l’Église, parce qu’elle a vécu au XIVe siècle, un moment de décadence morale sans doute pire que le nôtre, et que jamais elle ne désespéra de l’Institution dont elle ne cessa de dénoncer les vices. Peut-être pourrait-on à son propos nuancer la formule de Bernanos, car elle combattit aussi de toutes ses forces pour la réforme de l’Église. Mais cette réforme n’était pas d’abord de nature institutionnelle même si elle n’ignorait pas la nécessité d’un bon état de marche. Ainsi, pour elle, il fallait absolument que le pape revienne à Rome, depuis son exil d’Avignon. Ce qu’elle désirait d’abord, de toute son âme, c’est que l’épouse du Christ soit fidèle à sa vocation.

Nous apprenions hier la décision du pape François de procéder à la béatification de Pauline Jaricot. Cette apôtre chère au cœur des Lyonnais et qui s’inscrit si bien dans l’histoire de la capitale des Gaules, depuis sainte Blandine, saint Pothin et saint Irénée. Autre motif de joie pour nous autres Français, la canonisation tant attendue du bienheureux Charles de Foucauld, dont la conversion et la mystique ont tant compté, depuis le sacrifice de sa vie à Tamanrasset en 1916, à 58 ans. Il avait sans doute prévu cette mort, lui qui avait noté avec une saveur tout évangélique : « Quand le grain de blé qui tombe à terre ne meurt pas, il reste seul ; s’il meurt, il porte beaucoup de fruits. » Voilà donc deux motifs pour nous réjouir et pour méditer. Pauline Jaricot, femme, laïque et missionnaire, voilà qui donne à penser à nos amis lyonnais, au-delà de toutes leurs épreuves.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 28 mai 2020.

Commentaires

  • Etait ce une malveillante invention de l ' E.N. d'il y a 50 ans qui enseignait que le Père Charles de Foucault fut assassiné à l' instigation allemande , en sous main , parce qu'il informait l' Etat Major français , des mouvements des tribus arabes ; espion sous l ' habit du moine ?

  • Charles de Foucault était officier des Chasseurs d'Afrique, passé par Saint-Cyr et Saumur. On ne se refait pas.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL