UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A la découverte de l'homme Maurras (13) : "...De la conque de Fos aux frères de La Mède..."

lafautearousseau se propose ici de vous faire découvrir Un patriote, nommé Maurras. Maurras est en effet inconnu du grand public, parce que volontairement ignoré par la conspiration du silence, entretenue par le Système pour lequel Maurras n'est pas "dangereux", mais "le seul dangereux", car il en a dénoncé les bases idéologiques et parce qu'il l'a remis en cause dans ses fondements révolutionnaires.

C'est donc à une sorte de feuilleton, à la découverte de l'homme Maurras, que nous allons vous entraîner, d'ici les prochaines élections municipales.

Celles-ci, nous l'avons dit, seront peut-être décisives pour l'avenir de la Maison du Chemin de Paradis, fermé aux Français aujourd'hui par le dernier Mur de Berlin d'Europe : celui, invisible, du sectarisme haineux de la Mairie communiste, qui préfère laisser fermée (en attendant qu'elle ne s'écroule ?) une belle demeure qui pourrait être intégrée au réseau des Maisons des Illustres, et devenir un centre national et international de recherches et débats intellectuels de haut niveau sur Maurras, sa vie, son oeuvre; un lieu culturel vivant et rayonnant...

Aujourd'hui  (13) : "...De la conque de Fos aux frères de La Mède..."

Vous commencez à mieux connaître et situer lieux et personnages de "Mon Martigues, plus beau que tout" qu'évoque Maurras dans son magnifique poème, Où Suis-je ?, écrit juste après l'inique condamnation de 1945; et surtout ce qui se rapporte à la maison de Maurras.

Cette maison de Ferrières, "jardin" et "pavillon carré" (voir les deux notes d'hier et d'avnt-hier), se trouve assez en hauteur pour qu'on y jouisse d'une vue splendide, comme vous l'avez déjà vu également, dans le texte des Trente beautés de Martigues...

Et Martigues se trouve à égale distance de deux autres beautés, nommés par Maurras dans ce poème Où Suis-je ? : "la conque de Fos" (ci-dessous), ouverte sur la grand'mer (reliée à Martigues par le Canal de Caronte) et, de l'autre côté, vers Marseille, "les frères de La Mède"

3416169159.jpg

 

Fos, on le verra plus tard sur le Mur des Fastes du jardin de la Maison de Maurras,  tire son nom des "Fosses mariennes", ce gigantesque canal que fit creuser Marius, lequel, nous dit Plutarque, "tira le Rhône jusqu'à la mer", lorsque le consul vint chez nous, en Provence, pour écraser les Cimbres et les Teuton, un siècle avant notre ère...
Ce canal partait du Rhône proprement dit, là où le fleuve était toujours un fleuve puissant, et le continuait en le suppléant, à partir du moment où il se perdait en divagations et marécages.
Le consul voulait en effet à tout prix barrer la route maritime et côtière aux barbares, qui auraient pu, sans ce "mur liquide" qu'il leur opposa, se rendre très rapidement à Massalia puis à Rome.
Marius, en bon général, avait choisi l'endroit où il voulait livrer bataille : près d'Aix, au pied de la montagne qu'on appellera, après son triomphe , la montagne de la Victoire, et qui deviendra par la suite la Sainte Victoire....
Fos est donc le premier maillon de cette sorte de "route de Marius", dont elle conserve l'histoire en son nom toponymique...

 

3127540142.jpg

 

Curiosité géologique, situés sur la commune de La Mède, à deux pas de Martigues "li dous fraire" (les deux frères, ci-dessus) sont deux rochers de taille très inégale, situés tout près du rivage.
Alexandre Dumas - qui aimait beaucoup le site de l'Etang de Berre -  et la commune de Martigues en particulier - parle de ces rochers dans son ouvrage "Le Midi de la France" (texte ci dessous).
Il y en avait trois autrefois : il n'en subsiste plus que deux, le troisième ayant été détruit au début du XXème, lors du creusement du canal de Marseille au Rhône; mais, si l'on regarde au bord du rivage, on voit très bien son emplacement et ses restes au fond de l'eau...

73416169159.jpg

 

lafautearousseau

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel