UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'aventure France en feuilleton : Aujourd'hui (39), les Cimbres et les Teutons (5)...

"Les massaliens fermèrent leurs vignes de haies faites d'os de morts et les corps étant pourris et consumés dessus leurs champs par les grandes pluyes qui tombèrent dessus l'hiver ensuivant, les terres en devinrent si grasses, et en pénétra la gresse si profond en dedans, que l'esté ensuivant elles rapportèrent une quantité incroyable de toutes sortes de fruits." (Plutarque, traduction d'Amyot).

Marius fit brûler toutes les dépouilles qu'il ne réservait pas à son futur Triomphe, à Rome, et ordonna un immense sacrifice aux Dieux.

Sur la montagne voisine, que l'on appela immédiatement Montagne de la Victoire, il y a un gouffre, insondable : le Garagaï.

Marthe, celle par qui finalement tout avait été rendu possible, et qui jouissait d'une aura extraordinaire après la victoire de celui à qui elle l'avait prédit; Marthe, donc, ordonna un holocauste de 400 barbares, qu'elle fit précipiter dans le Garagaï, au cours d'une cérémonie qui dût être assez hallucinante...

"Ainsi finit ce grand drame - nous dit l'historien Isidore Gilles. D'un revers de sa main Marius abattit ces hordes innombrables qui avaient fait trembler Rome, et leur défaite fut si complète, leur anéantissement comme nation si absolu que, de si grands peuples, l'Histoire n'a conservé que le souvenir de leur extermination".

N'est-elle pas extra-ordinaire, et ne nous donne-t-elle pas une leçon extra-ordinaire aussi, cette victoire acquise contre toute espérance, au cœur de la nuit des sentiments et des volontés, au moment où plus personne n'avait foi en l'avenir et où la seule perspective crédible était celle de la disparition de tout ?

Des châteaux, on en voit partout dans le monde, et de forts beaux; et tous racontent, à leur façon, telle ou telle histoire, qui peut être aussi fort belle. Mais aucun ne contera jamais une histoire aussi belle, aussi extra-ordinaire, aussi enthousiasmante que "noste viéi castelas" des Baux, citadelle ultime et camp ultime du consul Marius au cas où il aurait perdu.

Mais il a vaincu ! Et par sa victoire, comment ne pas voir qu'il a illustré magnifiquement cette belle idée de Saint Exupéry : L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, tu as à le permettre...

Chez nous, en Provence, en 102 avant Jésus-Christ, le consul Caïus Marius a permis Rome, son Empire, et la Civilisation...

 

Pour retrouver l'intégralité du feuilleton, cliquez sur le lien suivant : L'aventure France racontée par les Cartes...

lafautearousseau

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL