UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Langue française : bientôt une nouvelle Chronique sur lafautearousseau...

Il y a déjà quelques temps que la Rédaction envisage une nouvelle rubrique, où l'on pratiquerait la grande idée de Ronsard et de la Pléiade : "défense et illustration de la Langue française". Nous avons pensé à plusieurs titres ("Aimer et servir la langue française : chasser l'intrus !" ou, tout simplement "En Français, s'il vous plaît !")

Or, lundi, nous avons publié un article tiré du Blog de notre excellent ami Marc Rousset (Au lieu de faire du français et du multilinguisme les langues de l'Europe, après le Brexit, certains essaient d'imposer l'anglo-américain comme langue unique à Bruxelles !)

Kardaillac, commentateur régulier  - et apprécié - de nos publications posta un commentaire sur Macron, "fier de parler couramment l'anglais des affaires", dont nous extrayons ce passage : "Pour l'aéronautique, on touche là un domaine transnational qui tire profit d'une langue de travail commune, l'anglais OACI. De cet usage découle tous les autres emplois, jusqu'à la construction des aéronefs et des plateformes logistiques."

C'est vrai. Cet article de lundi tombe donc fort à propos et vient un peu bousculer et accélérer les choses Et donc, pourquoi ne pas "lancer" dès maintenant cette chronique sur la Langue française, qui pourrait être tout à la fois enrichissante, sérieuse mais amusante, et, en tout état de cause - la langue véhiculant un Esprit, une façon de voir le monde et les choses - tout ce qu'il y a de plus... politique !

Il ne s'agirait bien sûr pas d'être bêtement et d'une façon hostile ou hargneuse opposé à tout emprunt à d'autres idiomes (cela a toujours existé, et les étrangers empruntent au français...) mais de chercher toujours à employer le mot le plus correct et à lutter intelligemment pour la maintenance d'un patrimoine d'exception; et à tordre le cou, dans la limite de nos moyens, aux cuistres, pédants et autres "précieux ridicules" qui nous cassent la tête avec leur infâme globish/sabir/novlangue/franglais ou anglosnob et autres bouillies aussi nocives qu'indigestes...

Voici, à titre d'exemple, le brouillon que nous gardions "en préparation" qui pourrait servir d'en-tête à cette Chronique :

• La langue française est un trésor inestimable, que le monde entier nous envie. Comme tout monument, elle est fragile, et doit être constamment entretenue, soignée, enrichie mais aussi défendue contre ce qui l'altère, la dénature, la rabaisse. Et défendue, sans hargne ni rejet ni mépris des autres langues, mais pour préserver et embellir toujours plus une des facettes de la diversité, donc de la richesse, du monde...

En pensant à ces nouveaux Précieux ridicules, nous placerons cette Chronique sous le signe de La Bruyère :

"Que dites- vous ? Comment ? Je n'y suis pas; vous plairait-il de recommencer ? J'y suis encore moins. Je devine enfin : vous voulez, Acis, me dire qu'il fait froid : que ne dites-vous : "Il fait froid" ? Vous voulez m'apprendre qu'il pleut ou qu'il neige; dites : "Il pleut, il neige." ... Est-ce un si grand mal d'être entendu quand on parle, et de parler comme tout le monde ?
 Une chose vous manque, Acis, à vous et à vos semblables... c'est l'esprit. Ce n'est pas tout : il y a en vous une chose de trop, qui est l'opinion d'en avoir plus que les autres; voilà la source de votre pompeux galimatias, de vos phrases embrouillées, et de vos grands mots qui ne signifient rien...» (les Caractères, chapitre V, De la Société et de la Conversation, § 7)...
 
• Nous pensions également, dans l'attente de concrétiser ce projet de nouvelle Chronique que nous pourrions donner en permanence le lien suivant :

France terme, dispositif coordonné et animé par la DGLFLF,

• Et aussi, pour être dans le culturel et le divertissant, rappeler que le français vient du latin, en donnant l'actualité, justement, en... latin ! Mais oui, c'est possible, et cela se fait, avec EPHEMERIS. Nuntii Latini universi :

http://ephemeris.alcuinus.net/

• Et, pour commencer la première note de cette Chronique, nous pensions proposer ce premier document :

https://www.gouvernement.fr/top-10-des-mots-d-internet-que-vous-allez-oser-dire-en-francais

Voilà, c'est dit, un peu plus tôt que prévu puisqu'une note et des commentaires nous ont poussé à précipiter les choses. Si cette Chronique devait trouver son public, il nous semble que ce serait une bonne chose, en soi et pour notre quotidien...

Reste à trouver la bonne forme : plutôt qu'une chronique nouvelle, un échange entre les lecteurs, quelque chose de "participatif" (comme on dit aujourd'hui dans le jargon, horresco referens...). Toutes les idées, suggestions et offres de service sont les bienvenues : qu'on se le dise !

La Rédaction

Commentaires

  • Le grand défi de la langue française est la création de mots nouveaux pour nommer par exemple une invention. Le travers académique est d'associer des mots existants quand l'anglais crée un seul mot. Au lieu de nommer, on décrit.
    Deux mots français créés ex-nihilo font exception à la règle :
    - ordinateur
    - informatique

    Les lecteurs de La Faute à Rousseau en connaissent-ils d'autres, à part "avion" dérivé de l'oiseau latin ?

  • Légionellose : infection pulmonaire , sévère , apparue pour la première fois en 1976 ( nom retenu du fait des premiers cas survenus lors d' une réunion d' anciens combattants américains ( Légion Américaine ) contaminés par les bactéries venant du système de climatisation de la pièce dans laquelle avait eu lieu leur assemblée .
    Pour être plus précis , le nom choisi était initialement " maladie des légionnaires " , ensuite simplifié en " légionellose " )

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL